Développer la finance rurale pour soutenir les agriculteurs en Zambie

IFAD Asset Request Portlet

Agrégateur de contenus

Développer la finance rurale pour soutenir les agriculteurs en Zambie

©FIDA/Simona Siad

La pandémie de COVID-19 continue de faire rage à travers le monde, créant le chaos partout sur son passage. Si ces perturbations entraînent souvent des conséquences dévastatrices pour la santé et l'économie, elles sont aussi l'occasion de mettre en avant des solutions novatrices, notamment pour les populations les plus démunies, comme les agriculteurs des zones rurales.

C'est précisément l'objet du Programme d'élargissement du financement rural (RUFEP), initiative conjointe menée en Zambie par le FIDA et le Ministère des finances du Gouvernement zambien. L'objectif global du programme RUFEP est de permettre aux hommes, aux femmes et aux jeunes ruraux pauvres d'accéder plus facilement à des services financiers durables et de les utiliser plus largement. Depuis son lancement en 2014, près d'un million de personnes ont bénéficié, directement ou indirectement, des produits et des services financiers conçus par ses partenaires d'exécution.

La pandémie de COVID-19 a créé des difficultés imprévues pour les bénéficiaires et les partenaires du RUFEP. Mais grâce aux nouvelles technologies, le programme RUFEP soutient le mécanisme de riposte mis en place à l'échelle nationale pour lutter contre les effets de la pandémie.

Le rôle de la finance numérique

Le programme RUFEP s'inscrit dans un réseau d'institutions de microfinance et d'agrégateurs de services financiers numériques. Ces services offrent des plateformes numériques qui permettent aux utilisateurs de déposer et de retirer de l'argent, d'obtenir et de rembourser des prêts, de suivre leurs dépenses et de gérer ainsi efficacement leur “argent électronique”. Ils proposent aussi des systèmes de messagerie qui alertent les utilisateurs de possibilités commerciales et leur transmettent d'autres informations pertinentes pour leur activité. Grâce à la vaste couverture des réseaux mobiles, qui s'est étendue dans le monde entier ces dernières années, comme en Zambie, où le taux de pénétration du réseau s'élève à plus de 91%, ainsi qu'à des innovations telles que les kiosques solaires, ces services numériques restent des options viables et accessibles, y compris dans les zones isolées et non raccordées au réseau électrique.

Les solutions offertes par la finance numérique présentent plusieurs avantages, en particulier pour les microentreprises et les petites et moyennes entreprises. Il est plus sûr d'utiliser un portefeuille électronique que de transporter des espèces dans les zones rurales reculées. Les utilisateurs peuvent recevoir, transférer et même économiser de l'argent facilement, les services financiers numériques supprimant la nécessité de se déplacer pour retirer ou déposer des espèces. Les femmes participant à des groupes d'épargne, en particulier, ont souligné que les services financiers numériques leur avaient donné les moyens de contrôler leurs finances. Leurs économies sont placées en toute sécurité dans des portefeuilles électroniques auxquels elles seules ont accès, et la réduction des déplacements leur permet de consacrer davantage de temps à leur activité et à leurs moyens d'existence.

À l'heure actuelle, le personnel chargé du programme RUFEP collabore avec les organismes de réglementation afin de rendre les services financiers numériques plus abordables pour les utilisateurs, et soutient activement la commission zambienne de protection des consommateurs, qui s'emploie à filtrer les spams, à sensibiliser les utilisateurs à la fraude et à diffuser des alertes de sécurité.

Toucher les zones rurales

En temps normal, pour offrir ces services à de nouveaux bénéficiaires, un processus long et progressif aurait dû être mis en place afin de former les utilisateurs à ces produits et de promouvoir efficacement une évolution des comportements. Cependant, la pandémie actuelle de coronavirus accélère le rythme auquel les ruraux, les pauvres et d'autres communautés adoptent les services financiers numériques. Vu tous les avantages que présente l'argent électronique, on comprend pourquoi.

De par sa structure même, la finance numérique permet de fournir des services financiers de manière presque ininterrompue, à moindre coût, y compris lorsque les interactions physiques, les déplacements et les réunions sont interdits. Ces services permettent aussi d'éviter les risques potentiels de transmission de la maladie, en éliminant le besoin d'avoir des contacts interpersonnels rapprochés et de manipuler des espèces. Les autorités sanitaires, la banque centrale et d'autres fournisseurs de services financiers ont donc saisi cette occasion pour promouvoir l'utilisation de l'argent électronique, et, jusqu'ici, la population a bien réagi.

D'autres institutions ont également commencé à utiliser ces services à des fins parfois inattendues. Ainsi, le Ministère zambien de la santé a élaboré des messages ciblés pour sensibiliser le public à la COVID-19 et à la prévention de sa transmission, et les a diffusés dans les guichets et les kiosques solaires du programme RUFEP, ainsi que par l'intermédiaire des opérateurs de réseaux mobiles. En outre, ces derniers ont été largement mobilisés pour informer les bénéficiaires des solutions, notamment numériques, permettant d'assurer la continuité des services essentiels. Cela a été particulièrement utile pour les services du programme RUFEP nécessitant des réunions en personne, tels que les groupes d'épargne.

Soutenir la relance économique

Alors que la Zambie commence à regarder vers l'avenir, le personnel du programme RUFEP est déterminé à mieux anticiper les conséquences de la COVID-19 pour les petits agriculteurs et les autres groupes à faible revenu. À cet effet, le programme RUFEP finance l'initiative “Renforcer le secteur financier en Zambie”, qui vise à réaliser une analyse socioéconomique pour guider les politiques de relance de l'après-pandémie. Le Gouvernement central a également mis au point le Mécanisme ciblé de refinancement à moyen terme, instrument spécialement conçu pour faciliter le relèvement et la résilience du secteur financier. Mis en œuvre par l'intermédiaire de la Banque de Zambie et doté d'un financement de 10 milliards de ZMK (0,55 milliard d'USD), ce mécanisme permettra aux prestataires de services financiers partenaires d'atténuer les effets économiques de la pandémie sur les entreprises agricoles.

Le programme RUFEP continue également d'appuyer l'Association zambienne des institutions de microfinance, qui est parvenue à mobiliser, au nom de ses membres, les autorités nationales et les organismes de réglementation pour garantir que les petits emprunteurs et les microentreprises et petites et moyennes entreprises bénéficient du mécanisme de relance.

Jusqu'à présent, la Banque de Zambie a approuvé l'octroi de 2,3 milliards de ZMK (127 millions d’USD) pour le financement du mécanisme de relance, dont 60% iront à des institutions de microfinance. En partenariat avec le FIDA, une assistance technique sera également fournie dans le cadre du programme RUFEP afin que les fonds disponibles au titre du mécanisme de relance parviennent jusqu'aux petits agriculteurs.

Ce n'est qu'une autre facette de la mission du programme RUFEP. En dépit de la pandémie, le personnel du programme reste résolu à aider les bénéficiaires à accéder aux services dont ils ont besoin, en élargissant les frontières de l'inclusion financière et en aidant le pays à lutter contre la COVID-19 jusqu'au dernier kilomètre.

Les auteurs remercient les membres du bureau de coordination du programme RUFEP de leur contribution et de leur éclairage: Michael Mbulo, Cephas Moonga et Caiaphas Habasonda.

En savoir plus sur l’action du FIDA en Zambie