Envois de fonds des travailleurs migrants: leur importance en onze points

IFAD Asset Request Portlet

Agrégateur de contenus

Envois de fonds des travailleurs migrants: leur importance en onze points

©IFAD/GMB Akash

Chaque année, le 16 juin, la Journée internationale des envois de fonds à la famille célèbre l’abnégation et le sacrifice des travailleurs migrants qui aident leur famille  restée dans leur pays d’origine et de leur communauté, en leur envoyant de l’argent, même en ces temps de crise.

Cette année, la Journée internationale des envois de fonds à la famille rend hommage à la démonstration d’humanité et de résilience de plus de 200 millions de migrants qui ont contredit les prédictions du début de la pandémie et ont continué à envoyer de l'argent chez eux, dans leur pays d'origine. Les derniers chiffres de la Banque mondiale montrent que les flux de transferts de fonds vers les pays à revenu intermédiaire de la tranche inférieure ont atteint 540 milliards d’USD, soit seulement 1,6% de moins que les 548 milliards d’USD mesurés en 2019, bien loin des estimations initiales d'une chute de 20%.

La reprise et la résilience grâce à l'inclusion numérique et financière est le thème de la Journée de cette année. Les envois de fonds continuent de compter plus que jamais, en particulier dans les zones rurales où ils ont un très fort impact et offrent de nouvelles possibilités de transformation du monde rural.

Voici 11 raisons qui expliquent leur importance:

  1. Ces 20 dernières années, la valeur des envois de fonds a été multipliée par cinq. Ces flux jouent souvent un rôle contra-cyclique et perdurent lors de chocs défavorables dans les pays destinataires.
  2. Au total, un milliard de personnes dans le monde, ce qui représente un être humain sur sept, sont concernées par les envois de fonds, que ce soit comme expéditeurs (200 millions de travailleurs migrants) ou comme destinataires (ménages composés de quatre personnes en moyenne). Une personne sur neuf dans le monde – environ 800 millions au total – bénéficie de ces envois.
  3. Dans plus de 70 pays, les envois de fonds représentent plus de 4% du PIB. Les transferts de fonds sont un moteur de la croissance socio-économique de nombreux pays.
  4. Les travailleurs migrants envoient en moyenne 200 ou 300 USD chez eux tous les mois ou tous les deux mois. Cela ne représente que 15% de ce qu'ils gagnent, le reste demeure dans leur pays d'accueil. Ces sommes peuvent représenter jusqu'à 60% du revenu total d'un ménage et sont souvent vitales pour des millions de familles.
  5. Suite aux effets ravageurs de la crise de la COVID-19, les prévisions avaient anticipé un violent recul des envois de fonds internationaux. Cependant, contredisant ces prédictions, le rapport de mai 2021 publié par la Banque mondiale indique que les envois de fonds ont très bien résisté, avec une baisse de seulement  1,6% en 2020 par rapport à 2019.
  6. Cette non-interruption du flux de transferts de fonds par des canaux réguliers en mesure de couvrir jusqu’au dernier kilomètre s’explique notamment par l'adoption des technologies numériques par les travailleurs migrants et leurs familles. La numérisation, à la fois sur internet et les téléphones portables, s'est avérée être un catalyseur et un facilitateur des flux d'envois de fonds. En particulier, les envois de fonds par téléphone portable ont augmenté de 65%, pour atteindre 1,2 milliard d’USD, au cours de l'année 2020 (GSMA, 2021).
  7. Plus de 50% des fonds envoyés par les travailleurs migrants sont destinés à des ménages des zones rurales, où vivent 75% des personnes pauvres et exposées à l'insécurité alimentaire. Les ménages ruraux dépendent de ces envois pour améliorer leurs conditions de vie, renforcer leur résilience et atteindre leurs propres ODD. À l'échelle mondiale, les transferts effectués vers des zones rurales au cours des cinq prochaines années atteindront un montant cumulé de 1 000 milliards de dollars.
  8. Environ 75% des fonds envoyés servent à acheter de la nourriture et à couvrir des dépenses de santé, d'éducation ou de logement. En temps de crise, les travailleurs migrants envoient plus d'argent chez eux pour faire face à des pertes de récolte ou à des urgences familiales. Environ 25% des envois, soit l'équivalent de plus de 100 milliards de dollars par an, peut être économisé ou investi dans l'acquisition de biens ou dans des activités qui génèrent des revenus ou des emplois et transforment l'économie, en particulier dans les zones rurales
  9. Les envois de fonds peuvent être coûteux. Les frais de conversion de devises et les commissions représentent en moyenne 7% des montants envoyés. L'ODD 10.c vise à faire baisser au-dessous de 3% les coûts de transaction des envois de fonds d'ici à 2030. Les innovations techniques, en particulier les technologies mobiles, le numérique et la technologie blockchain, associées à un cadre règlementaire plus favorable, peuvent modifier en profondeur les marchés. 
  10. Entre 2015 et 2030 (calendrier prévu pour la réalisation des ODD), on estime que les migrants enverront 8 500 milliards de dollars à leur communauté d'origine dans les pays en développement. Sur ce montant, plus de 2 000 milliards de dollars seront soit épargnés, soit investis.
  11. Les migrants, par les fonds qu'ils envoient et les investissements qu'ils réalisent, apportent un concours précieux à la réalisation des objectifs de développement durable. Ils contribuent notamment à éliminer la pauvreté (ODD 1), à éliminer la faim (ODD 2), à promouvoir la santé (ODD 3), à faciliter l'accès à une éducation de qualité (ODD 4), à garantir l'accès à une eau propre et à des services d’assainissement (ODD 6), à promouvoir le travail décent et la croissance économique (ODD 8) et à réduire les inégalités (ODD 10). Il est également fait état de leur contribution au développement, sous forme d'envois de fonds et d'investissements, dans l'objectif 20 du Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières, adopté par l'Assemblée générale des Nations Unies en décembre 2018.

 

En savoir plus sur la Journée internationale des envois de fonds à la famille