Le Président du FIDA, Alvaro Lario, se rend en Côte d’Ivoire pour le Sommet Finance en commun

IFAD Asset Request Portlet

Agrégateur de contenus

Le Président du FIDA, Alvaro Lario, se rend en Côte d’Ivoire pour le Sommet Finance en commun

Au cœur des discussions, l’investissement dans les petits exploitants, les femmes rurales et les jeunes pour garantir la durabilité des systèmes alimentaires

Rome, le 17 octobre 2022 – Le Président du Fonds international de développement agricole (FIDA), Alvaro Lario, assistera au Sommet Finance en commun coorganisé par la Banque africaine de développement et la Banque européenne d’investissement les 19 et 20 octobre 2022.

Cet événement a lieu à une période cruciale, alors que le monde est confronté à des défis majeurs: la faim et la pauvreté en augmentation, les effets dévastateurs des changements climatiques, la pandémie de COVID-19 ou encore la guerre en Ukraine.

La confluence de ces différentes crises a eu de graves conséquences économiques et sociales, révélant ainsi les faiblesses des systèmes alimentaires mondiaux et déclenchant une crise alimentaire.

En sa qualité d’organisme des Nations Unies et d’institution financière internationale, le FIDA reconnaît le pouvoir d’investissement que les banques publiques de développement peuvent exercer pour résoudre ces problèmes. Des investissements massifs ciblés pour bénéficier aux populations les plus pauvres du monde peuvent faire une énorme différence. Lors du Sommet, le Président Lario plaidera auprès des banques publiques de développement agricole d’augmenter notablement les financements si dramatiquement nécessaires pour aider les petits producteurs à s’adapter aux changements climatiques, à améliorer leur production agricole et à développer des filières pour les marchés locaux.

En partenariat avec la Cassa Depositi e Prestiti d’Italia et l’Agence Française de Développement, le FIDA et d’autres banques publiques de développement agricole ont lancé, en 2021, la Plateforme pour des systèmes alimentaires durables et inclusifs, une mesure importante pour aider les banques publiques de développement à fournir des services financiers satisfaisant aux besoins des petits producteurs agricoles. Cette plateforme sert également à stimuler les investissements du secteur privé dans les petites et moyennes entreprises rurales essentielles à la transformation des systèmes alimentaires.

Les petits exploitants de Côte d’Ivoire, et plus généralement ceux du continent africain dans son ensemble, sont souvent la clé de la réussite des solutions mises en place pour relever les défis mondiaux. Des investissements accrus dans les filières de produits de base, dans la résilience climatique et dans l’emploi dans les zones rurales aident les populations rurales à améliorer leurs revenus et leur sécurité alimentaire et nutritionnelle, mais aussi à créer des emplois pour les jeunes et à consolider ainsi les communautés.

Alvaro Lario rencontrera par ailleurs de hauts fonctionnaires du Gouvernement pour discuter de l’importance d’investir dans la résilience face aux changements climatiques et atteindre les objectifs de faim zéro et d’éradication de la pauvreté dans le pays d’ici 2030. Il se rendra ensuite à Korhogo, dans le nord de la Côte d’Ivoire, pour inspecter le Programme d’appui au développement de filières agricoles (PADFA), appuyé par le FIDA, où il verra de ses propres yeux comment les conditions de vie des participants au programme, et notamment celles des femmes et des jeunes, se sont améliorées, et il pourra discuter avec eux des autres difficultés auxquels ils sont confrontés.

Le PADFA fournit aux petits exploitants des semences résistantes à la sécheresse, des intrants et des formations qui ont conduit à une hausse des rendements, et cherche à améliorer les activités d’après récolte (conditionnement, stockage, transformation et commercialisation) des filières du riz, des légumes et de la mangue.

« Avant, je récoltais 19 sacs de riz. Grâce aux semences de riz et aux intrants que le PADFA m’a fournis, je peux aujourd’hui récolter près de 30 sacs », a déclaré Brahima Silué, résident du village de Nahoualakala et participant au PADFA. Et d’ajouter: « Mon ménage consomme une partie du riz que je produis, et je vends le reste. Avec ces revenus, je peux répondre aux besoins de ma famille, ce qui n’était pas le cas auparavant. »

Depuis 1984, le FIDA a financé 12 programmes et projets de développement rural en Côte d’Ivoire pour un investissement total de 436 millions d’USD, dont 214 millions sont issus de ses ressources propres. Ces investissements ont bénéficié à près de 640 000 ménages en Côte d’Ivoire.


Communiqué de presse no: IFAD/52/2022

Le FIDA est une institution financière internationale et un organisme spécialisé des Nations Unies dont le siège est situé à Rome, centre névralgique des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture. Le FIDA investit dans les populations rurales en les dotant des moyens de réduire la pauvreté, d’accroître la sécurité alimentaire, d’améliorer la nutrition et de renforcer leur résilience. Depuis 1978, il a octroyé près de 23,2 milliards d’USD sous la forme de prêts à faible taux d’intérêt et de dons, dans le cadre de projets dont ont bénéficié quelque 518 millions de personnes.

Un large éventail de photographies illustrant les activités menées par le FIDA dans les communautés rurales peut être téléchargé à partir de sa Banque d’images.

Contact médias

Image of David Florentin Paqui

David Florentin Paqui

Regional Communications Officer, East and Southern Africa, West and Central Africa

d.paqui@ifad.org