L’Agence française de développement et le Fonds international de développement agricole unissent leurs efforts pour promouvoir la sécurité alimentaire et l’agriculture durable en République de Gambie

IFAD Asset Request Portlet

Agrégateur de contenus

L’Agence française de développement et le Fonds international de développement agricole unissent leurs efforts pour promouvoir la sécurité alimentaire et l’agriculture durable en République de Gambie

©IFAD/Nana Kofi Acquah

Rome, le 4 novembre 2021 – Le 1er novembre 2021, l’Agence française de développement (AFD) et le Fonds international de développement agricole (FIDA) ont signé un accord de don d’un montant de 7 millions d’euros pour appuyer la mise en œuvre du Projet « Des organisations résilientes en faveur d’une agriculture paysanne porteuse de transformation » (ROOTS). Le projet vise à améliorer la sécurité alimentaire, la nutrition et la résilience climatique des petits exploitants agricoles en Gambie.

La cérémonie de signature s’est tenue à Banjul, en présence de M. Hassan Jallow, Secrétaire permanent du Ministère de l’agriculture, M. Philippe Lalliot, Ambassadeur de France au Sénégal et en Gambie, Mme Haoua Sienta, Directrice de pays du FIDA pour la Gambie, et Mme Sophie Derudder, Directrice adjointe de l’agence régionale de l’AFD à Dakar. Le Gouvernement gambien était représenté par son Ministère de l’agriculture, désigné en tant qu’organisme d’exécution du projet.

Le projet vise à accroître la productivité agricole, améliorer l’accès aux marchés pour les produits agricoles et obtenir un soutien en faveur des exploitations familiales et des organisations paysannes.

Avec un coût total de 80,59 millions d’USD, outre le don de l’AFD, le ROOTS bénéficie d’un cofinancement du FIDA (21,27 millions d’USD), du Fonds de l’OPEP pour le développement international (10 millions d’USD), du Fonds pour l’environnement mondial (5,3 millions d’USD), du Gouvernement gambien (5,41 millions d’USD) et des bénéficiaires eux-mêmes (6,25 millions d’USD). Une source additionnelle de financement sera déterminée pour couvrir le déficit (20,6 millions d’USD).

L’agriculture constitue le principal moyen d’existence de la population rurale. Ce secteur assure un emploi à environ 70% de la population, mais représente seulement 24% du produit intérieur brut. La pauvreté rurale, l’insécurité alimentaire et la malnutrition sont étroitement liées à la faible productivité agricole, qui touche les groupes les plus vulnérables, à savoir les femmes et les jeunes.

Le projet se déroule dans un contexte de forte insécurité alimentaire en Gambie, qui reste largement tributaire des importations de denrées alimentaires. En 2014, la stratégie nationale de développement de la riziculture a mis en évidence le fait que la production nationale ne représentait que 17% de la consommation annuelle de riz alors que cette céréale constitue l’aliment de base de la population. Ce faible taux de couverture des besoins nationaux en riz justifie la priorité accordée par l’État au développement de la filière rizicole ainsi qu’à l’objectif fixé dans le Plan national de développement (2018-2021) visant à atteindre l’autosuffisance dans ce domaine. Avec l’objectif de relever ces principaux défis en matière de sécurité alimentaire, le projet sera exécuté dans les cinq régions rurales que compte la Gambie et concernera 40 000 ménages agricoles, soit 320 000 personnes (14% de la population).

En février 2018, lors de la Conférence internationale des donateurs à Bruxelles, la France s’est engagée à octroyer une aide d’un montant de 50 millions d’euros à la Gambie. Avec ce nouveau financement, le portefeuille de l’AFD en Gambie s’élève maintenant à un total de 32,5 millions d’euros de dons. En concrétisant toujours davantage l’engagement de la France envers ses partenaires gambiens, ce nouveau projet est conforme aux priorités définies par le Gouvernement gambien.

Depuis 1982, le FIDA a contribué, à hauteur de 113,53 millions d’USD, à 11 programmes et projets de développement rural en Gambie, représentant un montant total de 288,13 millions d’USD et dont 195 069 ménages ont tiré des avantages directs.

Contacts médias

Marie MOUTON, responsable de la communication (AFD) moutonm@afd.fr

Bakary COULIBALY, analyste de la communication en Afrique de l’Ouest (FIDA) ba.coulibaly@ifad.org


IFAD Press Release n. PR/69/2021

À propos de l’Agence française de développement – AFD

L’Agence française de développement (AFD) est un établissement financier public qui œuvre pour mettre en œuvre les politiques de la France, lutter contre la pauvreté et promouvoir le développement durable. L’AFD est présente sur cinq continents grâce à un réseau de 85 agences et 3 000 collaborateurs. En 2020, l’AFD a alloué 12,1 milliards d’euros au financement de projets dans les pays en développement et en faveur des Outre-mer français.

À propos du Fonds international de développement agricole – FIDA

Le FIDA investit dans les populations rurales en les dotant des moyens de réduire la pauvreté, d’accroître la sécurité alimentaire, d’améliorer la nutrition et de renforcer leur résilience. Depuis 1978, il a octroyé 23,2 milliards d’USD sous la forme de prêts à faible taux d’intérêt et de dons, dans le cadre de projets dont ont bénéficié quelque 518 millions de personnes. Le FIDA est une institution financière internationale et un organisme spécialisé des Nations Unies dont le siège est situé à Rome, centre névralgique des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture.

Contact médias

Image of Bakary Coulibaly

Bakary Coulibaly

Communication Analyst, West and Central Africa Division

ba.coulibaly@ifad.org