Les voies d’accès à l’inclusion financière pour les jeunes ruraux

IFAD Asset Request Portlet

Agrégateur de contenus

Les voies d’accès à l’inclusion financière pour les jeunes ruraux

©IFAD/R. Ramasomanana

Le nombre de jeunes âgés de 15 à 24 ans devrait atteindre 1,4 milliard, soit 14% de la population mondiale, d’ici à 2050 et la région Asie-Pacifique devrait compter plus de jeunes que toutes les autres régions du monde d'ici à 2080. Compte tenu de l'augmentation de la population, du sous-emploi et de la demande croissante de produits alimentaires, les jeunes peuvent contribuer de manière significative à la croissance sociale et économique, pour autant qu’ils disposent des outils appropriés et du soutien nécessaire pour mener des activités agricoles et non agricoles.

Tandis que la plupart des petits exploitants agricoles n'ont pas accès à des services financiers adéquats, la base de données Global Findex 2017 de la Banque mondiale indique que les jeunes,
en particulier les jeunes ruraux, sont encore plus défavorisés que leurs pairs adultes, puisque 40% d'entre eux ont moins de chances de pouvoir épargner et 60% ont moins de chances de pouvoir emprunter aux banques que les adultes. Cela signifie qu'ils ont moins de possibilités d'investir dans le développement de leur capital, l'éducation et la création d'entreprise. Selon la base de données Global Findex, dans la région Asie-Pacifique, quatre ménages d'agriculteurs sur dix sont exposés à des risques de mauvaise récolte et n'ont pas les moyens de s'assurer. Cette situation est attribuable aux problèmes touchant spécifiquement les jeunes (notamment les jeunes femmes et les jeunes hommes, les jeunes autochtones et les jeunes migrants), tels que:

  • le manque de connaissances et de capacités financières;
  • le manque de produits et de services adaptés aux besoins des jeunes;
  • le manque de terres et d'autres actifs pouvant servir de garantie;
  • le manque de crédibilité ou la faiblesse du profil de crédit;
  • les exigences légales et réglementaires restrictives pour les jeunes, etc.

À cela s'ajoutent certains problèmes traditionnels auxquels se heurtent les prestataires de services financiers lorsqu'ils fournissent des services dans les zones rurales, tels que:

  • le manque de visibilité et d’informations;
  • les perspectives incertaines entourant les prêts dans le secteur agricole;
  • l’insuffisance des infrastructures rurales;
  • les frais de transaction élevés, etc.

Par ses engagements pour la période 2019-2021 et son Plan d'action en faveur des jeunes ruraux, le FIDA contribue déjà à l'autonomisation économique ainsi qu’à la création de débouchés et d'un environnement propice à l'épanouissement des jeunes générations. Dans la région Asie-Pacifique,
il fait systématiquement des investissements qui ciblent les jeunes et visent à combler le fossé entre les acteurs publics et privés, y compris les institutions financières et les petits exploitants agricoles, notamment les jeunes agriculteurs. Les programmes d’investissement et les partenaires de projet du FIDA dans la région constituent actuellement un dossier de décision pour offrir des services qui répondent aux besoins des jeunes agriculteurs et entrepreneurs, renforcer les capacités des jeunes agriculteurs et des prestataires de services financiers et promouvoir la croissance des capitaux propres par la mobilisation de l'épargne. Il s'agit en outre de financer les infrastructures de base nécessaires au développement des services financiers (numériques et mobiles) pour fournir des services de crédit, d’assurance, de transfert de fonds, de paiement, etc. au dernier kilomètre, de sorte que les jeunes, qui adoptent le plus précocement les nouvelles technologies, puissent accéder aux services financiers plus facilement grâce au développement de systèmes mobiles et numériques.

Par exemple, au Népal, le FIDA aide les pouvoirs publics à mettre en œuvre le Projet de promotion des entreprises rurales et des envois de fonds, qui vise à soutenir le développement de microentreprises et de petites entreprises rurales viables dans les secteurs agricole et non agricole en vue de fournir des sources de revenus durables aux ménages pauvres, en particulier aux jeunes, aux familles de migrants et aux rapatriés. Le projet encourage l’acquisition de compétences financières et commerciales permettant d’utiliser les services d'argent mobile et d'autres services financiers numériques, ainsi que d’améliorer l'offre de services financiers grâce au renforcement des coopératives, aux partenariats avec les institutions financières et aux instruments de partage des risques. Le projet soutient également les familles de migrants en promouvant les produits d'investissements fondés sur les envois de fonds et d'autres services, ainsi que la mobilisation de leurs ressources et de leurs compétences pour la création d'actifs et d'entreprises.

