West Noubaria Rural Development Project

Egypt  
mars 2017

Project Performance Evaluation

The Independent Office of Evaluation of IFAD (IOE) undertook a project performance evaluation of the West Noubaria Rural Development Project in the Arab Republic of Egypt. The project's goal was to enhance the livelihoods of the target population through increased sustainable economic activity and greater social self-reliance. It covered 78 villages in the Noubaria land reclamation zones located on either side of the Cairo-Alexandria desert road. The total targeted population was 36,180 households or 228,000 individuals.

The evaluation found that the project addressed the most urgent needs of the newly settled smallholders and made an effective contribution to their overall wellbeing. The newly created community organizations are providing a range of basic services, including education, health, and credit. But, the evaluation also highlights the need for increased attention to sustainability issues, also in similar projects from the outset. The newly-created community organizations must have a legal status to be able to provide effective services on a sustainable basis. Community-managed credit funds are effective and easy to access, but they do not address the longer-term need for financial services. Attention must also be paid to ensuring sustainable access to, and use of, limited water resources through appropriate technology and an adequate institutional framework.

LANGUAGES: English

Rural Livelihoods Support Programme (2017)

Malawi  
mars 2017

Project Performance Evaluation

The objective of the Rural Livelihoods Support Programme in the Republic of Malawi was to sustainably reduce poverty through the promotion of on- and off-farm and wage-based incomes. The programme was implemented between 2004 and 2014. It operated in an environment of evolving decentralization and worked through local government bodies, especially village-level bodies, for example, in 245 villages, spanning 36 Village Development Committees.

One of the main achievements of the programme is the goat pass-on system, which has increased the resilience of the target groups and provided them with alternative sources of income. The programme sought to increase the productivity of maize through the provision of extension services. However, by focusing on maize in a mono-cropping system, it did not take into account other options for enhancing adaptation to climate change and improve nutrition security among the target groups.

LANGUAGES: English

Agricultural Rehabilitation Programme in Orientale Province

Democratic Republic of the Congo  
décembre 2016

The Agricultural Rehabilitation Programme in Orientale Province in the Democratic Republic of the Congo was implemented in a context of serious hardship. It took strategic measures that had rapid impact on agricultural production and food security, and human and social capital. Actions included improving road access, creating grass-roots organizations, distributing agricultural and fisheries tools and inputs, and rehabilitating social infrastructure. The programme contributed to reviving the agricultural economy and instilling a participatory local development dynamic in the programme area.

However, the highly challenging implementation context was not sufficiently taken into account in the overly ambitious and complex programme design, and the programme team’s planning and management capacity was not commensurate to the challenges. Consequently, programme efficiency was low with important implementation delays and very high operating costs, which only improved towards the end. In addition, sustainability of impact is at risk because of the weak maturity of producers' organizations and limited capacity of public and private service providers.

Programme performance and impact could have been much higher, had the programme had more realistic objectives and geographical coverage, and more appropriate duration and phasing; had it given more attention to capacity building among community-based organizations and deconcentrated government services; and had it better integrated marketing and environmental aspects to reduce risks related to overproduction, environmental degradation and climate change.

LANGUAGES: English

Rural Microenterprise Promotion Programme

Philippines  
novembre 2016

The Rural Microenterprise Promotion Programme (RuMEPP) in the Republic of the Philippine implemented between 2006 and 2013, sought to address two main areas of impediments to microenterprise development – finance; and knowledge and skills.

One of the programme's notable achievements is its contribution to enhancing the Government’s support, in particular that of the Department of Trade and Industry, to microenterprise development in terms of approach and scale, while also linking up with other opportunities and fostering partnerships with other actors. The programme was effective in mobilizing and organizing business development services, which provided critical support to start-up microenterprises and to upgrading existing microenterprises. A major advancement was made in terms of the systematic integration of marketing-related issues to organized trainings (e.g. packaging and labelling, product design and development), as well as other types of support (e.g. facilitating linkages with market outlets).

A large proportion of the programme funds was allocated for credit lines and was all disbursed through microfinance institutions, reaching numerous microenterprise borrowers. However, there was insufficient attention to how microfinance institutions' services could be strengthened to better cater for different types of clients in addition to or rather than simply injecting liquidity into the financial sector.

LANGUAGES: English

Finance for Enterprise Development and Employment Creation Project

Bangladesh  
juillet 2016

Bangladesh is one of the most densely populated countries in the world, with a population density of 1,174 inhabitants per sq.km in 2011. Depending on the source, rural poverty stood between 43 and 53 per cent at the time of project design (2006). The agriculture sector (including crop, livestock and fisheries) makes up about 18 per cent of the country’s gross domestic product and is the main source of employment, absorbing 47.5 per cent of the workforce. The majority of farmers (53 per cent) are landless. While agriculture is the backbone of the rural economy in Bangladesh, it does not provide year-round income earning options. There are many microenterprises in rural and peri-urban areas in both agricultural and non-agricultural sectors which, if developed, could have a large potential to employ the rural poor. A key constraint to the growth of these microenterprises is access to finance and value chains.

The Independent Office of Evaluation of IFAD (IOE) has undertaken a project performance assessment (PPA) of the Finance for Enterprise Development and Employment Creation (FEDEC) in Bangladesh to: (i) provide an independent assessment of the overall results of the project; and (ii) generate findings and recommendations for the design and implementation of ongoing and future operations in the country.

Project design and implementation. The project was approved in September 2007. The IFAD loan effectiveness date was 8 January 2008, and the actual loan closing date was 30 September 2014, being a six-year implementation period. The PPA mission to Bangladesh took place in November 2014. The project goal was to stimulate pro-poor growth to increase employment opportunities and reduce poverty. The project objective was to expand existing microenterprises and establish new ones. To achieve the objective, the project design envisaged three key components: (i) microfinance services, (ii) value chain development (VCD); and (iii) project coordination and management.

The project was implemented by Palli Karma-Sahayak Foundation (PKSF) as the lead agency through partner organizations. PKSF is the government apex funding agency for non-governmental organizations, and held overall responsibility for project implementation under the conditions and terms of the Subsidiary Loan and Grant Agreement. PKSF worked with 159 partner organizations regarding microenterprise lending and with more than 44 partner organizations relating to VCD activities. These partner organizations (which also operate as microfinance institutions –MFIs - but are not limited to that function) have significant experience in providing microfinance while many have become familiar with microenterprise financing through earlier projects which did not have a focus on value chain access. Since retail financing to microenterprises was the main activity of the project, these partner organizations were actually the drivers of the whole project.

