Le FIDA va Appuyer le Developpement Participatif de la Peche Artisanale en Republique du Benin

IFAD Asset Request Portlet

Asset Publisher

Le FIDA va Appuyer le Developpement Participatif de la Peche Artisanale en Republique du Benin

Communiqué nº: IFAD 16/02

Rome, le 20 février 2002 – Un programme de 26 millions de USD en République du Bénin, le ''programme d'appui au développement participatif de la pêche artisanale'', va bénéficier d'un prêt de 10 millions d'USD du Fonds international de développement agricole (FIDA). L'accord de prêt a été signé aujourd'hui même au siège du Fonds, par Son Excellence, Mr Theophile Nata, Ministre de l’agriculture, de l’elevage et de la pêche du Bénin et Mr Lennart Båge, Président du FIDA.

Le programme porte sur toutes les ressources halieutiques du pays, et plus particulièrement les terres humides gravement dégradées et dix grands lacs dans le sud, cinq lacs de moindre importance et un total de 206 retenues d'eau aménagées à des fins agro-pastorales dans le centre et le nord. Le groupe des bénéficiaires compte 600 000 personnes environ réparties entre 450 villages situés dans les zones de pêche et 80 camps de pêche établis sur le littoral; on trouve notamment dans ce groupe des ménages de pêcheurs pauvres (300 000) et quelque 4 000 femmes qui transforment et commercialisent le poisson, en recourant à des méthodes de fumage au feu de bois aussi peu économiques que dangereuses. En 1994, la population des zones de pêche continentale méridionales, était considérée comme la plus défavorisée du pays et, depuis lors, sa situation n'a cessé d'empirer en raison d'une grave surexploitation des stocks de poisson et de l'absence d'autres moyens d'existence.

Dans le sud du Bénin, les ressources halieutiques continentales et maritimes sont mises en danger par la surexploitation, parce que les pêcheurs sont contraints de recourir à des méthodes dommageables pour sécuriser leurs revenus. De plus, la pollution organique, chimique et végétale, ainsi que l'érosion et l'envasement résultant du déboisement des berges des cours d'eau et des lagons accroissent la vulnérabilité de la base de ressources naturelles des plans d'eau intérieurs. On estime que la productivité de la pêche lagunaire a diminué d'un tiers pendant les vingt dernières années; la taille des poissons pêchés a considérablement diminué au point que les poissons immatures représentent aujourd'hui plus de 90% des prises.

L'objectif de développement global du programme d'appui au développement participatif de la pêche artisanale est de contribuer à faire reculer la pauvreté dans les familles de pêcheurs les plus pauvres, dont les ressources proviennent de la pêche ainsi que de la transformation et de la commercialisation du poisson, en aidant plus particulièrement les femmes qui jouent un rôle important au niveau des activités menées sur la terre ferme. Dans cette optique, il favorisera une exploitation sans danger pour l'environnement, des ressources halieutiques dont dépendent les personnes les plus déshéritées du pays,. Le programme élargira l'accès aux services financiers par le biais d'un appui aux systèmes financiers décentralisés qui existent déjà, et mettra tout particulièrement l'accent sur le renforcement des capacités, en tant que moyen d'accroître le pouvoir d'action des communautés de pêcheurs, de leurs organisations et de ceux qui les dirigent.

Le programme implique une véritable participation des bénéficiaires puisqu'il associera la mise en place d'activités de subsistance durables (conception qui place les populations au centre du processus de développement) à une approche reposant sur la gestion de terroir. En outre, les bénéficiaires seront aidés à identifier et entreprendre des activités économiques nouvelles telles que la pisciculture, le petit élevage, le maraîchage et l'artisanat.

A ce jour, le FIDA a financé huit projets au Bénin pour un montant total engagé de 91 millions de USD. Le présent programme sera cofinancé par la Banque africaine de développement et les Services financiers décentralisés.


Le FIDA est une organisation spécialisée des Nations Unies qui a pour mandat spécifique de combattre la faim et la pauvreté dans les régions les plus déshéritées du monde. Depuis 1978, le FIDA a financé 603 projets dans 115 pays bénéficiaires ainsi qu'en Cisjordanie et dans la bande de Gaza, pour un montant total engagé de 7,3 milliards de USD environ, octroyés sous forme de prêts ou de dons. Grâce à ces projets, quelque 250 millions de ruraux ont eu la possibilité de se libérer de la pauvreté. Le FIDA met la plus grande partie de ses ressources à la disposition des pays à faibles revenus, à des conditions particulièrement favorables, à savoir, un délai de remboursement allant jusqu'à 40 ans, y compris un différé d'amortissement de 10 ans, et une commission de service de 0,75% l'an.