Skip to Content
X

General Statement by Canada To be delivered by His Excellency Ambassador Peter McGovern, Canada’s Permanent Mission to Rome February 18, 2016

Location:

Monsieur le Président,

C’est avec plaisir que je prends la parole, au nom du gouvernement du Canada, devant le Conseil des gouverneurs, à l’occasion de cette trente-neuvième session. Le thème pour la présente session,Investissements inclusifs – Populations rurales, État et entreprises dans le programme pour l’après-2015, trouve un écho important auprès du Canada. Si nous souhaitons réaliser les objectifs collectifs du programme pour l’après-2015 ou Agenda 2030, notamment d’éliminer la faim, des investissements plus inclusifs dans le développement agricole durable seront nécessaires.

L’Agenda 2030 s’est engagé à ne laisser personne pour compte. La majorité des pauvres dans le monde habitent dans les régions rurales et sont des petits exploitants agricoles. Pour s’attaquer à la pauvreté et à la faim, le secteur de l’agriculture dans les pays en développement, notamment les petits exploitants agricoles et les petites et moyennes entreprises rurales, doit produire davantage d’aliments et créer des emplois en milieu rural. Le cadre stratégique du FIDA crée le contexte pour la contribution précieuse que le FIDA peut faire à ces efforts au cours des cinq prochaines années et le cadre peut compter sur le plein soutien du Canada.

L’investissement jouera un rôle déterminant pour s’assurer que l’agriculture réalise son potentiel comme moteur de la croissance économique, de la croissance des revenus en milieu rural, de la création d’emplois et de la sécurité alimentaire. Les gouvernements et les donateurs doivent travailler de concert avec le secteur privé afin de créer un environnement porteur qui attire les capitaux et fait en sorte que les investissements appuient les objectifs nationaux, en particulier lorsqu’il s’agit d’accroître les revenus des agriculteurs et la sécurité alimentaire. C’est pourquoi les programmes d’investissement en milieu rural du FIDA sont importants et nous tenons à saluer les efforts déployés par le FIDA pour établir des partenariats avec, entre autres, le secteur privé.

Ces partenariats amènent de nouvelles idées et des solutions novatrices, accroissent la portée des résultats et contribuent à rendre les gains plus inclusifs et plus durables. Le Canada encourage le FIDA à continuer de collecter et d’incorporer les leçons apprises de son partenariat public-privé-producteurs (4P) pour veiller à ce que les projets puissent avoir le plus de retombées possible.

Equally important is the realization of the full economic potential of rural women. Women represent 43 percent of the agricultural labour force in developing countries. They make essential contributions to rural economies as farmers, entrepreneurs, and food providers for their families. However, they continue to face legal, institutional, financial and social constraints.

These barriers limit women’s productivity in the agriculture sector, as well as in the broader economy. Addressing these constraints is critical to empowering women as agents of change for themselves and their communities. This would result in increased farm productivity and between 100 and 150 million fewer people suffering from hunger. That is why Canada commends IFAD’s efforts to strengthen its capacity to deliver on gender equality, as a goal in itself, and as a driver for inclusive and sustainable agricultural development.

Our ambitions will be challenged by climate change. We need to ensure that our investments help the most vulnerable obtain the necessary tools to withstand these challenges. This includes partnering with the private sector and leveraging their technological know-how. Canada lauds IFAD’s emphasis on addressing climate change, including its target of 100 per cent climate mainstreaming by 2018. As one of its founding donors, we recognize the positive impact that the Adaptation for Smallholder Agriculture Programme has had on making climate and environmental finance work for smallholder farmers, so they can better adapt to shocks and crises. This is why we are pleased to continue to provide support to IFAD for climate change adaptation activities within the new replenishment.

We applaud IFAD’s important role in the mobilization of innovative and inclusive investments to improve the livelihoods of smallholder farmers. We recognize that this has been possible, in part, thanks to strong leadership within the organization. As we consider the selection process of a new President, we encourage IFAD to ensure that this process is conducted in a transparent and open manner in order to attract the best possible candidates that will help the organization continue on its successful path.

With these comments, we thank you, Mr. Chairman, for this opportunity to speak.