The total project cost at design was US$57.8 million, with the expectation of being proportionately shared by IFAD (61 per cent), Government/PKSF (38 per cent), and beneficiaries and partner organizations (1.3 per cent). At closure, the total actual project cost was US$314.74 million, financed by the IFAD loan to the amount of US$35.67 million (11.3 per cent), the PKSF contribution to the amount of US$57.06 million (18.1 per cent), and partner organizations and beneficiaries to the amount of US$222.01 million (70.6 per cent). The contribution of participant partner organizations to the microenterprise loan funds, although present from the beginning, increased dramatically towards the project end to enhance their equity participation in microenterprise lending.

The FEDEC approach was geared towards increasing the income of the rural poor by creating improved access to finance for the microenterprises. Development of a range of value chains was also an integral part of the project design and was envisaged to foster the economic growth of not only the microenterprises but also the backward and forward market actors thereby creating further employment for rural poor people in Bangladesh. The key assumption of the project was to reach the poor directly through the growth of microenterprises accessing microfinance, and indirectly through job creation. During implementation, a much higher number of microenterprises than initially targeted responded positively and met the eligibility criteria for receiving loans laid out by the implementing agency and, consequently, the partner organizations and the project tapped into this opportunity. However, the major risk identified was whether these microenterprises being financed were actually creating more employment and income for the rural poor.

The project financed four major categories of enterprises namely: trade and service, agriculture, and manufacturing and processing. The share of trade in total loan outstanding was the highest (48 per cent), followed by agriculture (25 per cent), services (15 per cent) and basic manufacturing and processing (12 per cent). Use of loans in trade was dominated by small retail businesses, while in agriculture the dominant sub-sector was livestock. Service sector loans were dominated by house construction and small-scale motorized passenger vehicles, while mini-garment production dominated the basic manufacturing and processing category. The project completed a revised number of 44 value chain sub-projects against an initial set target of 60. An analysis of the value chain sub- projects reveals that an overwhelming majority of them (91 per cent) are in agriculture including crops (flowers, vegetables, rice, bananas), fisheries/crab/ prawns and livestock.

Relevance. The project appropriately included both financial and complementary non-financial services but lacked support to any form of beneficiary organization. The objectives were relevant to the 2005 National Strategy for Accelerated Poverty Reduction and well aligned with the 2006 IFAD Country Strategic Opportunities Programme. Particular attention was given to scaling up microcredit initiatives to meet the needs of growing microenterprises and small businesses in the rural areas, thus contributing to the rural economy and job creation. Limited or lack of access to finance is indeed recognized as one of the key constraints to the growth of microenterprises in Bangladesh. The project also tried to improve the capacity of MFIs to provide non-financial services for business growth (training, marketing, technology, etc.) by providing technical support and through a VCD approach. In this last respect, the project was overly ambitious in scope given the short period of time available for implementation.

Micro-enterprises in Bangladesh provide not only sustainable income-earning options for entrepreneurs but also wage employment opportunities for poor people. The latter segment of the rural population, mostly landless, depends largely on agricultural labour opportunities which are periodic. However, the FEDEC did not really target the poor/most vulnerable or monitor their inclusion in, and benefits stemming from, the project. A much larger portion of loans went to the trading business, which employs relatively less people than the manufacturing and processing sectors. Employment creation for women was also not rigorously sought after. Not all partner organizations applied project guidelines regarding the eligibility of microenterprises for loans and sometimes loans were provided to microenterprises that could have accessed them through formal institutions.

Effectiveness. FEDEC has built the capacity of PKSF and partner organizations to efficiently support microenterprise development as per the objective. Overall project effectiveness, with respect to the number of microenterprises which received loans, was highly satisfactory as it reached the target mid-way through the project. With a very high recovery rate of 98.53 per cent, it appears that the microenterprise loan financing service has been able to create a strong foothold and is very likely to continue. The number of microenterprise borrowers registered an increase of 483,774 (from 79,403 on 29 February 2008 to 563,177 on 31 March 2014) (67.1 per cent women), against a target of 117,700 (an achievement of 411 per cent). Likewise, the average loan size went up from BDT 59,281 in February 2008 to slightly more than BDT 80,000 in March 2014. The project far exceeded the two critical lending targets, i.e. the number of borrowers and the average loan size/total loan outstanding.

Efficiency. The larger part of the overall project budget (98.6 per cent) was spent on microenterprise lending and the project performed very efficiently in this context. The original funds for microenterprise lending for the total project had been disbursed by mid-term. The recovery rate has also been outstanding. For loans given to partner organizations by PKSF, the cumulative recovery rate was 98.5 per cent, while that of loans given to microentrepreneurs by partner organizations was 99.15 per cent. The IFAD-PKSF eleven-year consolidated partnership and PKSF's in-depth knowledge of financial services combined with a network of 250 national partner organizations, provided FEDEC with a unique opportunity for sharing costs, ownership, trust and knowledge.

Rural poverty impact. Rural microenterprise entrepreneurs, the first target group of the project, significantly raised their income and assets as a result of microenterprise loans and families owning a microenterprise are now more food secure. However, the change was not as significant for the rural poor, often landless and/or female-headed households, the second target group of the project, who were expected to benefit from the growth of microenterprises through employment creation. Most microenterprises accessing loans did not belong to the most labour intensive sectors, and increased labour demand was largely absorbed by unpaid family labour.

PKSF introduced training on environment and regulatory issues related to microenterprises for PKSF and partner organizations’ staff. Unfortunately, this was not followed-up proactively with the microenterprises except for perhaps in the flower sub-sector. Results show a large increase in the production of nutrient-rich fish and some positive impact in terms of quality and quantity intake within the target households.

Sustainability. Considering the high recovery rate of microenterprise loans, it is very likely that PKSF and partner organizations will continue providing the service. In addition, since microenterprise lending also reduces transaction costs (bigger loan size compared to microcredits) the growth of microenterprise clients in the overall portfolio of each partner organization is likely to increase. Hence, the financial service for the target group can be considered sustainable. However, the picture for the non-financial services is not as bright. Integration of the private sector in an efficient and sustainable manner in the VCD projects was hardly visible. PKSF is committed to the sustainability of the microenterprise approach developed under FEDEC through its continued financing to, and supervision of, partner organizations. The IFAD-funded Promoting Agricultural Commercialization and Enterprises Project (PACE) approved in September 2014 also provides a great opportunity to consolidate the innovations introduced, particularly seasonal loans.

