Le FIDA mobilisera 200 millions d’USD pour supporter l’initiative 3N, la sécurité alimentaire et la résilience au changement climatique au Niger

IFAD Asset Request Portlet

Asset Publisher

Le FIDA mobilisera 200 millions d’USD pour supporter l’initiative 3N, la sécurité alimentaire et la résilience au changement climatique au Niger

 

 

Kanayo F. Nwanze a rencontré les petits producteurs agricoles de la région de Maradi

Rome, 31 juillet 2013 –  «L'initiative 3N (les Nigériens nourrissent les Nigériens) est un grand défi que le peuple nigérien doit relever. Le FIDA s'engage à accompagner le Niger dans la réalisation de cette initiative qui est en ligne avec notre stratégie» a déclaré le Président du Fonds international de développement agricole Kanayo F. Nwanze à la fin de sa visite au Niger du 22 au 26 juillet 2013. 

Au cours de sa visite, Nwanze en tant que chercheur et homme de terrain a visité certains sites des projets supportés par le FIDA dans la Région de Maradi. À Dargué, il a visité un champ en régénération naturelle assistée. La régénération technique assistée est une technique consiste - à laisser au cours du défrichement (en saison sèche ou en saison des pluies dans le cadre de la préparation des champs) un à trois rejets issus des souches des différents arbres et arbustes pour qu'ils poursuivent leur croissance  et – à repérer des jeunes plants d'arbres désirés et à les protéger pour favoriser la biodiversité des champs. Boubakar Salé, âgé de 37 ans a dit à Nwanze: «avant ma formation, je coupais tous mes arbres et les herbes en désordre dans mon champ et les jetais». «Aujourd'hui, j'ai appris à mieux défricher mon champ et je commence à avoir de bon rendement. Les herbes coupées sont utilisées pour nourrir mon bétail et aussi pour la fertilisation de mon champ» a-t-il conclus. 

Dans la même localité, Nwanze a aussi rencontré les paysans stagiaires d'un champ école qui est un dispositif de renforcement de capacités techniques et organisationnelles des producteurs afin de les doter de savoirs et savoir-faire leur permettant d'améliorer leur sécurité alimentaire et leurs revenus. Cette école qui est à sa première année de mise en œuvre, regroupe 30 paysans dont 10 femmes choisis par le village. Ces paysans sont en formation sur des applications de technologies de production agricole adaptées au contexte physique, climatique et socio-économique de leur zone. «Mon objectif est de vite apprendre ces techniques de production pour qu'à la fin de ma formation je pourrai être en mesure de former d'autres femmes dans les villages voisins» a dit Amou Ali, âgée de 30 ans et mère de 6 enfants en s'adressant au Président du FIDA. «L'ambition de nous les femmes paysannes qui suivent cette formation est de pouvoir avoir nos propres banques de semences afin d'augmenter la productivité de nos cultures de base et nos banques céréalières et alimentaires, gérées par nous-même  les femmes afin de garantir la disponibilité de nourriture tout au long de l'année pour nos ménages» a conclus Amou Ali.

À Niamey, Nwanze a rencontré le Président de la République, Issoufou Mahamadou, le Premier Ministre, Brigi Rafini, le Président de l'Assemblée nationale, Amadou Hama, le Ministre d'État, Ministre du Plan, de l'aménagement du territoire et du développement communautaire, Amadou Boubacar Cissé, le Ministre de l'agriculture, Oua Saidou,  le Ministre des étrangères, Bazoum Mohamed et le Haut-Commissaire chargé de l'initiative 3N «les Nigériens nourrissent les Nigériens», Amadou Allahoury Diallo.

Tous les membres du gouvernement du Niger qui ont rencontré Nwanze ont fait l'éloge du FIDA et de ses opérations dans leur pays. «Le Niger, pays du Sahel est très vulnérable; ce qui fait que nous devons être un pays cible pour les interventions du FIDA» a déclaré le Premier Ministre Brigi Rafini lors de son entretien avec Nwanze. « Le potentiel existe au Niger. Nous avons seulement besoin de l'assistance technique pour démarrer; et avec le soutien reçu par notre Plan de développement économique (PDES), nous pensons que le Niger est sur la bonne voie» a conclus le Premier Ministre.

 Nwanze a profité de sa visite pour annoncer aux autorités nigériennes que le FIDA mobilisera auprès de ses partenaires en développement et aussi avec sa propre ressource un montant total de 200 millions d'USD pour les projets et programmes de la sécurité alimentaire et la résilience  au changement climatique au Niger pour deux cycles d'opération à savoir 2013-2015 et 2016-2018.

L'expérience a démontré que, dans les zones d'intervention du FIDA, même dans les circonstances difficiles de crises au Niger, les populations de ces zones ont été les moins touchées car  l'institution a conçu et monté des programmes et projets sur la base de consultations adéquates pour aider les communautés rurales à améliorer la sécurité alimentaire des ménages. Ces nouveaux financements qui s'étendront sur ces deux cycles aideront à mettre à l'échelle (up scaling) dans le reste des zones démunies du pays les résultats positifs des projets et programmes financés par le FIDA au Niger.  

De 1980 à ce jour, le FIDA a financé 11 programmes et projets au Niger pour un investissement  total de 350 millions d'USD  dont 150 millions d'USD de ressources propres bénéficiant 733 200 ménages.


Communiqué de presse n°: IFAD/35/2013

Le Fonds international de développement agricole (FIDA) œuvre aux côtés des populations rurales pauvres afin de leur permettre de cultiver et de vendre davantage de produits vivriers, d'accroître leurs revenus et de déterminer le cap de leur propre existence. Depuis 1978, le FIDA a investi dans des projets quelque 14,9 milliards d'USD sous forme de dons et de prêts à faible taux d'intérêt octroyés à des pays en développement, permettant à plus de 410 millions de personnes de se libérer par elles-mêmes de la pauvreté et favorisant ainsi la création de communautés rurales dynamiques. Le FIDA est une institution financière internationale et une agence spécialisée des Nations Unies dont le siège est à Rome – la plateforme alimentaire et agricole des Nations Unies. Il représente un partenariat unique, regroupant 172 membres, entre l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), d'autres pays en développement et l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).