Des partenariats public-privé accélèrent l’adaptation aux changements climatiques au Viet Nam

IFAD Asset Request Portlet

Agrégateur de contenus

Des partenariats public-privé accélèrent l’adaptation aux changements climatiques au Viet Nam

Le delta du Mékong, une plaine fertile qui traverse le sud du Viet Nam, maintient depuis toujours un équilibre délicat entre eaux salines et eau douce à l’embouchure du fleuve Mékong. On assiste toutefois, depuis quelques années, à l’apparition de plus en plus fréquente et inquiétante de biseaux salés, une invasion des sources d’eau douce par l’eau de mer.

Plusieurs facteurs expliquent ce phénomène: le barrage construit en amont, l’exploitation minière près du lit du fleuve, ou encore le prélèvement excessif des eaux souterraines. Néanmoins, une période de sécheresse peut aussi, à elle seule, en être à l’origine. Aujourd’hui, avec la hausse du niveau de la mer et la fréquence accrue des sécheresses dues aux changements climatiques, les habitants du delta du Mékong sont encore plus susceptibles d’y être confrontés et d’en subir les conséquences.

Les invasions marines ont presque privé Le Hoang Ro, exploitant agricole dans la province de Tra Vinh, de ses moyens d’existence. Il y a quelques années, les eaux salines lui ont fait perdre plus de la moitié de sa récolte de longanier en faisant tomber les fleurs avant la saison de fructification. Année après année, perte après perte, M. Le a eu de plus en plus de difficultés à nourrir et à soutenir sa famille.

À cette époque-là, M. Le n’avait aucun moyen fiable de déterminer si les eaux étaient trop salines. « Je vérifiais la teneur en sel de l’eau en me basant sur ma propre expérience et sur les pratiques traditionnelles », se souvient-il. « Je goûtais l’eau ou observais la direction du vent. Parfois, cela fonctionnait, parfois non. »

Aujourd’hui, M. Le est l’heureux propriétaire d’une exploitation prospère de volailles et d’une plantation de cocotiers. Si ses revenus varient en fonction du prix du poulet, ils avoisinent les 620 USD par trimestre en moyenne.

Grâce au Projet en faveur de l’adaptation aux changements climatiques dans les provinces de Ben Tre et Tra Vinh (projet AMD) financé par le FIDA, M. Le a appris de nouvelles méthodes culturales, développé son activité d’élevage pour y intégrer 200 poulets et 100 canards et adopté des pratiques respectueuses de l’environnement comme l’élevage sur litière biologique (composée de copeaux de bois fermentés pouvant ultérieurement servir d’engrais biologique) plutôt que sur des surfaces dures en béton. Et il peut désormais obtenir une lecture fiable de la salinité grâce à son téléphone.

Le projet AMD, actif entre 2014 et 2020, visait à aider les petits exploitants du delta du Mékong à s’adapter aux changements climatiques et à adopter des mesures pour protéger leurs moyens d’existence. L’un de ses objectifs était de mettre au point un système de suivi et de prévision de la salinité dans les provinces méridionales de Ben Tre et de Tra Vinh.

L’application Mekong, qui donne à Le Hoang Ro (au centre) et à d’autres petits exploitants du delta une lecture du niveau de salinité de l’eau, a changé leur vie

En 2018, le projet s’est associé à Rynan Technologies, une start-up vietnamienne ayant vocation à renforcer l’efficacité et la durabilité des opérations industrielles quotidiennes, pour installer un réseau de 21 bouées de surveillance automatique dans la province de Tra Vinh. Les bouées fournissent des données en temps réel sur différents paramètres relatifs à la qualité de l’eau, tels que la salinité, l’alcalinité, le pH et le niveau d’eau. Ces données sont recueillies dans un centre d’opérations puis partagées gratuitement avec les exploitants via une application de smartphone appelée Mekong, gérée par Rynan. En septembre 2021, l’application avait été téléchargée près de 11 000 fois.

Grâce à Mekong, M. Le et ses pairs peuvent accéder à des données en temps réel sur les niveaux de salinité dans leur district, et ainsi agir immédiatement.

« Quand je sais que le niveau de salinité de l’eau est élevé, je commence par stocker de l’eau dans mon étang, puis je ferme le ponceau pour empêcher l’eau salée de s’infiltrer dans mon exploitation », explique-t-il.

Les partenariats public-privé de ce type sont essentiels au déploiement de nouvelles technologies qui peuvent aider les petits producteurs ruraux. De nombreuses organisations du secteur privé possèdent des technologies pouvant contribuer à la lutte contre les changements climatiques, mais elles sont souvent peu au fait des procédures administratives et des mécanismes juridiques nécessaires à leur mise en œuvre à l’échelle locale.

C’est là qu’interviennent le secteur public et des projets de développement innovants comme le projet AMD. Ils proposent leur expertise aux entreprises privées pour les aider à déployer leurs produits dans les zones où les besoins sont les plus criants et à obtenir l’adhésion des utilisateurs de telle sorte que de nouveaux modèles puissent être adoptés et transposés à plus grande échelle. M. Le, par exemple, a appris comment utiliser l’application avec l’aide de fonctionnaires communaux qui lui ont expliqué toutes les étapes du processus d’installation.

Des partenariats comme celui-ci ont également le potentiel de rehausser l’image de marque et de susciter l’intérêt de partenaires du secteur privé. « Grâce au projet AMD, les gens savent ce que fait Rynan », affirme M. Nguyen Thanh My, président de Rynan.

Le partenariat a également permis à M. Le de continuer à obtenir les informations dont il a besoin, même après la clôture officielle du projet, puisque Rynan continue de tenir l’application à jour. Par ailleurs, forte de ses réussites dans la province de Tra Vinh, l’entreprise s’est associée avec plusieurs autres régions dans le delta pour installer d’autres bouées, de manière à élargir le système de suivi.

Pour les petits exploitants du delta du Mékong, la capacité à surveiller le niveau de salinité de l’eau et à protéger leurs cultures et leurs animaux a été essentielle pour s’adapter aux effets des changements climatiques et préserver leurs moyens d’existence contre les chocs.

Comme le souligne M. Hai, un autre exploitant de la province de Tra Vinh, « vérifier les niveaux de salinité, c’est comme surveiller la tension artérielle chez les personnes souffrant d’hypertension. Si vous ne le faites pas à temps, ce sera trop tard ».

 

En savoir plus sur l'action du FIDA au Viet Nam.