Innovation and scaling up. The project took an innovative approach by addressing the financing needs of the less-poor operating microenterprises with potential to expand. A key assumption was that the microenterprises would themselves employ more poor people following their growth. In VCD projects, some technology innovation in the local context was observed with, for example, the introduction of improved mung bean production technology, expanding high value and more labour-intensive flower production, prawn culture associated with fish, etc. FEDEC has promoted the introduction of new financing products (seasonal loans); as well as new varieties of crops (summer tomatoes, mung beans; gerbera, roses and gladiolas flowers, prawns, catfish) in areas where they were not produced before. PKSF has documented some of these innovations and has trained partner organizations to diversify their financing products. However, the absence of strong partnerships with the private sector undermines potential for scaling up innovative enterprises.

Gender equality and women's empowerment. A much higher proportion of loan recipients (67.1 per cent of 483,774 borrowers, a total of 324,612) were women. Notwithstanding the fact that most were used as a conduit by their male partners, many of them successfully mediated their access to credit to gain access to other resources and strengthen their voices in family decision-making. FEDEC’s contribution to increasing mobility and participation of women cannot be underestimated. One out of the eight microenterprises visited during the assessment was run by women. However, microenterprises and value chains seemed not to have been selected with conscious efforts to ensure gender equality and women's empowerment.

Recommendations

Targeting. PACE, based on lessons from FEDEC, should provide start-up capital to first generation ultra-poor (those immediately below the poverty line) with specific mechanisms and tailored financial products/non-financial services that would reduce risks in working with this target group. In addition, more careful selection criteria for microenterprise lending should be adopted and monitored carefully with priority to those working in sub-sectors with higher potential for employment generation and gender balance. This will require clear monitoring and evaluation of activities that include impact/outcome indicators linked to other services. The geographic focus should be in the poorest areas of the country, to increase the probability that more of the poor can benefit from employment creation.

Business/non-financial services. PACE should have a clear strategy on how to develop the business/non-financial service markets around the selected value chains. Value chain constraints to growth are often linked with lack of, or poor, service provisions either from within the chain (in embedded form) or from lateral provisions. The importance of embedded service provisions in agricultural sectors in Bangladesh cannot be underestimated as poor farmers can hardly afford an information service on a fee basis. To ensure sustainable impact, it is essential to develop/strengthen the service providers of the selected value chains instead of the project directly providing those services. PACE, therefore, needs to have a clear strategy to identify the service market gaps in selected value chain and build their capacity through facilitation activity with a clear exit plan.

Value chain development. Learning from FEDEC, PACE should refocus on a smaller number of pro-poor value chains as opposed to the 30 value chains foreseen. This also means that a simple view to VCD is not sufficient and assessments must identify not just blockages to access markets but all linkages related to input/output policies that may impact negatively on sustainability.

Institutions. In the development of enterprises and accessing value chains it is essential to develop them (producer/processor groups) into formal institutions and in the context of Bangladesh clear support should be given for these groups to form into companies. Such a process will strengthen their knowledge, roles and responsibilities to engage in business for further profit and/or expansion and will avoid potential elite capture. Support to farmers’ organizations could play a vital role by giving members improved access to market, information, and agricultural technologies, and related services and public goods.

Partnerships. PACE should place a high priority on developing a wide range of partnerships to leverage expertise, access and wider benefits to IFAD-supported projects. For example, they should partner with other IFAD-supported programmes in the country (implemented by the Ministry of Agriculture; and by the Local Government Engineering Department [LGED]) as well as with IFAD-supported regional programmes to support farmer organizations. As PACE aims at the development of 30 value chains, they should leverage on these partnerships with other relevant programmes. In particular, they should leverage their expertise and links with private companies that are involved in those programmes and are interested in undertaking joint market assessments, trainings and expanding access to the market for the microenterprise.

LANGUAGES: English

Rural Diversification Programme

Mauritius  
juin 2016

The goal of IFAD's Rural Diversification Programme in Mauritius was to (i) broaden the income and resource base of the target population of small and marginal planters, fishermen, unemployed, landless and female-headed households and (ii) improve their technical and entrepreneurial capacity through training and the strengthening of grass-roots groups and organizations.

While the programme was found to have contributed to increased income levels and food security through higher agricultural production and fish catches, and some community projects have supported poor women to overcome social and economic exclusion, the overall achievement of the development objectives was deemed moderately unsatisfactory. The programme came short of meeting its objectives of decreased farmer dependency on sugar cane, the environmental impact remained  high, and there was a failure to address critical issues such as human resources constraints and not internalizing previous learning due to weak monitoring and learning. For future projects, the report recommends more attention being paid to support value chains and market linkages, improved access to credit and methods to increase community ownership.

 

LANGUAGES: English

Oasis Sustainable Development Programme

Mauritania  
mai 2016

Évaluation de la performance du projet

Résumé

Le présent rapport fait état des résultats de l'évaluation de la performance de projet (EvPP) du Programme de développement durable dans les oasis (PDDO), en Mauritanie.

Objectifs. L’EvPP avait pour objectifs d'évaluer les résultats globaux et de générer des enseignements et des recommandations utiles à la fois pour la conception d'opérations futures en Mauritanie et pour l'exécution des projets en cours dans le pays.

Méthodologie. L'évaluation a été réalisée conformément aux directives du Bureau indépendant de l’évaluation du FIDA (IOE) relatives à la validation des rapports d'achèvement de projet et à l'évaluation de la performance de projet. Elle repose aussi sur une analyse approfondie du Rapport d'achèvement de projet et autres documents pertinents. De plus, l'évaluation tient compte des résultats d'une mission organisée en Mauritanie, qui a permis de conduire des entretiens dans la capitale et sur le terrain. Les données recueillies sur le terrain devaient permettre de vérifier les informations issues de l'analyse bibliographique et de formuler une évaluation indépendante de la performance du Programme. Compte tenu de la faiblesse des ressources allouées par IOE aux évaluations de performance de projet en général, il n'y a pas eu d'enquête quantitative. Les informations recueillies ont donc été essentiellement de nature qualitative.

