À quoi ressemble la vie des agriculteurs moldaves à la frontière ukrainienne?

IFAD Asset Request Portlet

Agrégateur de contenus

À quoi ressemble la vie des agriculteurs moldaves à la frontière ukrainienne?

Ceban Serghei, responsable d’une coopérative locale, et Maria Macril, ancienne maire de Saharna Nouà, devant le réservoir d’eau construit avec les fonds du Programme FIDA pour la résilience du monde rural.

Le petit village de Saharna Nouà se trouve au bord du fleuve Dniestr, à l’est de la Moldavie (dont le nom officiel au sein du système des Nations Unies est la République de Moldova). Sur l’autre rive, se trouve la région de la Transnistrie et, au-delà, la frontière avec l’Ukraine.

Les équipes du Programme pour la résilience du monde rural financé par le FIDA travaillent aux côtés des petits exploitants agricoles de Saharna Nouà depuis 2017. À cette époque, le village connaissait des sécheresses à répétition, un phénomène particulièrement problématique car la culture des noix, très gourmande en eau, est l’un des piliers économiques de la région. Le programme a permis l’installation d’un système d’irrigation qui prélève de l’eau dans le Dniestr et l’achemine jusqu’à un réservoir qui se trouve en haut d’une colline et dans lequel les agriculteurs locaux peuvent puiser selon leurs besoins.

La dernière fois que nous nous sommes entretenus avec Ion Mihailà, un économiste de la région qui est également producteur de noix, il ne tarissait pas d’éloges sur le nouveau système. « Nous prévoyons un gain de productivité de 30 % », nous disait-il. « Et les noix devraient être plus grosses et plus homogènes, ce qui nous permettra de trouver des acheteurs plus facilement ».

Le programme a aidé les agriculteurs de Saharna Nouà à gagner en résilience face aux changements climatiques mais leur capacité de résister aux perturbations des chaînes d’approvisionnement et des marchés est sur le point d’être mise à l'épreuve du fait des répercussions de la guerre en Ukraine.

La Moldavie constate déjà les effets du conflit dans le pays voisin. Depuis le début de la guerre, les Moldaves ont ouvert leurs frontières, leurs maisons et leurs bras à plus de 460 000 réfugiés (chiffre du 18 mai 2022). Le pays accueille le plus grand nombre de réfugiés ukrainiens par habitant au monde. Le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, a salué l’exemple exceptionnel d’humanité et de solidarité donné par la Moldavie.

Avant la guerre, il était prévu d’étendre et d’améliorer le système d’irrigation. Chaque membre de l’association locale des utilisateurs d’eau espérait installer son propre système relié au réservoir et il était question de construire une nouvelle route qui faciliterait l’accès au sommet de la colline.

Mais, comme l’explique Ion, aujourd’hui, les prix des matériaux ont augmenté de 15% et les temps de livraison sont passé de deux à quatre mois, tandis que le port de destination n’est plus Odessa, en Ukraine, tout proche, mais Constanta en Roumanie, à quatre heures de route. Pour ce qui est de la nouvelle route, les coûts de construction seraient certainement supérieurs aux bénéfices.

L’association des utilisateurs d’eau a créé des emplois. Chaque agriculteur a engagé une ou deux personnes et l’association en a recruté deux pour la comptabilité et l’administratif. Avant le conflit, celle-ci prévoyait d’en engager encore davantage mais aujourd’hui, ces perspectives d’emploi sont remises en question.

Les premières récoltes issues du nouveau système sont attendues à l’automne 2022. En attendant que les noix mûrissent sur leurs branches, les agriculteurs du village ne peuvent que prendre leur mal en patience et suivre l’évolution de la situation.

Ils avaient prévu d’obtenir des certificats d’agriculture biologique et de s’associer à d’autres entreprises locales pour exporter vers les pays européens mais ils devront désormais vendre leur production, qui devrait atteindre 3 à 5 tonnes, localement. En dépit de la chute de la demande ukrainienne et russe, l’afflux de réfugiés ukrainiens en Moldavie pourrait étendre le marché intérieur.

En ces temps inédits, le FIDA fournit un appui stratégique à la Moldavie. Collaborant étroitement avec le Ministère de l’agriculture et de l’industrie agroalimentaire moldave et d’autres organismes des Nations Unies, il évalue la situation afin de trouver les meilleures solutions pour renforcer la résilience rurale et appuyer les agriculteurs dans le cadre d’initiatives financières, en particulier en vue du prochain cycle de production prévu à l’automne. Nous intensifions nos efforts afin d’accroître la production alimentaire locale, de réduire les pertes après la récolte, et de renforcer les marchés locaux et régionaux.

Tandis que les habitants de Saharna Nouà  s’habituent à la nouvelle situation, le FIDA continue d’aider les petits exploitants agricoles, d’améliorer leur résilience face aux changements climatiques et de promouvoir les investissements en faveur d’infrastructures et de systèmes agricoles ruraux productifs. Nous espérons par ailleurs que nos efforts permettront aux jeunes entrepreneurs de rester dans les zones rurales et encourageront les jeunes agriculteurs à investir dans l’avenir de la Moldavie.

Restez informés des dernières interventions du FIDA en Ukraine.

Découvrez notre Initiative de riposte à la crise établie en réponse à guerre afin de protéger les moyens d’existence et de renforcer la résilience des communautés rurales.

Découvrez l’action du FIDA en République de Moldova.