IFAD Asset Request Portlet

Asset Publisher

Partnership with NGOs and Civil Society

Madame la Présidente du Conseil,
Monsieur le Président du FIDA,
Honorables Délégués,
Madame la Présidente,

Madagascar se réjouit de vous voir à nouveau assurer la présidence du Conseil. Nous sommes convaincus que sous votre présidence éclairée et grâce à votre compétence nos travaux seront couronnés de succès.

Madame la Présidente,

Vous vous en doutez, l'arrivée d'un nouveau Président annonce le départ de l'actuel Président. Au nom du Gouvernement Malgache et en mon nom personnel, j'adresse un vibrant hommage à M. Fawzi H. Al-SULTAN qui arrive au terme de deux mandats consécutifs pleins de défis relevés et de projets réalisés dans de nombreux pays.

Son discours qui a mis en exergue les activités du FIDA et ses actions personnelles pour la réussite de la mission assignée à cette Organisation pour la lutte contre la pauvreté et pour la sécurité alimentaire en milieu rural, constitue une preuve éclatante de son engagement en faveur des pays pauvres. En ce moment où il quitte le FIDA, je lui présente la gratitude du Gouvernement Malgache et lui adresse plein succès pour ses projets d'avenir.

Madame la Présidente,
Honorables Dèlégués,

La pertinence des points inscrits à notre Ordre du Jour promet des débats fructueux.

Tout d'abord, je me permettrai de vous brosser la sitation de mon pays avant de me prononcer sur certaines questions qui retiennent notre attention.

Madagascar se caractérise par un potentiel agricole considérable. Mais, bien qu'il ait une superficie de 587.000 km2 et que la superficie cultivable s'élève à 9,5 millions d'ha, 2.3 millions d'hectares seulement sont mis en valeur, soit moins de 5%. Ces dernières décenies, la dégradation de la couverture végétale a accéléré le phénomène d'érosion et le lessivage des sols. Par la suite, les cataclysmes naturels (cyclones, sécheresse, inondations) ou l’invasion acridienne, viennent aggraver la situation du déficit alimentaire de la population.

Le secteur primaire qui occupe la première place dans l'économie nationale représente 43% des investissements publics et contribue pour les 33,5% du produit intérieur brut. De plus, le secteur agricole emploie plus de 70% de la population active et fournit plus de la moitié des matières premières pour le secteur secondaire qui produit plus de 80% des recettes d'exportation. C'est ainsi que le document cadre de politique économique du Gouvernement Malgache (DCPE 1999-2001), met l'accent sur le secteur agricole pour améliorer la production et les conditions de vie de la population en milieu rural.

La politique agricole et alimentaire (PAA) qui débouche vers la réforme du sercteur public agricole a été mise en place et a permis d'élaborer un plan d'action pour le développement rural (PADR) conçu pour servir de référentiel national à tous les programmes et projets de développement rural.

Madagascar et le FIDA ont ensemble parcouru un long chemin. De 1979 à ce jour, le FIDA a participé au financement de neuf projets de développement à Madagascar par des prêts et dons, ce qui représente un investissement total de quelque 59 millions de droits de tirage spéciaux. Nous comptons bien entendu, sur une intensification de notre coopération avec le Fonds dans les années à venir.

Madame la Présidente,

Dans le cadre de son programme national soutenu par le FIDA, Madagascar apprécie à sa juste valeur le défi mondial et le rôle du FIDA à travers les projets en milieu rural. A ce titre ma délégation accueille favorablement les recommandations du Rapport de Consultation chargée d'examiner l'adéquation des ressources dont dispose le FIDA (Doc. GC 24/L.3).

Il est évident que la 5ème reconstitution des ressources du FIDA revêt une importance capitale pour l'avenir du Fonds et la perennité de ses activités. Madagascar fidèle à ses traditions de solidarité avec les pays en développement a annoncé sa contribution, aussi modeste soit-elle, à hauteur de 80.000 USD. Ma délégation souhaite que tous les membres puissent honorer leur engagement en faveur de la 5ème Reconstitution pour sa mise en vigueur le plus tôt possible.

S'agissant du Programme de travail et du budget du FIDA pour 2001, ma délégation approuve les deux projets de résolution présentés.

Nous nous félicitons également de la participation du FIDA à l'initiative, lancée en 1996 à Lyon et les mesures mises en œuvre pour l'allegement de la dette des pays les plus pauvres, très endettés. A cet effet, la proposition du FIDA visant à incorporer les arriérés aux fins de l'allègement de la dette dans le cadre de l'initiative PPTE, reçoit notre approbation.

En outre, ma délégation note avec satisfaction le rapport sur l'évolution de la stratégie opérationelle et les activités du mécanisme mondial de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification et souscrit aux recommandations y afférentes.

Pour terminer, Madagascar accueille favorablement la déclaration du millénaire des Nations Unies ainsi que l'évènement prévu pour le Sommet + 5 de l'alimentation à Rome. Ma délégation souhaite vivement que le FIDA participe activement à ces deux initiatives pour renforcer les actions entreprises dans les pays en développement dans la lutte contre la pauvreté rurale et assurer la sécurité alimentaire de la population.

Je vous remercie

RAVELOARIJAONA MARCEL THEOPHILE,