Processus de l'évaluation de la performance du Programme. L'EvPP s’est déroulée en cinq étapes: i) préparation ; ii) mission sur le terrain ; iii) rédaction du rapport et assurance qualité ; iv) commentaires et révision ; et v) communication et diffusion. La préparation a consisté en l'examen des documents qui ont fourni des constats préliminaires et l’identification des enjeux clés qui ont servi de guide pour une revue approfondie. Par ailleurs, la préparation a débouché aussi sur une proposition de termes de référence qui a fait l'objet d'un examen par les pairs au sein d’IOE et a été soumise par la suite à la Division Afrique de l’Ouest et du Centre du FIDA et au Gouvernement pour commentaires avant le départ de la mission pour Nouakchott. Apres validation de la préparation de l’EvPP, la mission sur le terrain a rencontré l'agence d'exécution du PDDO, les autorités gouvernementales, les unions des Association de gestion participative des oasis (AGPO), la structure faîtière des Mutuelles d'investissement et de crédit oasien (MICO) (Union nationale des mutuelles d’investissement et de crédit oasien, UNMICO), les AGPO et les MICO de la Wilaya d’Adrar, les bénéficiaires et autres informateurs clés. La mission a été menée en étroite collaboration avec le Ministère du développement rural, qui a assuré la tutelle du PDDO.

Contexte du programme. La palmeraie, élément de base des oasis et pivot de l’organisation sociale des communautés oasiennes, représentait le centre du champ d’action du PDDO. Le PDDO, d’une durée de 8 ans, est entré en vigueur en novembre 2004, et fait suite aux projets Oasis I et II clôturés en 2003. Héritier du Projet Oasis I et II, le PDDO s’inspire largement de cette expérience pour réaliser son objectif global, à savoir, la création, à terme, d’une base de développement solide et les conditions propices pour que les communautés oasiennes puissent se prendre en charge et participer d’une manière effective à la réalisation des objectifs nationaux de réduction de la pauvreté et de lutte contre la dégradation de l’environnement. Pour parvenir à cet objectif, le PDDO s’est fixé trois objectifs spécifiques, i) développer les capacités locales d’organisation et de gestion et promouvoir la participation effective des populations, notamment les femmes et les jeunes, aux processus de développement communautaire et local et l’amélioration du cadre institutionnel; ii) promouvoir l’exploitation rationnelle et durable du potentiel productif oasien, notamment au niveau des ressources en eau; et iii) développer un réseau de services financiers privés de proximité.

Les objectifs devaient être atteints dans le cadre d'interventions articulées autour de cinq composantes: i) structuration des communautés oasiennes; ii) développement durable des capacités productives des oasis; iii) développement des services financiers de proximité; iv) développement des infrastructures de base (sur financement parallèle du Fonds arabe de développement économique et social, FADES); et v) coordination, suivi et évaluation. Le montant total des coûts du Programme était de 38,66 millions d’USD, dont une contribution du FIDA de 11,41 millions d'USD. Les autres coûts du Programme étaient pris en charge par le Gouvernement (6,79 millions d'USD), les bénéficiaires (1,36 millions d'USD), le FEM (4,1 millions d'USD) et le FADES (15 millions d’USD). Le principal organisme d'exécution du Programme était le Ministère du développement rural. Le Bureau des Nations Unies pour les services d'appui aux projets (UNOPS) a assuré l'appui à la supervision et l'exécution du Programme jusqu'en décembre 2010. A partir de janvier 2011, la mise en œuvre du PDDO a été supervisée directement par le FIDA. Fixée initialement pour décembre 2012, la date d’achèvement a été reportée au 30 avril 2014 et la date de clôture du prêt au 30 octobre 2014. Cette prolongation a été accompagnée d’une réallocation des fonds du prêt du FIDA.

Performance du programme. Le PDDO a été très pertinent par rapport au contexte du pays, aux priorités du FIDA et aux besoins des bénéficiaires. Ainsi, les objectifs du PDDO, se sont inscrits largement dans les référentiels de la lutte contre la pauvreté et le développement rural du Gouvernement (Cadre stratégique de lutte contre la pauvreté, CSLP 2001-2015) et la Stratégie de développement du secteur rural. En ce qui concerne le FIDA, le Programme était en cohérence avec les options stratégiques définies dans les Documents d’options stratégiques pour le pays du FIDA (COSOP) 2000-2004 et COSOP 2007-2012. Le PDDO peut être considéré comme le premier grand programme ayant mis en œuvre le CSLP 2001-2015 en milieu oasien. Il s’inscrivait dans la dynamique de promotion des approches participatives qui visaient à associer les bénéficiaires et leurs associations à l’identification des besoins, la planification et la mise en œuvre des actions de développement. Le développement et la réhabilitation des oasis, comme porte d’entrée pour l’organisation et l’encadrement des producteurs à travers les AGPO a été une disposition stratégique pertinente de la conception. En effet, les appuis des AGPO avaient toutes les chances d’être adoptés et appropriés, du fait qu’ils accompagnaient des projets concrets, identifiés et portés par les AGPO et les coopératives de producteurs. Les AGPO, les Unions des AGPO, les MICO ont contribué et continuent à contribuer au renforcement du pouvoir d’action des ménages dans les oasis. Les interventions ont été soutenues par le développement de services de micro finance offrant des produits adaptés aux besoins des pauvres et par l’établissement d’un Fonds d’investissement communautaire (FIC) qui a constitué un support concret aux initiatives de base exprimées dans la planification participative locale. La promotion des MICO s’est avérée plus qu’indispensable. Elles offrent des services financiers de proximité appréciés par les populations rurales. Ces structures ont favorisé un processus d’apprentissage de la gestion d’une institution financière à base communautaire. Dans les zones oasiennes en particulier, les MICO sont devenues des acteurs clés dans le financement de l’agriculture et des activités génératrices de revenus. Une telle dynamique était de nature à faciliter l’atteinte des catégories vulnérables ciblées par le Programme et à créer un environnement favorable à un développement oasien durable.

Les documents examinés et les visites de terrain démontrent que des résultats importants ont été obtenus par le Programme. Sur le plan de l’efficacité, le PDDO a fourni des efforts importants pour le renforcement, l’institutionnalisation et la mise en œuvre d’une approche participative communautaire, en l’appuyant par des ressources humaines et des actions d’accompagnement cohérentes. Celles-ci ont largement favorisé la mobilisation, la fédération et l’organisation de la population et des structures communautaires autour des problèmes du développement oasien. Le PDDO a facilité la création de 96 AGPO, qui ont réalisé à travers le FIC plus de 513 microprojets. Les AGPO sont l'un des meilleurs succès du PDDO, dans l’opinion de la plupart des partenaires du PDDO, des bénéficiaires ainsi que de l'opinion de la mission. Cependant, l’efficacité du Programme a été parfois assez faible sur le plan qualitatif, notamment en ce qui concerne le renforcement des capacités locales de maintenance et de gestion des infrastructures communautaires et l’absence de mécanismes d’articulation entre le niveau communautaire et le niveau communal. En terme d’efficience, le Programme a accumule des retards successifs depuis son approbation par le Conseil d’administration du FIDA, jusqu’à son démarrage effectif sur le terrain. Les coûts de gestion ont connu une augmentation significative pour atteindre 32% à la clôture du PDDO.

