Change starts at home – Addressing gender imbalances and climate issues through household methodologies

IFAD Asset Request Portlet

Agrégateur de contenus

Le changement commence à la maison – S'attaquer aux déséquilibres entre les sexes et aux problèmes climatiques grâce aux méthodes axées sur les ménages

Le FIDA expérimente l'utilisation de méthodes axées sur les ménages dans les domaines de l'égalité des sexes et de l'adaptation aux changements climatiques afin d'accélérer les progrès réalisés vers l’autonomisation économique des femmes rurales au Rwanda. Mis à l'essai dans cinq districts, le Système d’apprentissage interactif entre les sexes (également désigné par son acronyme anglais GALS), il  offre une réelle occasion de faire progresser  l'égalité des sexes tout en encourageant des activités climatiquement rationnelles.

Les hommes et les femmes ont des manières différentes de faire face et de s'adapter aux effets néfastes des changements climatiques. Ces méthodes différentes sont déterminées dans une large part par les inégalités entre les sexes présentes dans le pays, en particulier par l'inégalité d'accès des femmes aux ressources sociales et économiques. Pour s'attaquer à ce problème, il faut définir quelles sont les difficultés  et les solutions propres aux hommes et aux femmes, tout comme les solutions qu'ils peuvent mettre en œuvre ensemble.

L'une des approches consiste à utiliser les méthodes qui encouragent le changement à l'échelle des ménages en remettant en question les normes, attitudes et comportements sociaux sous-jacents à cette situation. Au Rwanda, le FIDA a expérimenté l'utilisation du Système d'apprentissage interactif entre les sexes, qui est une méthode axée sur les ménages bien particulière. Grâce à des supports visuels et des outils de représentation graphique, les participants sont encouragés à réfléchir à la situation qu'ils vivent puis à se projeter et à visualiser leur avenir.

D'une façon générale, la méthode GALS est utilisée pour créer des changements durables en matière d'égalité femmes-hommes et améliorer les relations entre les sexes au sein du ménage. Dans le cadre de cette nouvelle approche, le FIDA expérimente également le recours au GALS pour renforcer, face aux changements climatiques, les mesures d'atténuation et les capacités d'adaptation des ménages et des communautés, en intégrant dans les outils GALS habituels une composante climatique. Une telle méthode permet de toucher les femmes et les hommes en déterminant les difficultés propres que leur créent les changements climatiques et de trouver des solutions.

Pour engager cette transformation, on détermine ce qui peut être changé à l’échelle des ménages pour renforcer la résilience face aux changements climatiques et on sélectionne des référents dans les communautés rurales qui vont communiquer ce qu'ils ont appris et former d'autres personnes. En général, ces référents ne sont pas dans des positions d'autorité morale ou politique, mais sont choisis parce qu'ils peuvent eux-mêmes tirer bénéfice de cette méthode. Les méthodes GALS encouragent également l'adoption de techniques intelligentes face aux changements climatiques, que les petits exploitants agricoles connaissent peut-être déjà mais n'ont pas encore mises en œuvre.

Gender Action Learning System (GALS)

"Je sais maintenant que mes enfants apprécient tout ce que je fais pour eux"

L'une de ces référentes est Francine, qui vit dans le district de Kirehe, situé dans le sud-est du Rwanda. Elle a perdu son mari il y a dix ans et a dû gérer la ferme familiale et subvenir seule aux besoins de ses trois enfants. Bien que ses enfants soient maintenant devenus des adultes ayant eux-mêmes des enfants, Francine continue de les aider sur le plan économique. 

Ces toutes dernières années, elle a pu constater l'aggravation des effets des changements climatiques sur sa petite parcelle de terre. Les sécheresses prolongées ont eu des conséquences particulièrement dévastatrices sur les récoltes à Kirehe, et elle a dû se battre pour maintenir sa production agricole. En plus des difficultés auxquelles elle doit faire face sur sa petite exploitation, Francine est aux prises avec des complications de santé parce qu'elle est séropositive. Victime de discrimination de la part de ses voisins, elle n'a pas pu compter sur l'aide de sa communauté pendant la saison sèche.

Mais récemment, Francine a pu reprendre davantage sa vie en main grâce aux activités GALS. Sa relation avec ses enfants s'est améliorée depuis qu'ils utilisent ensemble les divers outils proposés.  Les tensions se sont apaisées dans le ménage et la confiance est revenue entre eux.

"Les activités GALS nous ont permis de réfléchir et à discuter de nos différends d'une manière plus ouverte et nous ont aidés à communiquer ce que nous trouvons positif et que nous aimons chez les uns et les autres", dit Francine. Elle a maintenant le sentiment que ses enfants la respectent davantage et que la dynamique familiale s'est considérablement améliorée. Elle a également été en mesure d'améliorer sa position dans la communauté en analysant et en abordant grâce au GALS certaines des tensions avec ses voisins et elle a pu se défendre.

"Les voisins se comportaient mal avec moi, j'avais de la colère et du ressentiment. Quand je suis devenue référente GALS, j'ai essayé de réfléchir à ma propre attitude et de créer plus d'harmonie dans la communauté."

Cela a eu un impact positif sur ses relations avec ses voisins. Elle peut maintenant emprunter des biens communautaires, comme des bidons pour aller chercher de l'eau, et ses petits-enfants jouent avec les autres enfants du village.

Avec l'aide des méthodes GALS, les femmes deviennent de puissants agents du changement dans leur ménage et leur communauté tout en apprenant comment collecter et analyser les informations nécessaires pour atténuer et combattre les effets des changements climatiques. Francine a elle aussi mis en œuvre un certain nombre de techniques intelligentes face aux changements climatiques. Elle a planté des arbres pour lutter contre l'érosion et a amélioré le système de collecte de l'eau sur son exploitation pour se préparer à la sécheresse. À l'avenir, Francine espère continuer à utiliser les outils GALS et à y former d'autres personnes dans le village.

Le projet pilote GALS fait partie d'une intervention plus large du FIDA dans le cadre du Programme conjoint Accélérer le progrès vers l'autonomisation économique des femmes rurales. Il s'agit d'une initiative conjointe de la FAO, du FIDA, du PAM et d'ONU-Femmes dont l'objectif primordial est de garantir les moyens d'existence et les droits des femmes en zone rurale afin de parvenir à un développement durable en Éthiopie, au Guatemala, au Kirghizistan, au Libéria, au Népal, au Niger et au Rwanda. Le programme s'appuie sur les meilleures pratiques et les atouts comparatifs des différents organismes l'objectif étant d'améliorer la condition des femmes dans les zones rurales. Le projet pilote GALS créé par FIDA s'inscrit dans cette action en provoquant des transformations durables à l'échelle des ménages et en initiant des changements d'état d'esprit, ce qui facilitera également l'adoption de techniques climatiquement rationnelles que promeuvent les trois autres organismes des Nations Unies.