IFAD Asset Request Portlet

Asset Publisher

Statement by Algeria to the Twenty-Eighth Session of the IFAD Governing Council

Allocution du Docteur Saïd Barkat,
Ministre de l'Agriculture et du Développement rural
République Algérienne Démocratique et Populaire

Monsieur le Président,
Mesdames et Messieurs les Gouverneurs,
Mesdames et Messieurs,

Permettez moi, en guise d'introduction à mon propos, d'adresser mes sincères remerciements à Monsieur le Président Lennart Bage pour les résultats obtenus en matière de produits d'encaisses et de placements, depuis la mise en œuvre de la nouvelle politique de placements adoptée en décembre 2001, qui allie sécurité et liquidité et qui évite le recours à une politique de placements fondée sur une spéculation pouvant mettre en péril l'équilibre financier et budgétaire fragile de notre Institution.

A cet égard, Je voudrais lancer un appel solennel aux pays qui n'ont pas encore honoré leurs engagements envers le fonds, dans le cadre de la 6éme reconstitution des ressources de notre honorable institution, de le faire dans les meilleurs délais, afin de lui donner une assise financière confortable et de lui permettre de jouer pleinement son rôle et notamment d'augmenter, à l'avenir, les ressources financières destinées à la réalisation de projets au profit des pauvres en zones rurales.

Dans ce cadre, mon pays espère également que la consultation pour la 7éme reconstitution se conclura dans les délais les plus proches possibles, et je me félicite à cet égard, que ce point soit porté à l'ordre du jour de ce conseil, pour examen et approbation.

Pour sa part, l'Algérie, fidèle aux objectifs fondamentaux de notre institution, de réduction de la pauvreté et de l'insécurité alimentaire, a doublé sa contribution pour la 6ème reconstitution pour atteindre un million de dollars dont 300.000 USD ont été déjà versés sur appel de Fonds du FIDA, et 700.000 USD de solde sont à la disposition du Fonds.

Je n'omettrai pas de saluer le progrès enregistré dans la mise en œuvre de l'initiative relative à la présence sur le terrain du FIDA, ce qui devrait permettre au fonds une meilleure compréhension des réalités locales et donc de mieux cerner les besoins prioritaires des populations spécifiques que cible notre institution.

Dans cette optique, j'ose espérer une présence évidente et efficace du FIDA sous forme de structures en harmonie avec les conditions socio-économiques des pays qui les hébergent.

Monsieur le Président,
Mesdames et Messieurs les Gouverneurs,
Mesdames et Messieurs,

Il m'est particulièrement agréable de noter que la tenue de la présente session coïncide avec un certain nombres d'événements dont l'élection du nouveau président de notre honorable institution, le lancement du nouveau cycle de consultation pour la 7éme reconstitution, la célébration dans quelques mois du sommet du millénaire plus 5 dont le thème fera d'ailleurs l'objet d'une table ronde, qui confrontera les expériences entre différentes régions des continents asiatiques et africains

A cet égard, mon pays attache une grande importance au rôle d'avant-garde du FIDA dans ses initiatives menées pour la réduction de la faim et de la pauvreté. Je reste pour ma part tout à fait convaincu que le FIDA a une mission sacrée : celle de répondre à des impératifs d'ordre humanitaire, socio-économique et environnemental, qui sont liés à une valeur dont nous sommes imprégnés et que, nous tous, sommes appelés à protéger et à promouvoir, à savoir la Dignité Humaine.

Dans ce cadre, les actions entreprises par la communauté internationale pour la réalisation des objectifs du millénaire n'ont pas entraîné, comme nous l'espérions, de changements significatifs. La persistance de cet état de fait exige que des mesures urgentes soient prises.

Ainsi, l'Algérie, entend-t-elle faire-part de sa préoccupation face à l'écart qui ne cesse de s'élargir entre les pays pauvres où des millions de personnes subissent les affres de l'insécurité alimentaire, au moment où les pays nantis eux sont confrontés à des problèmes de surproduction et de stocks alimentaires.

