Protéger de la biodiversité c’est aussi lutter contre la faim – le FIDA appelle à augmenter les investissements avant le Congrès mondial de la nature

IFAD Asset Request Portlet

Agrégateur de contenus

Protéger de la biodiversité c’est aussi lutter contre la faim – le FIDA appelle à augmenter les investissements avant le Congrès mondial de la nature

© Shepherd Tozvireva/Oxfam Novib

Rome, le 3 septembre 2021 – Si nous n’investissons pas davantage dans la protection de la biodiversité, nous ne pourrons pas assurer un développement durable ni éradiquer la faim, ou atteindre les autres objectifs de développement durable, a prévenu le Président du Fonds international de développement agricole (FIDA) en vue de sa participation au Congrès mondial de la nature de l’Union internationale pour la conservation de la nature et de ses ressources (UICN), qui débute aujourd’hui à Marseille.

« La biodiversité est la pierre angulaire de systèmes alimentaires sains et durables », a déclaré Gilbert F. Houngbo, Président du FIDA. « Que ce soit par la protection des pollinisateurs, l’amélioration de la fertilité des sols ou le renforcement de la résilience face aux effets des changements climatiques, la préservation de la biodiversité est fondamentale pour faire face à la faim dans le monde. Mais le temps presse. Nous devons augmenter les investissements en faveur de la protection de la biodiversité avant qu’il ne soit trop tard. Notre avenir en dépend. »

Dans le cadre de l’augmentation de ses propres investissements en faveur de la biodiversité, le FIDA va aujourd’hui annoncer qu’il s’engage à consacrer 30% de son financement de l’action climatique d’ici à 2030 à l’appui de solutions fondées sur la nature au service de l’agriculture paysanne et rurale. Les solutions fondées sur la nature favorisent la conservation, la gestion et la restauration proactives des écosystèmes naturels et de la biodiversité et contribuent ainsi à faire face aux changements climatiques, à l’insécurité alimentaire et hydrique et aux questions de santé humaine.

« Les collectivités rurales et les petits exploitants agricoles ont un rôle essentiel à jouer. Ils sont tributaires de de la biodiversité, mais en sont aussi les principaux gardiens, car ils cultivent un éventail d’espèces et de variétés plus large comparé aux grandes exploitations », a déclaré Gilbert F. Houngbo.

Les investissements du FIDA dans les solutions fondées sur la nature visent à promouvoir une biosphère saine, à accroître la productivité et à améliorer la sécurité alimentaire, la nutrition et la résilience face aux changements climatiques. L’amélioration de la biodiversité agricole dans les petites exploitations favorise des sols sains et productifs qui séquestrent davantage de carbone. Cela peut donc également contribuer sur le long terme au stockage du carbone.

Le Congrès mondial de la nature de l’UICN rassemble des représentants de gouvernements, de la société civile, de peuples autochtones, ainsi que des scientifiques et des entreprises en vue de promouvoir des initiatives portant sur les problèmes les plus urgents en matière d’environnement et de durabilité, notamment les crises relatives à la perte de biodiversité et aux changements climatiques dans le contexte du relèvement après la pandémie de COVID-19. Gilbert F. Houngbo annoncera la contribution du FIDA lors de la table ronde de haut niveau sur le financement de la biodiversité, à laquelle il participera en tant qu’orateur principal, aux côtés de Christine Lagarde, présidente de la Banque centrale européenne.

Huit personnes sur dix parmi les plus pauvres du monde habitent en milieu rural, et la plupart vivent de l’agriculture. Paradoxalement, ce sont elles qui risquent le plus de souffrir de la faim, laquelle a augmenté de façon spectaculaire en 2020, touchant jusqu’à 811 millions de personnes dans le monde.


Communiqué de presse no: FIDA/ 53/2021

Le FIDA investit dans les populations rurales en les dotant des moyens de réduire la pauvreté, d’accroître la sécurité alimentaire, d’améliorer la nutrition et de renforcer leur résilience. Depuis 1978, il a octroyé 23,2 milliards d’USD sous la forme de prêts à faible taux d’intérêt et de dons, dans le cadre de projets dont ont bénéficié quelque 518 millions de personnes. Le FIDA est une institution financière internationale et un organisme spécialisé des Nations Unies dont le siège est situé à Rome, centre névralgique des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture.

Contact médias

Image of Antonia Paradela

Antonia Paradela

Communication Officer to Senior Management

a.paradelatorices@ifad.org