IFAD Asset Request Portlet

Agrégateur de contenus

Le pouvoir d'avoir le choix

08 mars 2021

Comme d’autres femmes de Santiago, la plus grande île de Cabo Verde, Maria Lizita Varela tirait auparavant ses revenus de l’extraction du sable. C’était un travail ingrat et dangereux.

« Nous devons aller là où la mer est plus profonde maintenant », explique-t-elle. « Nous atteignons des endroits où l’eau nous arrive jusqu’à la tête. Nous pouvons passer jusqu’à trois heures dans l’eau avec du sable dans les yeux, la bouche, les oreilles. J’ai souvent cru que j’allais me noyer. »

Bien que dangereuse, cette activité ne rapporte en moyenne que 110 USD par mois. De nombreuses femmes dépendent donc de leur conjoint et de leur famille pour se loger et satisfaire d’autres besoins fondamentaux. En outre, les obstacles relatifs aux infrastructures et aux institutions politiques ou culturelles limitent considérablement les possibilités d’emploi dans d’autres secteurs, comme l’agriculture. Beaucoup de femmes n’ont donc pas d’autre choix que de vendre du sable pour vivre. Cette situation aggrave la pauvreté, accroît la vulnérabilité des femmes et limite les choix qui s’offrent à elles dans leur vie et quant à leur rôle dans la société.

Les dégâts environnementaux liés à l’extraction du sable sont également visibles. En plus de pousser les travailleuses à aller de plus en plus loin dans l’eau pour trouver du sable exploitable, l’érosion due à l’extraction entraîne de fréquentes inondations dans les zones résidentielles à marée haute. Un cadre réglementaire a récemment été mis en place pour tenter de limiter ces effets – mais son application est insuffisante, et il ne prévoit pas de sources de revenus de substitution pour les ménages vulnérables et pauvres qui dépendent de cette activité. Ainsi, ce cadre ne fait qu’ajouter la menace de poursuites juridiques aux dangers auxquels les travailleuses font déjà face.

Aujourd’hui, un programme financé par le FIDA sur les îles de Santiago et Maio permet aux femmes d’améliorer leurs revenus grâce à des activités plus sûres et moins fastidieuses. Le Programme de promotion des opportunités socioéconomiques rurales (POSER), qui fait partie d’un programme plus vaste financé par le FIDA, vise à aider les organisations rurales à promouvoir durablement des débouchés économiques inclusifs, ainsi qu’à créer les infrastructures et les moyens institutionnels nécessaires pour pérenniser les possibilités existantes.

En 2017, après une sécheresse de trois ans, le programme a été réorienté pour passer du microfinancement communautaire aux investissements dans des projets d’infrastructures pour la collecte de l’eau, conformément à la stratégie et à la politique de développement agricole du pays. Cette réorientation a ouvert des débouchés pour les participants au programme, notamment dans le domaine de la production agricole.

Les femmes, les hommes et les jeunes des zones cibles du programme ont désormais plus de possibilités. En particulier, des femmes comme Maria Lizita ont maintenant d’autres sources de revenus que le travail dangereux et précaire d’extraction du sable.

Edzana Mascarenhas, Responsable de l’égalité femmes-hommes et de l’inclusion dans le cadre du Programme de promotion des opportunités socioéconomiques rurales, explique que la création de ces débouchés a permis à de nombreuses femmes de reprendre des études, d’épargner pour faire face aux problèmes de santé, de quitter le foyer familial et de se loger elles-mêmes.

Les participantes à ce programme ont à présent les moyens de prendre des décisions, de créer des emplois, de fonder leur propre affaire. Leurs expériences nous montrent à tous qu’il est possible de dépasser nos limites.

Maria de Fatima, de Ribeira da Prata, a bénéficié d’un financement du programme pour ouvrir une entreprise de boulangerie-pâtisserie. Elle a deux employés et peine à répondre à la demande du marché. « Je ne suis pas encore allée au bout de mes rêves », dit-elle. « Je souhaite en faire plus et j’en suis capable. Le programme m’a aidée à faire le premier pas dans cette direction. Je connais d’autres femmes qui partagent cet objectif: elles veulent cesser d’extraire du sable et construire un projet comme le mien, même plus modeste. »

Ana Maria Cabral, de Ribeira da Barca, n’a plus besoin de vendre du sable. Elle se consacre maintenant à l’agriculture, grâce à l’appui du programme. « J’ai désormais un revenu stable. En plus de gagner assez pour couvrir mes besoins essentiels et ceux de mes enfants, je peux épargner pour faire face aux situations d’urgence », explique-t-elle. « Vendre du sable était dangereux et pénible. Je passais des heures couvertes de sable, dans l’eau froide, pour ensuite rentrer chez moi et devoir m’occuper de toutes les tâches ménagères et autres activités. Je gagnais souvent moins de 50 USD. Aujourd’hui, notre vie a changé. »  

À Moia-Moia, un village de l’est de Santiago, le Programme de promotion des opportunités socioéconomiques rurales a permis de financer un projet d’infrastructure assurant le captage de l’eau pour la production agricole. Depuis qu’elles cultivent et vendent leurs produits, les femmes de Moia-Moia ont augmenté leurs revenus de 300%. L’alimentation et la nutrition de leur famille se sont en outre diversifiées. Et ces femmes témoignent aussi de leur fierté de pouvoir subvenir aux besoins de leur foyer sans porter atteinte à l’environnement.

Les ménages vulnérables et pauvres, en particulier ceux dirigés par des femmes, sont souvent contraints de suivre des stratégies d’adaptation risquées pour satisfaire des besoins fondamentaux tels que la sécurité alimentaire ou l’accès aux services de santé. Les initiatives financées par le FIDA, comme le Programme de promotion des opportunités socioéconomiques rurales, contribuent à créer des activités économiques de substitution afin d’aider les populations à sortir de la pauvreté en ouvrant des débouchés. Quand ces possibilités favorisent la prise de responsabilités par les femmes, les retombées des interventions du FIDA se traduisent aussi bien en création d’emplois, qu’en investissements dans l’éducation ou en progrès de la santé familiale.

En savoir plus sur l'action du FIDA à Cabo Verde