Mieux faire entendre les producteurs de denrées alimentaires dans les forums climatiques mondiaux : l’ambition de la nouvelle responsable des relations extérieures du FIDA, grande figure du développement en Finlande

IFAD Asset Request Portlet

Agrégateur de contenus

Mieux faire entendre les producteurs de denrées alimentaires dans les forums climatiques mondiaux : l’ambition de la nouvelle responsable des relations extérieures du FIDA, grande figure du développement en Finlande

Rome, le 1er décembre 2021 L’alimentation est l’un des enjeux majeurs de notre époque. Pourtant, comme l’a montré la COP 26, toute dernière conférence sur le climat, les femmes et les hommes qui produisent les aliments que nous consommons sont trop rarement conviés aux forums mondiaux qui déterminent leur vie , affirme Satu Santala, qui rejoint aujourd’hui les rangs du Fonds international de développement agricole (FIDA) des Nations Unies en tant que Vice-Présidente adjointe responsable du Département des relations extérieures et de la gouvernance.

« L’alimentation est l’un des enjeux majeurs de notre époque, notamment en raison des pressions qu’exercent sur ce secteur les changements climatiques et le recul de la biodiversité. Pourtant, les populations rurales qui produisent les aliments que nous consommons sont trop souvent mises de côté dans les processus de développement mondiaux », a précisé Satu Santala, qui occupait précédemment le poste de Directrice générale pour les politiques de développement au Ministère finlandais des affaires étrangères.

Les petits exploitants agricoles des zones rurales produisent un tiers de la nourriture consommée dans le monde. Particulièrement vulnérables aux catastrophes naturelles et aux phénomènes climatiques imprévisibles, ils ne reçoivent pourtant que 1,7% des fonds destinés à financer l’action climatique. Le mois dernier, la conférence sur le climat des Nations Unies, la COP 26, n’a vu qu’une participation très limitée de producteurs ruraux de denrées alimentaires, et l’alimentation et l’agriculture sont les grandes absentes du Pacte de Glasgow pour le climat.

Selon un rapport récent du FIDA, la production issue des cultures de base dans huit pays africains pourrait diminuer de 80% d’ici à 2050 si les températures continuent d’augmenter à cause des changements climatiques. Cette situation pourrait avoir un effet catastrophique sur la pauvreté et les disponibilités alimentaires, à moins que des fonds ne soient affectés de toute urgence aux exploitants vulnérables pour les aider à adapter leurs méthodes et leurs produits agricoles.

« Si les habitants de la planète ont quelque chose en commun, c’est bien la nourriture », selon Satu Santala. « Ce problème ne touche donc pas que les populations rurales des pays pauvres. Il s’agit aussi de construire des systèmes alimentaires qui soient durables pour l’humanité tout entière. »

Satu Santala, de nationalité finlandaise, possède une grande expérience dans les relations internationales et le développement. Elle a occupé plusieurs postes au sein du Ministère finlandais des affaires étrangères, tels que celui de Directrice générale pour les politiques de développement et celui de Directrice de l’Unité du financement du développement, et a travaillé au sein des ambassades de Finlande à New Delhi et Dar es Salaam. Elle a par ailleurs travaillé comme Directrice exécutive au sein de la Banque mondiale, où elle représentait les pays nordiques et baltes.

« Tout au long de ma carrière, j’ai voulu focaliser l’attention sur les personnes marginalisées. C’est inscrit dans mon ADN, et je me décrirais comme une militante du développement, même si j’ai toute ma vie travaillé dans la fonction publique », a-t-elle poursuivi.

Dans le cadre de ses nouvelles fonctions au FIDA, Satu Santala est responsable de la communication, des activités de collaboration internationale, des partenariats et de la mobilisation des ressources. Elle supervise également les relations avec les 177 États membres du Fonds.

« Le FIDA a pour ambition de doubler et d’intensifier son impact », explique-t-elle. « Je ferai tout mon possible pour renforcer encore l’attrait du Fonds en tant que partenaire essentiel dans l’investissement pour les populations rurales, afin que nous puissions donner corps à cette ambition que défend le FIDA au nom des populations au service de qui il travaille. »

Le FIDA est le seul organisme mondial de développement qui se consacre exclusivement à la lutte contre la pauvreté et la faim dans les zones rurales. Il a notamment mis sur pied un fonds destiné à favoriser l’adaptation des petits exploitants aux changements climatiques.


Communiqué de presse no: IFAD/77/2021

Le FIDA investit dans les populations rurales en les dotant des moyens de réduire la pauvreté, d’accroître la sécurité alimentaire, d’améliorer la nutrition et de renforcer leur résilience. Depuis 1978, il a octroyé 23,2 milliards d’USD sous la forme de prêts à faible taux d’intérêt et de dons, dans le cadre de projets dont ont bénéficié quelque 518 millions de personnes. Le FIDA est une institution financière internationale et un organisme spécialisé des Nations Unies dont le siège est situé à Rome, centre névralgique des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture.

De nombreuses photographies illustrant l’action du FIDA aux côtés des populations rurales peuvent être téléchargées à partir de la banque d’images de l’organisation.

Contact médias

Image of Joanne Levitan

Joanne Levitan

Senior Communication Officer: Global Outreach

j.levitan@ifad.org