IFAD Asset Request Portlet

Asset Publisher

Allocution du Chef de la Délégation haïtienne, le Secrétaire d’Etat de l’Agriculture,des Ressources Naturelles et du développement Rural à la trentième session du conseil des gouverneurs du FIDA

Monsieur le Président du FIDA
Honorables Membres du Conseil des Gouverneurs
Mesdames, Messieurs, les Délégués
Mesdames, Messieurs,

J'ai l'honneur de vous présenter les salutations du GOUVERNEMENT HAÏTIEN et du Gouverneur en titre, le Ministre de l'Agriculture, des Ressources Naturelles et du Développement Rural, Monsieur François SEVERIN que j'ai le privilège de représenter à cette 30ème Session du Conseil des Gouverneurs.

Mesdames, Messieurs,

Le thème central retenu  par le Président du FIDA cette année, à savoir : « Emploi et moyens d'existence en milieu rural » interroge de façon directe la réalité haïtienne dominée  actuellement par un sous-emploi  significatif  en milieu rural, une augmentation déconcertante de la pauvreté rurale génératrice de toute une série de maux subséquents à un exode rural  massif  et à une désaffectation des activités productrices,  particulièrement par les jeunes ruraux désoeuvrés attirés par la vie dans les grandes villes.

Or, Haïti se caractérise par la grande variabilité et l'hétérogénéité du milieu rural. L'agriculture demeure la première branche de l'économie nationale. Elle contribue jusqu`à présent à hauteur de 30% du PIB. Environ 60% des 8.4 millions d'habitants du pays vivent en milieu rural. Les deux tiers de la population active se retrouvent engagés dans la production agricole. L'agriculture haïtienne est pratiquée sur 600.000 petites exploitations accusant une superficie moyenne de 1.8 hectares par exploitation. Malheureusement, par suite de la faiblesse des méthodes de culture, de l'appauvrissement  des sols dû à une mauvaise gestion des ressources naturelles, la plupart de ces exploitations ne peuvent plus répondre aux besoins alimentaires des familles et la majorité des exploitants ne dépendent de l'agriculture que pour moins de la moitié du revenu familial.

Face à cette situation, beaucoup de  paysans haïtiens mettent en œuvre diverses stratégies de survie allant de la pratique du commerce informel à la migration vers les grandes villes ou vers des rives étrangères.

Malgré cette situation difficile, le pays possède beaucoup de potentialités et des atouts majeurs, parmi lesquels, il y a lieu de citer, une population rurale à forte proportion de jeunes, une production agricole globalement organique, une biodiversité remarquable, des ressources hydro agricoles sous-exploitées ou non exploitées, un potentiel éco touristique indiscutable.

Le Gouvernement Haïtien s'évertue actuellement, avec l'appui de ses partenaires internationaux à  mettre en valeur ces potentialités de façon à créer beaucoup plus d'opportunités d'emplois, en vue d'augmenter la production et les revenus, de diminuer l'incidence de la pauvreté et aussi de réduire l'exode rural et  les flux migratoires.

Dans cette optique, l'approche stratégique  du GOUVERNEMENT HAÏTIEN  consiste, entre autres, à :

  • promouvoir  un relèvement rapide des exploitations agricoles et une intensification durable de la production agricole ;
  • garantir l'efficacité et l'efficience des interventions dans le secteur agricole par l'amélioration du cadre institutionnel et juridique ;
  • Travailler à l'harmonisation des interventions intersectorielles et  interinstitutionnelles  en encourageant la concertation et l'intégration des différents intervenants publics, privés et internationaux au niveau du secteur agricole.

En ce sens, le GOUVERNEMENT HAÏTIEN apprécie à sa juste valeur le partenariat fonctionnel avec le FIDA, dont l'appui s'est toujours orienté vers la création et la distribution de richesses ayant une incidence positive sur l'amélioration des conditions de vie en milieu rural.

Cette  coopération se  concrétise à travers la mise en  oeuvre depuis les années 1980 de plusieurs  projets de développement agricole,  dont l'impact a toujours été très positif sur la production agricole et l'amélioration des revenus des bénéficiaires.

Le FIDA a ainsi contribué depuis 1978 au financement  de six projets en Haïti. L'apport financier du FIDA se chiffre à environ 70 M de USD. Et le FIDA s'apprête à financer le Projet du développement de la petite irrigation (PPI2) à hauteur de 13 M de USD sur un investissement total de 26.9 M de dollars. De plus  vient d'être signé avec le Fonds d'Assistance Economique et Social (FAES) un accord de don de 745000 USD pour le Programme d'Assistance technique au renforcement des associations d'irrigants qui doit réunir dans une même dynamique le FIDA, le secteur public et  le secteur privé associatif,  en vue de l'accompagnement des associations d'irrigants évoluant autour des petits systèmes d'irrigation et de garantir la durabilité des acquis.

Le GOUVERNEMENT HAÏTIEN souhaite multiplier avec l'appui du FIDA des initiatives destinées à créer de la richesse dans le milieu rural par le biais de la participation des communautés locales dans le choix, l'exécution et le suivi  des projets financés par cette institution,  qui s'attache à la promotion du progrès économique et social du monde rural.

Le GOUVERNEMENT HAÏTIEN souhaite ardemment que les discussions et les résolutions qui sortiront de cette 30ème session puissent permettre au FIDA d'intensifier sa collaboration avec les pays à faible niveau de développement,  de façon à les aider davantage dans la concrétisation de  leur stratégie de  lutte contre la pauvreté particulièrement dans le milieu rural.

Le GOUVERNEMENT HAÏTIEN, remercie une fois de plus, par mon organe,  le Président du FIDA et les membres du Conseil des Gouverneurs et  souhaite encore plus de succès à cette noble et utile  Institution.

Monsieur Joanas GUE
Chef de la Délégation haïtienne ,
le Secrétaire d'Etat de l'Agriculture,
des Ressources Naturelles et du développement Rural,