Skip to Content
X

Lancement du Mécanisme Incitatif de Financement Agricole Fondé sur le Partage des Risques

Location: Lomé. Togo

25 June 2018

 

Excellence Monsieur le Président de la République Togolaise,

Monsieur le Président de la Banque africaine de développement,

Mesdames et Messieurs les Ministres,

Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs,

Mesdames et Messieurs,

Je vous remercie Monsieur le Président de la République de m’avoir invité au lancement du Mécanisme Incitatif de Financement de l’Agriculture Fondé sur Le Partage des Risques (MIFA).

Le Fonds International de Développement Agricole (FIDA) salue cette initiative qui clairement vise l'amélioration des conditions de vie des populations rurales, tout en offrant une myriade d'opportunités à la jeunesse togolaise en matière de création de PME viables et donc aussi de création d'emplois durables.

Avec une population de plus de 7 millions d’habitants dont 60% ont moins de 25 ans et plus de 75% vivent en milieu rural, l’agriculture demeure une pierre angulaire pour l'atteinte des ODD1 et 2 au Togo.

Elle représente plus de 40% du PIB et emploie plus de 60% de la population. Cependant, les agriculteurs togolais demeurent le groupe socio-économique le plus pauvre et représentent plus de 72% des personnes vivant en dessous du seuil de la pauvreté.

Les petits producteurs en milieu rural sont responsables de 80 pour cent de la production en Afrique sub-saharienne.

Depuis plus de quatre décennies, le FIDA a fourni des prêts à des taux hautement concessionnels et des dons aux pays où nous intervenons pour un montant de 20,2 milliards de dollars pour des projets qui ont touché  476 millions de personnes.

Aujourd’hui, plus de 70% de nos programmes visent la participation des petits producteurs aux chaînes de valeur. Notre objectif est de transformer les zones rurales pour en faire des zones plus modernes et dynamiques.

L'innovation dans les pratiques agricoles depuis la préparation du sol jusqu’à la commercialisation s'impose si l'on voudrait rendre le travail de la terre toujours plus attirant.

L'expérience démontre que les jeunes des zones rurales sont preneurs si la possibilité de se construire un futur décent en milieu rural leur était offerte. L'on ne saurait le rappeler assez: l'immigration doit être un choix et non une nécessité.

Mais cela nécessite des investissements massifs. L'aide publique au développement –APD - à lui tout seul ne suffira pas.  L'innovation c'est donc aussi dans les produits et montages financiers efficaces mis à la disposition des jeunes et des petits producteurs. C’est dire que  le MIFA – à notre sens – se situe bien dans la lignée de ces produits financiers innovants.

Et comme toute innovation, il faut tester et tirer les leçons nécessaires des expériences en la matière. Pour cela, le FIDA encourage et est prêt à soutenir le Togo en matière de partage des connaissances en la matière des pays comme le Nigeria, le Kenya, et l'Ouganda et le Liberia.

Il faudra aussi demeurer assez flexibles dans la mise en vigueur des principes directeurs du MIFA et envisager l'intégration des synergies nécessaires avec d'autres initiatives ou produits financiers.

Je pense en particulier à l'Agri Business Capital Fund (ABC), que le FIDA vient de créer et qui devrait être opérationnel dans les prochains mois. Ce fonds vise à financer directement les jeunes porteurs de projets liés à l'activité rurale agricole et non agricole.

L’objectif est notamment d’apporter des financements, sous forme de prêts et prises de participation aux organisations paysannes, coopératives et petites et moyennes entreprises rurales, pour leur permettre de réaliser leur plan d’investissement afin de progresser dans les chaines de valeur agro-alimentaires.

En capitalisant notre portefeuille actuel de projets, le réseau de partenaires-clients avec lesquels nous travaillons depuis des années, nous sommes en mesure de réduire considérablement les risques et coûts de transaction, qui ont trop longtemps pénalisé la pénétration du crédit commercial en zone rurale.

Excellences, Mesdames et Messieurs,

Au-delà des financements, les petits exploitants ont besoin de connaissances et de compétences pour les utiliser et développer leurs activités. Dans le contexte du MIFA, une telle assistance technique est importante.

Le MIFA, que le Président de la République  va lancer dans les prochaines minutes, est un grand défi. Nous devons renforcer notre collaboration avec tous les partenaires pour le relever.

Entre autres tous les acteurs doivent renforcer la rigueur en matière de développement axé sur les résultats. Le FIDA met davantage l’accent sur les résultats et l’impact.

Nous sommes confiants qu'avec un tel dispositif, le MIFA attirera plusieurs acteurs du développement international y compris le secteur privé national et international.

Pour terminer, j’aimerais réitérer la disponibilité du FIDA à accompagnera le Togo dans son processus de développement.

Je vous remercie.