Le gouvernement du Mali, la FAO, le FIDA et le PAM lancent un programme conjoint pour renforcer la résilience des populations rurales

IFAD Asset Request Portlet

Agrégateur de contenus

Le gouvernement du Mali, la FAO, le FIDA et le PAM lancent un programme conjoint pour renforcer la résilience des populations rurales

©Amadou Keita

Rome/Bamako, le 31 Août 2021 - Le Ministère du développement rural du Mali, les trois agences onusiennes basées à Rome (FAO, FIDA et PAM) et le G5 Sahel, ont procédé le 26 Août à Bamako au lancement officiel d’un programme conjoint qui vise à renforcer la résilience des populations rurales maliennes face aux changements climatiques, les conflits et la COVID19.

Le projet dénommé « Programme conjoint Sahel en réponse aux défis COVID 19, conflits et changements climatiques (SD3C G5 Sahel + Sénégal) », s’étend sur une période de 6 ans dont deux phases de 3 ans. L’objectif de ce programme est de consolider les moyens d’existence des petits producteurs, en particulier les femmes et les jeunes vivant en zones transfrontalières, par l'adoption de pratiques de production durables et d'approches de cohésion sociale et de transformation du genre.

Les pays du G5 sahel et le Sénégal vont bénéficier à travers ce programme d’un financement total de 180,4 millions USD (soit plus de 100 milliards de Francs CFA) du Fonds International de Développement Agricole (FIDA) et du Fonds vert pour le climat en vue de la mise en œuvre du SD3C. Pour le Mali, les coûts du programme sont estimés à 44,051 millions d’USD. Son exécution opérationnelle sera assurée par l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et le Programme alimentaire mondial (PAM) sous la coordination du Projet de financement inclusif des filières agricoles au Mali (INCLUSIF) du FIDA.

Le Mali est l’un des épicentres de la forte insécurité et des conflits armés dont souffre tout le Sahel depuis une dizaine d’années. La pauvreté est profondément inscrite dans le monde rural et les agriculteurs et agro-pasteurs font partie des groupes les plus touchés. Le Mali est également un des pays les plus vulnérables aux changements climatiques.

Selon le Ministre malien du développement rural, Modibo Kéita, qui a présidé la rencontre, la cohérence des objectifs poursuivis par le Projet SD3C-G5 Sahel + Sénégal avec les orientations des politiques publiques, nationales et régionales, est la manifestation de la volonté des plus hautes autorités du Mali, à s’investir dans une décentralisation équilibrée qui répond efficacement aux besoins de développement régional et local.  Il a invité les acteurs de mise en œuvre et particulièrement les bénéficiaires, chacun en ce qui le concerne, à faire siens, les résultats attendus par le projet avant de leur préciser que chaque acteur est un maillon important pour l’atteinte des résultats.

« Avec l’engagement de tous les acteurs concernés nous pouvons atteindre les objectifs visés par le programme régional conjoint Sahel en réponse aux Défis de la COVID-19, des Conflits et du Changement climatique au Mali, (SD3C) pour le grand bénéfice des populations vulnérables et faisant face à de nombreux défis qui menacent leur survie », a soutenu M. Edmond MOUNKALA, Représentant par intérim de la FAO au Mali et Représentant de l’UNESCO au Mali, dans l'allocution prononcée au nom des trois agences FAO, FIDA et PAM, lors du lancement.

L’atelier de lancement a regroupé les parties prenantes du programme notamment les responsables des projets et programmes de développement ; les acteurs impliqués dans le suivi et la mise en œuvre, les représentants des institutions de coopération technique et financière, la société civile, les ambassades accréditées, des représentants des agences du système des nations unies présentes au Mali.

Le programme conjoint se propose de contribuer à la mise en œuvre de la stratégie du G5 Sahel pour le développement et la sécurité (SDS) à la demande des Gouvernements des 6 pays (Burkina Faso-Mali-Mauritanie-Niger-Sénégal-Tchad).

Depuis 1980, le FIDA a soutenu 16 projets et programmes de développement rural au Mali pour un coût total de 774,66 millions d'USD dont 325,78 millions d'USD provenant des ressources du FIDA. On estime que 681 303 ménages ruraux pauvres en ont bénéficié.


Contacts pour les médias:

  • Bakary Coulibaly, chargé de communication, Bureau Afrique de l’Ouest du FIDA, ba.coulibaly@ifad.org; Mobile : +221774503945
  • Mohamed Cissé, chargé de communication, Représentation de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) au Mali, Mohamed.Cisse@fao.org; Mobile : +223 74 57 56 70
  • Benoît Lognoné, Chargé de Communication, Programme Alimentaire Mondial (PAM), benoit.lognone@wfp.org; Mobile +223 77 29 25 98 

Communiqué de presse no: IFAD/52/2021

Le FIDA investit dans les populations rurales en les dotant des moyens de réduire la pauvreté, d’accroître la sécurité alimentaire, d’améliorer la nutrition et de renforcer leur résilience. Depuis 1978, il a octroyé 23,2 milliards d’USD sous la forme de prêts à faible taux d’intérêt et de dons, dans le cadre de projets dont ont bénéficié quelque 518 millions de personnes. Le FIDA est une institution financière internationale et un organisme spécialisé des Nations Unies dont le siège est situé à Rome, centre névralgique des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture.

Contact médias

Image of Bakary Coulibaly

Bakary Coulibaly

Communication Analyst, West and Central Africa Division

ba.coulibaly@ifad.org