La Globalisation Offre des Nouveaux Marches pour les Pays en Voie de Developpement, mais ils Doivent Etre Capabales dEtre Competitifs avec les Pays Riches ont Declare les Participants du 25eme Conseil des Gouverneurs du FIDA

IFAD Asset Request Portlet

Agrégateur de contenus

La Globalisation Offre des Nouveaux Marches pour les Pays en Voie de Developpement, mais ils Doivent Etre Capabales d'Etre Competitifs avec les Pays Riches ont Declare les Participants du 25eme Conseil des Gouverneurs du FIDA

Communiqué nº: IFAD 14/02

Rome, 20 fevrier 2002 - Les délégués ont déclaré que «tandis que beaucoup de pays en voie de développement ont fait en sorte d’abattre les barrières commerciales et prendre des mesures pour répondre aux négociations en cours sur le commerce, les pays industrialisés n’ont pas, pour leur part, maintenu leurs engagements. ‘Grâce aux subventions de l’Union Européenne, il serait possible de faire voyager à travers le monde n’importe qu’elle vache avec un billet d’avion de première classe » a souligné Roberto Bissio, coordinateur de l’organisation non gouvernementale du «Social Watch»,Uruguay. Cette dernière étant chargée de contrôler l’action des Gouvernements dans le monde en matière de politiques sociales.

Les délégués ont affirmé que « cette situation n’était pas soutenable à long terme, et qu’elle ne pouvait qu ‘aggraver la pauvreté». Cet argument a été traité cette année par le FIDA lors du Conseil des Gouverneurs et dans le cadre du thème «Financement du développement – dimension rurale».

Les pays de l’OCDE dépensent chaque année environ 350 milliards de dollars en matière de subventions agricoles, une somme beaucoup plus élevée de celle destinée à l’assistance officielle pour le développement.

Dans le même temps, des standards de qualité trop sévères deviennent souvent des obstacles pour le Commerce. L’élimination de ces restrictions renforcerait de manière significative l’exportation des pays pauvres et leur permettrait de diversifier leur agriculture et de bénéficier de la globalisation, sans en être victimes.

Dans la matinée, son excellence le Président Olusegun Obasanjo, Président de la République Fédérale du Nigeria, a exprimé «toute sa préoccupation pour l’échec de l’engagement pris pour réduire les subventions destinées au commerce» Il a souligné que «l’espoir que les marchés soient plus équilibrés a été réduit à néant par le protectionnisme stratégique des pays développés envers leur agriculture. Ce protectionnisme a été mis en place à travers des subventions à l’exportation, des tarifs, des quotas et des restrictions de l’importation des matières premières des pays en voie de développement.».

Les membres et délégués estiment «que les débats d’aujourd’hui formeront l’essence des discours de la Conférence internationale sur le financement au développement qui se tiendra a Monterrey, les 18 et 20 mars prochain». Cette rencontre donnera l’occasion de réexaminer les engagements pris dans le cadre du Sommet du millénaire des Nations Unies et trouver des solutions pour atteindre l’objectif de réduire de moitié la proportion des personnes qui vivent dans l’extrême pauvreté d’ici 2015.


Le FIDA est une institution spécialisée des Nations Unies dont le mandat spécifique est de lutter contre la faim et la pauvreté dans les régions les plus défavorisées du monde. Depuis 1978, le FIDA a financé 603projets dans 115pays ainsi qu'en Cisjordanie et dans la bande de Gaza, allouant près de 7,3milliards de USD au titre de prêts et de dons. Grâce à ces projets, près de 250millions de ruraux ont eu une possibilité de se libérer de la pauvreté. Le FIDA met la plus grande partie de ses ressources à la disposition des pays à faible revenu, à des conditions particulièrement favorables – à savoir, un délai de remboursement allant jusqu’à 40ans avec un différé d'amortissement de dix ans et une commission de service de 0,75% l'an.