Du point de vue de l'impact sur la pauvreté rurale, le Programme a eu un impact plutôt satisfaisant. L’appui direct aux populations oasiennes résultant des actions de financement sur le FIC et le Fonds pour l'environnement mondial (FEM), de structuration des oasis, de formation et d’accompagnement ont permis d’accroître sensiblement les revenus des bénéficiaires. Ainsi, les sources de revenus ont été diversifiées notamment grâce au développement des activités du palmier dattier (66% des revenus), le maraîcher (27%) et les Activités génératrices de revenus (AGR, 7%). L'expansion des zones irriguées a aussi entraîné une amélioration à la fois des rendements et des revenus. De plus, l'adduction d'eau potable a contribué à améliorer la situation sanitaire. Les différentes actions réalisées par le PDDO, notamment les nombreuses formations, ont eu des effets assez perceptibles sur le développement du capital humain et social. Au plan de l’autonomisation des structures oasiennes, 96 AGPO et 78 MICO ont été mis en place. Le niveau d’instruction des populations s’est accru de manière significative. Le capital social a aussi enregistré des progrès indéniables. Le PDDO a contribué au renforcement du pouvoir des populations à travers la planification participative, mais surtout la promotion de la maîtrise d’ouvrage locale. Cependant, l’impact des activités menées par le Programme en matière de gestion des ressources naturelles a été faible, à cause du caractère essentiellement démonstratif de la plupart des actions. Néanmoins, les actions développées à travers le FEM ont contribué à augmenter la capacité de résilience des populations aux changements climatiques. Sur le plan des impacts sur les institutions, le PDDO a contribué à la consolidation et l’extension d’un environnement favorable à l’auto-développement et à la dévolution du pouvoir vers les populations oasiennes. S'agissant des mutuelles financières villageoises, les MICO, le fait qu'elles émanent de la base et soient gérées par des élus du village a grandement contribué à leur développement rapide. L’engouement des populations pour ce modèle financier à la base, a fait que les MICO ont acquis une notoriété sur le plan institutionnel et une reconnaissance dans le paysage financier, à travers la mise en place en juillet 2014, de la structure faîtière des MICO, dénommée UNMICO.

En ce qui concerne la durabilité, les acquis observés depuis 2005 dans les zones d’intervention du PDDO sont encourageants et confirment la pertinence du modèle d’intervention. Un premier palier d’acquis a été atteint à l’achèvement du Programme, mais pour inscrire la durabilité de ces acquis, le PDDO n’a pas déployé après la revue à mi-parcours de 2010, comme il a été prévu, une stratégie cohérente de désengagement et de pérennisation des résultats, à travers le transfert effectif des responsabilités aux AGPO et les unions des AGPO, tout en leur donnant un ancrage institutionnel prévu dans les forums oasiens. Bien que les résultats soient encourageants dans la perspective de durabilité des acquis du Programme, l’évaluation de la performance des AGPO, leurs unions régionales et les MICO, a mis en lumière le besoin additionnel de leurs renforcements, pour atteindre leur régime de croisière.

L’indice le plus favorable pour la durabilité des acquis en perspective, a été la prise en charge par le Gouvernement du défi de consolidation de la construction de l’autonomie des populations oasiennes. Un deuxième indice favorable pour la durabilité s’inscrit dans la continuité des activités du PDDO, pour la vulgarisation du contenu de la loi 98-016 instituant les AGPO auprès de leur environnement institutionnel. Un troisième indice favorable pour la durabilité se trouve dans l’approbation du FADES, d’un nouveau financement qui va prendre en charge certaines composantes auparavant financées par le FIDA. Un quatrième indice favorable se trouve dans la réflexion engagée fin 2013, par le Gouvernement, sur la mise en place d’un cadre institutionnel pour le développement des oasis. Ce cadre non encore approuvé par le Gouvernement, s’oriente pour le moment sur la création d’une Agence de développement intégré oasien (ADIO). De facto, la structure de gestion du PDDO assure le fonctionnement de l’ADIO.

En revanche, des indices importants pèsent sur la durabilité des aménagements et des infrastructures hydro-agricoles mis en place dans les oasis. Au niveau de la maintenance des infrastructures, la durabilité est faible. Les associations d’usagers de l’eau manquent des moyens financiers nécessaires pour prendre en charge l’entretien des infrastructures hydrauliques et le renouvellement de certains équipements. La tarification de l’eau, actuellement pratiquée dans les comités de gestion de l’eau, ne couvre pas le minimum des couts récurrents, ce qui risque à terme de conduire à la dégradation des installations, faute de ressources financières allouées à l’entretien et au renouvellement des équipements. Les limites du bénévolat pouvant entraîner un certain relâchement sont un autre indice défavorable pour l’institutionnalisation et la pérennisation des structures oasiennes mises en place.

En ce qui concerne l’égalité des sexes et autonomisation des femmes, des efforts ont été déployés pour favoriser l'égalité entre les sexes et le Programme a notamment organisé des cours d'alphabétisation, encouragé la présence de femmes dans les coopératives et les associations. Le Programme a appuyé les femmes à exercer des activités génératrices de revenus grâce à un accès à des formations et a des services financiers, à travers les MICO et le FIC. Une forme d’esprit entrepreneurial s’est ainsi développée chez les groupements de femmes à l’échelle oasienne. Les femmes ont été impliquées activement dans la gestion des MICO et des AGPO. La représentativité des femmes dans les instances de décision est encore à renforcer, malgré une tendance positive.

En ce qui concerne l’innovation et l’application à plus grande échelle, les AGPO et les MICO sont des modèles déjà introduits par le Programme Oasis II. Le PDDO a joué un rôle important de consolidation et de mise à l’échelle, dans les différentes wilayas concernées par le Programme. L’innovation principale a été la mise en place d’un système de vulgarisation paysanne, de proximité, dans le cadre d’une initiative “Sud-Sud” d’échange avec des ménages oasiens marocains. Cette innovation a permis l’introduction de nouvelles pratiques agricoles dans la conduite maraîchère utilisée dans les Oasis, d’introduire de nouvelles technologies culinaires, alimentaires et artisanales susceptibles d'améliorer les conditions de vie des ménages oasiens.