Dans ce contexte, nous estimons que le FIDA peut contribuer, à ouvrir de nouvelles possibilités pour ceux qui sont économiquement et socialement défavorisés. Le rôle du fonds peut être à cet égard, celui de précurseur en utilisant au départ ses propres ressources, et ensuite, devenir un élément catalyseur et fédérateur en suscitant les synergies et les complémentarités indispensables entre les ressources des différents donateurs bilatéraux et multilatéraux et ce en vue d' assurer un revenu durable aux populations des régions les plus défavorisées notamment en Afrique et avoir ainsi une influence directe sur la réalisation des objectifs du millénaire.

Monsieur le Président,
Mesdames et Messieurs les Gouverneurs,
Mesdames et Messieurs,

L'initiative prise par le FIDA de recourir à un système d'allocation fondé sur les performances (SAP), aura sans nul doute à moyen et long terme, un effet incitatif pour la mise en place de conditions favorables au niveau national pour une réduction durable et réelle de la pauvreté car il prend en considération justement, la réduction durable de la pauvreté à l'échelle nationale, le cadre sectoriel de développement rural, ainsi que la performance du portefeuille.

Bien que ce système introduise un certain nombre de critères objectifs d'évaluation des performances, nous croyons qu'il faut l'utiliser avec beaucoup de prudence notamment au début de sa mise en œuvre, pour qu'il ne devienne pas une barrière à l'accès des pays les plus pauvres aux ressources financières du fonds.

Monsieur le Président,
Mesdames et Messieurs les Gouverneurs,
Mesdames et Messieurs,

Des efforts méritoires sont entrepris, sous votre impulsion, par le FIDA pour appuyer et soutenir la mise en œuvre du Nouveau Partenariat pour le Développement de l' Afrique (NEPAD) dans sa composante agricole et rurale. La participation du FIDA au groupe de soutien en appui au secrétariat du NEPAD, pour la mise en œuvre du Programme Détaillé pour le Développement de l'Agriculture Africaine (PDDAA) est le signe d'un engagement fort en faveur d'une initiative dont l'impact et les résultats seront prometteurs et à la mesure des attentes des populations pauvres. La conférence-débat dont le thème central, portera sur l'investissement rural et les politiques porteuses vont dans le sens de cette collaboration et je m'en réjouis.

Monsieur le Président,
Mesdames et Messieurs les Gouverneurs,
Mesdames et Messieurs,

Je ne voudrais pas clore mon intervention, sans tirer la sonnette d'alarme à propos du péril acridien qui menace depuis deux années maintenant, la sécurité alimentaire des pays de l'Afrique subsaharienne et du Nord, déjà gravement touchés par la sécheresse.

Ma délégation et moi-même apprécions les démarches entreprises par le fonds pour œuvrer avec d'autres organisations internationales, telle que la FAO, pour créer des synergies et mobiliser le maximum des ressources en direction des pays durement touchés notamment ceux du Sahel. Malheureusement, Il est à craindre qu'a court terme, cette invasion ne se développe et vienne encore accentuer l'état d'insécurité alimentaire de cette région.

Je voudrais, si vous me le permettez, profiter de cette tribune pour lancer un appel pressant, à la communauté internationale et aux bailleurs de fonds pour venir en aide à ces pays, pour qu'ils puissent acquérir la logistique nécessaire à la lutte contre ce fléau, de même qu'il est indispensable que le fonds et d'autres institutions bilatérales et multilatérales, par le biais de dons et de prêts, puissent participer activement au financement de projets pour que ces communautés affaiblies par ce fléau puissent redémarrer leurs activités.

Monsieur le Président,
Mesdames et Messieurs les Gouverneurs,
Mesdames et Messieurs,

Ces deux jours de débats intenses permettront, j'en suis sûr de sortir avec des résultats et des recommandations qui renforceront et feront jouer un rôle moteur, de plus en plus grand, au FIDA.

Je vous remercie de votre aimable attention.