Dans les campagnes du Monténégro, les femmes se réunissent pour échanger sur leurs réussites

IFAD Asset Request Portlet

Agrégateur de contenus

Dans les campagnes du Monténégro, les femmes se réunissent pour échanger sur leurs réussites

« Je travaillais dans une fabrique de fromages et cela a fonctionné un temps », dit Elvira Mulić, exploitante laitière de 44 ans dans le village d’Orahovac, dans le nord-est du Monténégro. « Mais avoir sa propre entreprise – c’est autre chose. Investir dans ses connaissances et sa production, ça paye ».

Nous sommes alors le 15 octobre, la Journée internationale des femmes rurales. Elvira est l’une des 13 femmes qui se sont réunies dans la commune de Petnjica pour une visite d’étude, sous les auspices du projet RCTP, financé par le FIDA. Au cours de la visite, ces femmes ont l’occasion de partager leurs expériences et leurs difficultés en tant que femmes dans le milieu agricole, elles suivent des cours sur différentes techniques de production agricole, acquièrent des compétences commerciales, et se rendent sur une foire-exposition de produits et d’artisanat locaux.

Le nord du Monténégro, région dont sont originaires Elvira et les autres participantes, dépend largement de l'agriculture mais la productivité y est faible et de plus en plus soumise aux changements climatiques. Cette région accuse progressivement un certain retard par rapport au sud, plus prospère, si bien qu’un nombre croissant de jeunes partent chercher du travail ailleurs.

Le Gouvernement monténégrin, en partenariat avec le FIDA, met en œuvre le projet RCTP afin d‘aider les agriculteurs de la région à devenir plus compétitifs sur le plan économique et plus résilients face aux effets des changements climatiques. Ce projet vise à encourager une production de grande qualité qui permette à la fois de préserver intact l’environnement naturel et de générer de meilleurs rendements pour les exploitants.

Dans tous les domaines, il s’agit de donner aux femmes de la région les moyens de leur autonomie. Des approches visant à transformer les rapports entre les sexes sont intégrées dans toutes les activités, ce qui permet de garantir que les femmes rurales qui participent au projet sont en mesure de générer leurs propres revenus, de réduire leur charge de tâches ménagères, et de faire entendre leur voix à la maison et dans les processus de prise de décisions. Actuellement, environ 8 000 femmes participent au projet, soit 38% de tous les participants – chiffre supérieur à la cible initiale de 30%.

Pour Elvira, le projet RCTP est arrivé à un moment déterminant. En 2020, il l’a aidée à construire ses locaux de fabrication de fromages, à s’équiper et à élargir sa production. « Mon fromage est désormais sur des tables dans d’autres régions que la nôtre », dit-elle fièrement.

De fait, ses cinq vaches laitières ne suffisent plus à répondre à la demande et elle prévoit d'acheter du lait à ses voisins – partageant ainsi les retombées économiques de sa réussite et faisant grandir son entreprise.

Bien que le mari et les deux fils d’Elvira travaillent également sur l’exploitation, c’est elle qui a lancé l’entreprise familiale et prend les décisions. « Nous nous répartissons le travail mais c’est un peu moi la cheffe ici », reconnaît-elle.

Sabaheta Novalić, quant à elle, s’efforce depuis de nombreuses années d’améliorer la vie des petits exploitants dans sa région d’origine. Le RCTP l’a aidée à construire un étang sur sa ferme – chose de plus en plus nécessaire pour les agriculteurs de la région compte tenu de la fréquence accrue des pénuries d’eau durant les mois d’été. Cette native de Petnjica, âgée de 51 ans, est désormais l’interlocutrice des équipes du RCTP sur le terrain et elle s’appuie sur son vaste réseau local pour faire connaître le projet aux producteurs et leur donner accès à des formations par des pairs. Elle croit fermement que les agriculteurs doivent s’unir pour résoudre leurs difficultés et atteindre leurs objectifs. Par ailleurs, elle est l’une des organisatrices du salon agricole.

« Avec l’arrivée du projet à Petnjica, les gens ont recommencé à se réunir et à parler de leurs besoins et problèmes communs », dit Sabaheta. « Quand les gens voient que quelqu’un les soutient, ils constatent et comprennent qu'ils ne sont pas seuls, et trouvent la force de continuer ».

Melida Adrović, une autre participante, la rejoint. Contrairement à nombre de ses pairs, cette jeune femme de 29 ans est revenue à Petnjica après ses études universitaires. Elle a trouvé un emploi dans la commune et élève également des veaux destinés à la vente. Elle a acquis ses six premiers veaux avec l’aide du RCTP.

Melida est certaine qu'un avenir radieux attend les jeunes de Petnjica – ils doivent juste le chercher et y croire. Elle-même jeune agricultrice, elle est convaincue de la nécessité d’investir en faveur des jeunes de la région et de leur donner des moyens, chose dont elle parle fréquemment avec d’autres participants au projet.

Et, comme Sabaheta, elle pense que travailler et apprendre ensemble est fondamental. Elle estime que les activités destinées aux entrepreneuses – comme la visite d’étude à laquelle elles participent, ainsi que d’autres initiatives, comme des cours réservés aux femmes – peuvent stimuler la confiance en soi.

Dans une société où les femmes se retrouvent encore souvent pénalisées, des agricultrices comme Melida, Sabaheta et Elvira se sont appuyées sur le RCTP pour devenir indépendantes sur le plan économique et au sein de leur communauté. Toutes les trois sont prêtes à collaborer avec d’autres, à apprendre et à enseigner, et à bâtir un contexte économique solide où les femmes et les jeunes puissent tirer leur épingle du jeu. Comme le dit Melida, « nous devons parler ouvertement, nous entraider et partager les connaissances acquises pour que chacune et chacun puisse réussir ».

 

En savoir plus sur l’action du FIDA au Monténégro.