En ce qui concerne la performance des partenaires, le FIDA en tant que maître d’œuvre du Programme, est apprécié par ses partenaires dans le cadre du PDDO. Depuis 2010, le Programme est passé sous la supervision directe du FIDA. Le transfert de la gestion du prêt s’est passé sans difficultés particulières. La performance du Gouvernement s’est distinguée par une bonne capacité d’orientation, et de délégation de pouvoirs à l’Unité de coordination du programme (UCP), par le Ministère du développement rural. A son actif, le ministère de tutelle a su anticiper sur l’achèvement du PDDO, en lançant plusieurs initiatives pour déterminer où orienter le devenir institutionnel du PDDO au-delà de la date d’achèvement. Par contre, la collaboration avec le Ministère en charge de l’environnement dans la mise en œuvre de la composante du volet FEM n’a donné aucun résultat significatif. En ce qui concerne la performance de l’UCP, les deux principales critiques portent sur son coût de fonctionnement élevé et la faible performance du système de Suivi-évaluation (S&E). Ce dernier devait servir de support pour la programmation, le suivi et l’évaluation des actions du PDDO. La revue des différents rapports, par la mission, démontre la faible performance du S&E.

En conclusion, la performance globale du Programme est jugée satisfaisante. Le Programme s’est distingué par sa grande pertinence par rapport aux priorités du Gouvernement, aux priorités du FIDA et aux besoins des bénéficiaires, dans une zone à forte spécificité rurale qui reste soumise aux aléas climatiques, à l’érosion, à la dégradation de ses ressources naturelles, au manque d’eau, à la pauvreté et à l’exode rural. Le PDDO a réussi, globalement, à atteindre ses objectifs spécifiques. Ces résultats obtenus ont permis de jeter les bases organisationnelles pour générer les transformations socio-économiques attendues, dans l’environnement oasien. Malgré ces résultats globalement positifs du PDDO, en termes notamment de pertinence, d’efficacité et d’impact sur la pauvreté, il convient de dire que certains défis restent encore à relever. Il s’agit notamment, de la durabilité qui risque de fragiliser les acquis du Programme, du dialogue politique modeste, qui n’a pas permis aux AGPO de s’intégrer dans la planification institutionnelle communale, la faible synergie et complémentarité entre le PDDO et le Programme de lutte contre la pauvreté rurale par l'appui aux filières (ProLPRAF) et la capacité des association de la gestion de l’eau mis en place, qui demeurent fragiles.

Principales recommandations

Dialogue politique. Le PDDO a fait face à un défi important de reconnaissance juridique des AGPO, leur permettant de représenter légalement les populations oasiennes dans le processus de décentralisation engagé par le Gouvernement au niveau communal. De l’avis de l’évaluation, ce défi ne pouvait pas se résoudre uniquement à travers les cadres oasiens de concertation qui étaient prévus par le PDDO. Le FIDA est très bien positionné comme partenaire en Mauritanie pour initier un plaidoyer politique avec le Gouvernement, pour renforcer le dialogue politique d’une manière générale et plus particulièrement le positionnement stratégique légal des AGPO dans le processus de décentralisation à la base.

Consolidation des capacités des AGPO. La continuité de l’appui devrait être axée sur le renforcement des capacités des AGPO, qui seront encadrées pour les amener à gérer les actions de développement elles-mêmes, en tant qu’acteurs-demandeurs plutôt que bénéficiaires-récipiendaires.

Connaissance des nappes phréatiques dans les oasis. Un des défis le plus importants après l’achèvement du PDDO reste la gestion rationnelle de la ressource eau dans les oasis. Dans ce contexte, la connaissance des ressources en eau des nappes souterraines dans les oasis est un instrument de navigation et de gestion indispensable à mettre rapidement en place, pour pouvoir mesurer l'incidence des prélèvements sur la ressource en eau, qui est en train d'augmenter avec l'engouement constaté pour l’utilisation de systèmes d'exhaure intensifs. Avant d’envisager d’intensifier le pompage des nappes, dans le cadre du nouveau projet financé par le FADES, il convient de procéder à des études précises sur les ressources hydriques disponibles.

Durabilité des investissements dans les oasis, maintenance et entretien. Pour améliorer la durabilité des investissements locaux, il faudrait mettre en place des mécanismes de contribution des populations qui soient équitables et adaptés aux investissements et à leur entretien. Le Gouvernement devrait évaluer plus en détail comment, dans la réalité, les contributions des populations ont été mobilisées et dans quelle mesure elles ont effectivement favorisé une meilleure gestion durable des infrastructures, afin de renforcer la durabilité des investissements consentis par le Programme.

Accès aux services financiers. Les MICO jouent un rôle essentiel et incontournable dans l’impulsion des activités agricoles et économiques des oasis où elles sont implantées. Mais les besoins en renforcement des capacités des MICO demeurent encore importants tout comme l’appui nécessaire à l’UNMICO. D’importantes marges d’amélioration existent dans le fonctionnement des MICO. Les perspectives de viabilité des MICO dépendent d’un appui immédiat, technique et financier, substantiel. A terme, le FIDA et le Gouvernement doivent se concerter dans le cadre du nouveau COSOP pour envisager un appui à moyen terme sur une stratégie d’accès aux services financiers en milieu rural et analyser la faisabilité d’un projet d’appui à la finance rurale.

LANGUAGES: English, French

Pastoral Community Development Project II

Ethiopia  
avril 2016

The Pastoral Community Development Project in Ethiopia successfully introduced community-driven development, which was key in empowering pastoralist communities. Overall, the project performed strongly on its major components, which included improving livelihoods through access to social and economic infrastructure and financial services. Moreover, good progress was made towards gender and women’s empowerment. The effects of better access of pastoral women to education and health, and their economic empowerment, could contribute to profound changes in their communities.

There are, however, some areas which need to be addressed and improved during the third phase currently under way. These concern the inclusion of local knowledge and social and environmental effects due to climate change and the sustainability of benefits generated. In addition, the assessment recommends that the project ensures the mobility of pastoralists is respected, and that the project engages in a more open dialogue with other Ethiopian ministries and actors, including development partners active in pastoral development.