Au Cambodge, dans le cadre du Projet relatif aux actifs durables en faveur des marchés agricoles, des entreprises et du commerce, le FIDA aide le Fonds public d'acquisition de compétences à financer la formation de jeunes ruraux concernés afin d'améliorer leurs possibilités d'emploi et leur productivité au travail. Au titre du projet, les intéressés bénéficient d'un financement initial sous forme de don et d'un appui aux fins de l'élaboration de plans d'activités, de la réalisation d'études de marché et de la recherche de financement auprès du secteur privé local, y compris les prestataires de services financiers. En outre, le projet soutient 5 000 jeunes agriculteurs au moyen de formations sur le numérique – une attention particulière étant accordée à l'inégal accès des femmes à ces connaissances – et de pépinières d’appui pour aider les jeunes agriculteurs à développer des concepts permettant de trouver des solutions numériques en milieu rural. Il est prévu qu’ils soient les premiers à utiliser l'application Chamka développée dans le cadre de ce projet. Il s’agit d’une application numérique pour les services de vulgarisation par numérotation directe, permettant de se procurer certaines informations relatives aux finances, aux marchés et à la météo, entre autres, et faisant office de plateforme de marché fondée sur un cloud.

En Indonésie, le FIDA, en partenariat avec les pouvoirs publics, a récemment lancé le Programme de services d’appui à l’entrepreneuriat et à l’emploi des jeunes, qui a permis de souligner l'importance de l’accès aux ressources financières pour aider les jeunes à développer leurs activités agricoles et autres entreprises. Pour améliorer l'accès des jeunes à des services financiers inclusifs,
le programme soutient l'éducation financière et le renforcement des capacités de certaines institutions financières pour favoriser la mise en place de solutions novatrices telles que la petite épargne pour les crédits, les dispositions pour les contrats agricoles, les récépissés d'entrepôt et l'octroi de prêts relais aux jeunes entreprises. Pour faciliter l'accès au financement des start-up et des sociétés de technologie financière (fintech) créées par des jeunes, le programme prévoit de s'associer au Programme des Nations Unies pour le développement et à l’Angel Investment Network Indonesia pour ouvrir un guichet spécial, appelé Agribusiness Impact Fund (Fonds d’impact pour l’entrepreneuriat agricole), destiné à financer d’une part les petites et moyennes entreprises nouvellement créées ou en expansion lancées par des jeunes ou créant des emplois pour la jeunesse rurale ou de nouveaux débouchés commerciaux pour les jeunes agriculteurs et producteurs, et, d’autre part, les entreprises de technologie financière qui offrent un financement aux petits exploitants des zones cibles sous la forme de prêts entre particuliers, de financement participatif, d’approvisionnement du marché ou de crédit numérique.

Compte tenu du taux de chômage élevé dans la région Asie-Pacifique et des possibilités considérables de développement de l'agriculture et des entreprises agricoles et non agricoles offertes aux jeunes ruraux, l’accès à des systèmes financiers efficaces et inclusifs peut permettre aux jeunes générations actuelles de devenir les moteurs et les bénéficiaires d'une transformation rurale durable. Le FIDA, en collaboration avec d'autres partenaires de développement, contribue de manière considérable à la résolution de certains problèmes particuliers que pose l'inclusion financière des jeunes en promouvant l'éducation financière et le bon comportement financier, en encourageant l'accès aux produits financiers technologiques pour différentes étapes de la vie et différents services, ainsi qu’en aidant les groupes d'épargne de jeunes à se constituer un patrimoine et à développer une culture de l'épargne à long terme pour améliorer leur solvabilité. Pour ce qui est de l'offre, il s'agit d'aider les prestataires de services financiers à fournir des services et des produits financiers efficaces tout en structurant d'autres formes de garanties en vue de réduire le coût des prêts dans les zones rurales. Enfin, la création d’un écosystème propice aux technologies numériques pour la finance rurale grâce à un appui technique et financier peut également aider à répondre aux besoins variés et saisonniers de financement, à réduire les frais de fonctionnement des prestataires de services financiers ainsi qu’à améliorer l'accès des jeunes à ces services et leur utilisation.