Les Recettes du changement – Entretien avec la cheffe cuisinière Ska Mirriam Moteane

IFAD Asset Request Portlet

Agrégateur de contenus

Les Recettes du changement – Entretien avec la cheffe cuisinière Ska Mirriam Moteane

©FIDA/Giuseppe Bizzarri

Qu’est-ce qui vous a amenée à devenir cheffe cuisinière?

Ce sont mon amour et ma passion pour la nourriture qui m’ont donné envie de faire ce métier. Ma mère cuisinait très bien, j’admirais ses talents culinaires et, en grandissant, j’ai beaucoup appris d’elle. C’est ainsi que j’ai décidé de consacrer ma carrière à la cuisine.

Qu’est-ce qui rend la cuisine lesothane si unique en son genre?

Notre cuisine est faite de plats simples à base d’ingrédients locaux peu nombreux et à portée de main. Ces ingrédients tirent leur saveur irremplaçable – tout comme leur valeur nutritionnelle – de la fraîcheur de notre air et de la pureté de notre eau.

Mieux connaître les aliments et les ingrédients – quels sont les avantages de la cuisine maison?

Le fait d’utiliser des ingrédients plus sains et d’avoir des connaissances précises sur la composition des repas que nous mangeons fait le succès de la cuisine maison. Par exemple, on peut tenir compte des allergies alimentaires quand on prépare les repas. Et bien entendu, la cuisine maison rassemble aussi toute la famille. 

En travaillant avec le FIDA pour les Recettes du changement, vous vous êtes penchée sur les problèmes qui se posent aux communautés rurales – en quoi sont-ils importants à vos yeux?

La réduction de la pauvreté est un enjeu énorme qui me tient beaucoup à cœur. Les projets et les initiatives qui visent à relancer l’économie locale peuvent contribuer à résoudre ces problèmes.

Selon vous, quels sont les problèmes les plus urgents auxquels doivent faire face les petits exploitants agricoles du Lesotho?

Les changements climatiques font déjà des ravages dans les petites exploitations agricoles du pays.
Il faut redoubler d’efforts pour aider les petits exploitants à s’adapter et à faire face aux effets négatifs de ces changements.

Quel est votre prochain grand projet?

Je suis très fière de faire partie de ceux qui utilisent le seboku en cuisine, une herbe rouge avec laquelle on assaisonne couramment la viande de bœuf, de mouton ou d’agneau au Lesotho. Nous venons d’avoir un festival de slow meat qui promeut la viande locale, à Maseru. Le public a pu y déguster des plats de viande au seboku, dans lesquels l’animal est cuisiné tout entier, de la tête à la queue! J’ai ainsi eu l’occasion de travailler avec les cuisiniers des hôtels et des restaurants les plus en vue de la région. Cela nous a permis de proposer le seboku à la vente dans les secteurs du tourisme et du commerce de détail – et de faire bénéficier les exploitants agricoles locaux des retombées positives.

Pourriez-vous nous donner une de vos recettes?

Nyekoe (ragoût de haricots et sorgho)

Cette spécialité de la cuisine lesothane est celle que je préfère, car elle est facile à faire et riche en nutriments. Autre avantage: le sorgho est une plante qui résiste à la sécheresse.

Ingrédients

  • 250 grammes de haricots blancs (deux grandes tasses)
  • 250 grammes de grains de sorgho entiers (deux grandes tasses)
  • Eau
  • Huile de cuisson
  • Sel (à discrétion)

Préparation

  1. Rincer les haricots et le sorgho dans de l’eau claire à plusieurs reprises. 
  2. Laisser tremper une nuit pour réduire le temps de cuisson et laisser les haricots et les grains de sorgho se réhydrater lentement. Le volume d’eau doit être au moins trois fois supérieur à la quantité de haricots et de sorgho utilisée.
  3. Rincer une nouvelle fois les grains avant de les mettre dans une casserole. 
  4. Ajouter de l’eau jusqu’à recouvrir les haricots et les grains de sorgho et porter à ébullition. Lorsque l’eau bout, baisser le feu et laisser mijoter deux heures environ, jusqu’à ce que les grains soient tendres. Ajouter autant d’eau qu’il conviendra tout au long de la cuisson.
  5. Une fois les haricots et le sorgho cuits, ajouter le sel et l’huile de cuisson. Laisser encore mijoter 20 minutes.

Servir chaud. Cette spécialité peut être dégustée seule ou en accompagnement de tout autre plat.