LANGUAGES: English

Environment Conservation and Poverty-Reduction Programme in Ningxia and Shanxi

China  
mars 2016

The Environment Conservation and Poverty-Reduction Programme in Ningxia and Shanxi aimed at sustainable and equitable poverty reduction for 300,000 vulnerable rural households living in an environment with a fragile and deteriorating natural resource base. A large number of these impoverished households belonged to the Hui ethnic minority. The programme used a multisectoral approach to address the main causes of poverty within a fragile environment. Programme activities were implemented in the context of wider Government efforts to reduce poverty in the region. The scale of the concerted efforts enabled a far-reaching transformation of the rural landscape, with significant improvements in basic education and health services, and consolidation of the natural resource base. Value was added through the consistent efforts to target programme benefits to the poorer households, in particular women. Although it has delivered a number of results, the programme failed to stand up to its original intention and purpose. In particular it did not deliver the transformative approaches or innovative practices that could have informed ongoing Government programmes and policies for poverty reduction in environmentally sensitive areas. Analysis of the factors limiting the relevance, effectiveness and impact of this programme highlights the need for IFAD to keep abreast of China's rapid development.

 

LANGUAGES: English

Microfinance and Microenterprise Development Project

Djibouti  
mars 2016

Évaluation de la performance du projet

Résumé

Contexte. Le Bureau indépendant de l'évaluation du FIDA (IOE) a entrepris une évaluation de la performance du Projet de développement du microfinancement et de la microentreprise (PDMM) à Djibouti avec comme objectifs de fournir un examen indépendant de la performance et des résultats du projet; et de formuler des conclusions et des recommandations pour la conception et la mise en œuvre des interventions en cours et futures à Djibouti. Cette évaluation est fondée sur une analyse documentaire et sur un travail de terrain en Mars-Avril 2015, et par des entretiens et des discussions avec divers intervenants clés sur le terrain, y compris les bénéficiaires.

Le PDMM. Le contexte du projet se caractérisait par l’inexistence de stratégie, de politique de microfinance et de cadre législatif et réglementaire de développement de la microfinance à Djibouti. De même, aucune structure financière décentralisée pérenne n’a été installée. Le secteur de la microfinance à Djibouti avait connu des expériences isolées de micro-crédit mais de portée limitée. Le PDMM se trace comme objectifs d’établir un réseau viable de caisses pour offrir des services financiers aux bénéficiaires, de mettre en place des services non financiers durables et des services de promotion de l’entreprise, de formuler et d’adopter une stratégie nationale de microfinance et de la microentreprise avec son cadre juridique et, enfin, de renforcer et de diversifier les activités rémunératrices pour le groupe-cible. Le projet s’articule autour de trois composantes (renforcement des capacités institutionnelles, développement du la microfinance et promotion de la microentreprise, et gestion et organisation du projet) . Le coût total initial du projet est de 3,944 millions d’USD avec financement à hauteur de 91% par le FIDA, un cofinancement du le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) (4%), une contribution du Gouvernement (3%) et celle des bénéficiaires (2%).

Performance du projet. Le PDMM a été pertinent par rapport au contexte institutionnel de la microfinance et celui de la promotion de la microentreprise, conforme aux orientations stratégiques du Gouvernement, aux priorités et stratégies du FIDA, et aux attentes et aux besoins des bénéficiaires pauvres, notamment les femmes. Le projet a créé une dynamique de dialogue politique et de partenariat entre les structures de l’État, les partenaires techniques et financiers, et les institutions locales. Toutefois, celle-ci était modérée par rapport à la gestion des caisses (politique de crédit), l’approche de la rentabilité et de la chaîne de valeur et à la promotion de la microentreprise.

En termes d’efficacité, le projet a mis en place un réseau de caisses ciblant les populations vulnérables et a permis la mobilisation de plusieurs bailleurs dont une contribution substantielle du Gouvernement. Les taux de réalisations sont élevés par rapport aux prévisions et le déboursement des fonds a dépassé les prévisions du rapport de pré-évaluation (RPE) de près de 1,9 fois. Toutefois, l’efficacité de l’appui aux microentreprises et des services non financiers est insatisfaisante. Par ailleurs, le manque d’une structure faitière a produit une confusion entre les fonctions de gouvernance, de gestion et d’appui des caisses. Le retard de trois ans entre la date d’entrée en vigueur du prêt et le démarrage effectif du projet ainsi que celui dans les décaissements des prêts par les caisses aux clients compromettaient le bon fonctionnement du PDMM.

Pour ce qui est de l’efficience, les caisses d’épargne et de crédit (CEC) ne dégagent pas toutes une rentabilité financière. Les lacunes dans la gestion des caisses ont entrainé une dégradation croissante du portefeuille. Les marges nettes des activités financées par les CEC montrent que leur contribution dans la formation des revenus est consistante pour les bénéficiaires du PDMM. Ces marges nous enseignent sur les potentialités d'accroître la valorisation des produits. L’analyse coût-bénéfice du PDMM montre que le Taux de rentabilité économique (TRE), la Valeur actuelle nette (VAN), et le ratio bénéfice-coût sont satisfaisants et montrent que le PDMM est rentable. Aussi, la performance du projet est jugée plutôt satisfaisante par la mission.

L’impact du projet sur les revenus et les avoirs des bénéficiaires était positif en raison notamment de l’augmentation de l'effectif des adhérents, du volume de l’épargne et de crédits octroyés, de la diversification et de l’expansion des activités, et de l’amélioration des revenus et des conditions de vie des clients. Les bénéficiaires enquêtés indiquent leur grande satisfaction des services des caisses bien qu’ils déplorent certaines faiblesses du fonctionnement et de la politique de crédit des caisses populaires d’épargne et de crédit (CPEC).

Pour ce qui est du capital humain et social, la stratégie du PDMM a contribué à l’évolution de structures communautaires locales et à l’inclusion des bénéficiaires aux fondamentaux de la microfinance et à la participation active des bénéficiaires. La dynamique impulsée par le PDMM a encouragé la mobilisation de l’épargne et la demande de crédit. Cependant, les organes de gouvernance et de gestion des caisses ont encore du chemin pour une plus grande autonomisation. Le passage des associations aux coopératives financières a été rapide.

Le PDMM a un impact évident sur le développement du secteur de la microfinance tant sur le plan stratégique qu’opérationnel, et sur la consolidation du contexte institutionnel de la microfinance à Djibouti. Cet impact a permis un dialogue politique soutenu aussi bien avec le gouvernement que d’autres partenaires techniques et financiers. L’impact sur le capital humain et social et l’autonomisation ainsi que celui sur les institutions et politiques sont jugés satisfaisants.

