IFAD Asset Request Portlet

Agrégateur de contenus

Faciliter les envois de fonds dans les zones rurales en République de Moldova

24 mars 2021
©FIDA/Susan Beccio

Près d’un Moldove sur quatre vit à l’étranger.

Depuis quelque temps, il est devenu difficile de trouver un emploi bien rémunéré en République de Moldova. Le plus souvent, ils sont concentrés dans les villes, ce qui entraîne un exode important hors des zones rurales. À l’échelle nationale, le taux de chômage est en forte hausse, notamment chez les jeunes. De nombreux Moldoves, en particulier des jeunes, ont donc quitté le pays, et bon nombre de leurs proches sont tributaires de l’argent que ces derniers leur envoient de l’étranger. En 2020, ces envois de fonds représentaient 15% du PIB du pays, faisant de la République de Moldova le pays le plus dépendant des envois de fonds en Europe.

Mais pour la majeure partie des personnes vivant dans des zones reculées, recevoir ces fonds n’est toutefois pas chose aisée. La plupart des points d’accès officiels sont concentrés dans les grandes villes, et ceux qui vivent et travaillent à la campagne – en particulier dans le secteur agricole – ne peuvent pas toujours se permettre de prendre un congé suffisant pour s’y rendre.

Face à ces difficultés, la Division Proche-Orient, Afrique du Nord et Europe du FIDA, par l’intermédiaire du Mécanisme de financement pour l’envoi de fonds et en partenariat avec la Commission nationale des marchés financiers de la République de Moldova, a lancé un projet visant à renforcer les capacités des associations d’épargne et de crédit du pays, afin qu’elles puissent prendre en charge les envois de fonds. Depuis plus de 20 ans, ces associations constituent le principal réseau de prestataires de services financiers de la République de Moldova à l’échelle locale. Elles sont implantées dans l’ensemble du pays et, dans certaines régions rurales, il s’agit des seuls prestataires de services financiers disponibles. En raison de leur ancienneté et de leur dimension locale, elles sont jugées dignes de confiance.

Les envois de fonds, vecteur d’inclusion financière

Le projet a été élaboré pour compléter un autre projet financé par le FIDA en cours dans la région, le Projet de renforcement de la résilience en milieu rural, qui vise à accorder des crédits aux petites et moyennes entreprises et aux jeunes entrepreneurs. En dotant les associations d’épargne et de crédit des moyens de traiter les envois de fonds internationaux, son objectif est de renforcer la concurrence entre les prestataires de services existants et d’offrir aux familles rurales une alternative fiable aux points d’accès traditionnels, tels que les sociétés de transfert de fonds en espèces. Par ailleurs en faisant transiter les envois de fonds par des institutions financières locales, comme les associations d’épargne et de crédit, qui sont en mesure de proposer des services adaptés aux populations rurales qu’elles desservent, l’idée est aussi d’inciter les intéressés à épargner une partie des fonds qu’ils reçoivent et à les consacrer à des activités génératrices de revenus et à des investissements à plus long terme. Associer ainsi les envois de fonds à des services financiers abordables devrait permettre aux activités de développement de la région de gagner en ampleur.

Dans un premier temps, un sondage a été mené auprès de plus de 1 000 familles moldoves ayant des proches dans l’un des pays parmi les principaux pourvoyeurs d’envoi de fonds en République de Moldova (c’est-à-dire l’Allemagne, la France, l’Italie et la Russie). Les résultats du sondage ont révélé que, pour la majorité des ménages concernés, les envois de fonds représentaient au moins la moitié de leur revenu total. Quelque 43% des personnes interrogées percevaient les fonds qui leur étaient envoyés de manière informelle, soit directement auprès d’un membre de la famille ou d’un ami, soit par l’intermédiaire de chauffeurs de bus qui transportent de l’argent dans le pays au nom des personnes qui leur ont confié les fonds (on parle alors de « service de bus »).

Les résultats du sondage ont également fait apparaître que la majorité des familles bénéficiaires de ces fonds ne disposaient pas de compte d’épargne classique; elles conservaient ces fonds à la maison, « sous le matelas ». La majeure partie de cet argent est utilisée pour couvrir les dépenses de base immédiates, telles que la nourriture, les soins de santé et l’éducation. Parmi les personnes qui ont déclaré investir une partie des fonds qu’elles ont reçus, les placements les plus courants concernaient les cultures (17% des personnes interrogées), les vêtements destinés à la vente (15%), et la fabrication de produits agricoles et alimentaires (12% chacun).

Un coup de pouce pour les associations d’épargne et de crédit – et pour les familles rurales

Depuis 2009, le FIDA appuie plus de 117 associations d’épargne et de crédit par le truchement de divers programmes d’investissement qui bénéficient à plus de 3 000 emprunteurs, dans le but d’étendre l’accès des familles moldoves économiquement actives, mais à faible revenu aux services financiers.

La République de Moldova compte environ 230 associations d’épargne et de crédit, dont 64 sont en mesure de traiter des dépôts équivalant à 86% des actifs de l’ensemble du réseau des associations d’épargne et de crédit. Parmi ces 230 associations, 35 ont été sélectionnées pour piloter cette initiative. Au nombre des critères de sélection figurait une évaluation approfondie des capacités de chaque association, de sa conformité aux règlements financiers et de son alignement sur les dispositions du Projet de renforcement de la résilience en milieu rural. Le processus s’est poursuivi malgré les difficultés suscitées par la pandémie de COVID-19, les évaluations étant effectuées à distance chaque fois que nécessaire. Grâce à ce projet, les associations d’épargne et de crédit remplissant les conditions requises ont pu obtenir une certification d’agent officiel de transfert de fonds auprès de la Banque nationale de Moldova.

À l’occasion de la Journée internationale des envois de fonds à la famille, célébrée le 16 juin 2020, le projet a enregistré sa première grande réussite: le premier envoi de fonds international a été acheminé avec succès par une association d’épargne et de crédit. Vangheli Ludmila, enseignante dans la ville rurale de Ștefănești, dans le nord du pays, a reçu des fonds de la part de son fils Mihai, qui travaille comme chauffeur routier aux États-Unis.

Les envois de fonds internationaux étant désormais une réalité, il est maintenant prévu, grâce au projet, d’aider les 35 associations participantes à adapter leurs produits de crédit et d’épargne existants aux besoins des destinataires d’envois de fonds. L’objectif est de cibler les produits destinés aux jeunes, en particulier les migrants de retour au pays et leurs familles, car ce sont les clients les plus susceptibles de solliciter un financement pour lancer leur entreprise.

Au total, le projet devrait profiter à 4 000 nouveaux utilisateurs des envois de fonds et entraîner une augmentation annuelle de 10% des soldes des comptes d’épargne. Cela aiderait les familles concernées à se sentir davantage intégrées dans les économies locales et régionales, tout en contribuant à augmenter leurs revenus et à améliorer leur vie quotidienne.

À ce jour, de nombreuses personnes vivant dans les zones rurales de la République de Moldova ont bénéficié des nouveaux services d’envoi de fonds proposés par les associations d’épargne et de crédit. Pour des agriculteurs tels que Valeriu, le service les a aidés à surmonter une année 2020 particulièrement difficile. Ci-dessous, découvrez son histoire (vidéo uniquement disponible en anglais).

 

En savoir plus sur l’action du FIDA en République de Moldova