La durabilité du projet se manifeste à travers l’élaboration de la stratégie de la microfinance, d’un arsenal de textes, et l’implication de partenaires nationaux et internationaux. La création de coopératives et des associations, des groupes de solidarité, des organes de gouvernance et de gestion des caisses sont une assurance de la pérennité du projet. Si quelques coopératives avaient atteint un certain degré de maturité en termes d’autonomisation opérationnelle et de gestion, d’autres le sont moins et sont encore vulnérables. La durabilité financière est problématique à cause de l’importance des subventions de l’Etat, de la faiblesse de la rentabilité du portefeuille de l’autonomie opérationnelle et financière, et de l’augmentation continue des charges d’exploitation. L’évaluation juge la durabilité plutôt insuffisante.

Les principales innovations du PDMM sont la confection de nouveaux cadres de réflexion sur la microfinance et l’amorce d’un changement d’attitude des bénéficiaires vis à vis des actions de développement. Pour ces raisons, l’évaluation juge l’innovation plutôt satisfaisante. En matière d’autonomisation des femmes, les clients des CPEC sont dominés par les femmes qui avaient gagné en autonomie financière, et contribuent à la prise de décision au sein de la famille et de la communauté. Le PDMM a renforcé l’implication des femmes dans la gestion des caisses grâce aux formations, à l’information, à la sensibilisation, et à l’assistance technique. Par conséquent, l’évaluation considère ce critère comme satisfaisant.

La performance du FIDA et du Gouvernement est jugée plutôt satisfaisante malgré la rotation des chargés de programme de pays (CPP), et l’insuffisance de l’apport du Ministère de l'agriculture, de l'élevage et de la mer (MAEM), du Comité de pilotage du projet, et de l’opérateur privé.

Performance globale du projet. La contribution du PDMM est importante en termes de réforme du secteur de la microfinance à Djibouti, notamment à travers l’adoption de stratégies et textes législatifs, et le partenariat avec des institutions spécialisées en microfinance. Le projet a préconisé une approche inclusive des bénéficiaires les plus vulnérables, notamment les femmes par leur participation à la prise de décision relative à la gouvernance des caisses.Toutefois, la forte rotation des CPM et les retards dans le démarrage du PDMM avaient entravé son bon fonctionnement. La durabilité est handicapée par les contraintes de GRH des caisses; l’absence d’une structure faitière; l’importance des subventions; la faiblesse de la rentabilité du portefeuille et de l’autonomie opérationnelle et financière des caisses. L’évaluation de la performance est jugée plutôt satisfaisante.

Recommandations. Ci-dessous les recommandations pour le FIDA et le gouvernement.

  • Durabilité financière des caisses d’épargne et de crédit. Les interventions doivent être axées sur le renforcement des caisses pour qu'elles puissent mieux servir le groupe-cible. Le renforcement des capacités des caisses doit se faire par des formations, l’établissement de plans d’affaires réalistes, les échanges d’expériences en matière de bonnes pratiques en microfinance et microentreprise. Plusieurs facteurs peuvent assurer la durabilité financière, en particulier une politique de crédit et d’épargne plus cadrée, une stratégie de communication plus efficace. De même, il y a lieu de diversifier les produits financiers et non financiers des caisses tels la micro-assurance, les crédits d’équipements notamment pour les filières productives, et l’épargne-tontine.
  • Par ailleurs, des mesures rapides de redressement devront être prises comme le provisionnement et l’apurement des crédits en souffrance, l’augmentation de l’encours sain avec de nouveaux octrois soigneusement sélectionnés, et la réduction des PAR et des charges d’exploitation. La durabilité des caisses doit être recherchée à travers la valorisation et le renforcement des atouts des caisses par le renforcement des capacités des organes de gouvernance et de gestion.
  • L’organisation du réseau des caisses doit être progressive avant d’aboutir à une structure faîtière autonome dont la forme juridique doit être explicitée et constituées par les caisses, l’État, le secteur privé, les organisations paysannes et les fonds éthiques internationaux. Le FIDA doit continuer à investir dans le secteur de la microfinance et de la Microentreprise vu son rôle pionnier dans ce secteur, de l’intérêt porté par les différents partenaires du PDMM, et de la réponse à une demande sociale locale des pauvres.
  • La politique de crédit et d’épargne doit être révisée en coordination avec des règles prudentielles flexibles mais efficaces pour éviter les abandons des clients des caisses, encourager des demandeurs potentiels de prêt, et promouvoir l'inclusion financière. De même, l’épargne doit être encouragée dans les zones où la pénétration des institutions financières est très faible.
  • Durabilité des Activités génératrices de revenus (AGR) et des microentreprises. Pour orienter les emprunts vers des AGR et des microentreprises liées aux filières de production, Il y a lieu d’encourager l’approche en termes de chaine de valeur orientée vers les besoins des pauvres. L’éventail des activités couvertes par les caisses doit être élargi pour couvrir les activités productives (pêche). La création de microentreprises rentables avec la maîtrise des processus de production et de commercialisation sont à développer notamment pour les groupements féminins. Un accompagnement adéquat des AGR/MPE est à rechercher en termes de GRH, d’appui-conseil, de formation, d’analyse de l’offre de crédit, d’information des clients sur les marchés prometteurs. Les campagnes de sensibilisation et de communication pour drainer l’épargne vers les caisses doivent être entreprises et différenciée selon les clients-cibles. La portée des caisses doit être élargie dans leur zone focale d’intervention pour améliorer le ratio emprunteurs/adhérent et augmenter l’offre de services financiers variés. Par ailleurs, les investissements structurels réalisés dans la zone du PDMM (ports, chemins de fer, routes) devraient garantir la création d’AGR et de microentreprises qui vont utiliser les services des caisses.

Aspects socio-organisationnels du projet. L’approche utilisée par le PDMM pour la coordination des activités par une structure légère est à répliquer. Cette structure devrait s’intéresser en priorité aux aspects de programmation, de recherche de partenariats stratégiques. Mais, la coordination d’ensemble des activités liées à la microfinance et la microentreprise doit être renforcée et institutionnalisée. Les groupes solidaires viables doivent être développés et leur évolution doit être endogène et progressive pour éviter tout risque d’implosion. De même, les fusions de structures doivent être graduelles (associations, coopératives).

LANGUAGES: English, French
1
2
3
4
5
6
7
8
9