Le FIDA Renforce son Appui a la Lutte contre la Pauvreté Rurale en Afrique Centrale

IFAD Asset Request Portlet

Agrégateur de contenus

Le FIDA Renforce son Appui a la Lutte contre la Pauvreté Rurale en Afrique Centrale

Communiqué nº: IFAD 26/02

Au Séminaire de Youndé (Cameroun), les Gouvernements et les Donateurs seront Encouragés à Promouvoir des Programmes Stratégiques Novateurs

Rome, Yaoundé, 11 mai 2002. Un séminaire régional sur l'évaluation de la pauvreté rurale et les options et stratégies en Afrique centrale doit se tenir à Yaoundé (Cameroun) les mardi 14 mai et mercredi 15 mai 2002 au
Palais des Congrès. Participeront à cet atelier de hauts représentants gouvernementaux, des parlementaires et des décideurs du Cameroun, du Gabon, de la Guinée équatoriale, de la République centrafricaine, de la République démocratique du Congo, de la République du Congo et de Sao
Tomé-et-Principe ainsi que des représentants d'organismes de coopération pour le développement, d'organisations internationales de promotion du développement, d'institutions financières et de certains des principaux donateurs bilatéraux ainsi que des représentants de la société civile. Les Ministres de l'agriculture de tous les pays susmentionnés
participeront également à la réunion. L'atelier est organisé par le Fonds international de développement agricole (FIDA) en collaboration avec le Ministère de l'agriculture, de l'alimentation et des forêts du Gouvernement camerounais et la Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique (CEA). Il sera ouvert par S.E. M. Peter Mafany Musonge, Premier Ministre de la République du Cameroun, M. Klemens van de Sand, Président adjoint du Département de gestion des programmes du FIDA et M. K.M. Amoako, Secrétaire exécutif de la CEA.

Aujourd'hui, 1,2 milliard d'êtres humains demeurent enfermés dans le piège de la pauvreté extrême et vivent avec moins d'un dollar par jour. Sur ce chiffre, 44% se trouvent dans le sud de l'Asie, 24% en Afrique subsaharienne, 24% dans l'est de l'Asie et 6,5% en Amérique latine et dans les Caraïbes. En Afrique occidentale et centrale, les populations qui
vivent dans le dénuement représentent quelque 150 millions de personnes, dont approximativement 120 millions se trouvent dans les régions rurales. Il ressort de l'évaluation de la pauvreté dans la région
que, si l'on veut qu'elles soient couronnées de succès, les politiques de réduction de la pauvreté doivent être ciblées sur les régions rurales, qu'il
importe d'accroître les investissements dans l'agriculture et que les gouvernements des pays de la région et les donateurs doivent accorder une attention accrue aux efforts déployés dans cette direction,
faute de quoi il ne sera pas possible de réduire de moitié d'ici à 2015 la proportion des populations qui vivent dans la pauvreté, ce qui est l'un des objectifs fixés par le Sommet du Millénaire.

Les participants au séminaire s'attacheront à déterminer comment les pays d'Afrique centrale peuvent relever le défi consistant à transformer l'agriculture de sorte qu'elle devienne un moteur beaucoup plus
puissant du développement économique et de l'atténuation de la pauvreté qu'elle ne l'a été par le passé. Ils discuteront des causes, des différences et des caractéristiques spécifiques de la pauvreté rurale
en Afrique centrale, et s'emploieront à identifier les possibilités stratégiques de réduire la pauvreté rurale et les modalités des partenariats futurs dans la région.

En 2002, conformément aux objectifs de développement adoptés par la communauté internationale lors du Sommet du Millénaire, à la stratégie et à l'orientation du FIDA et aux objectifs de développement visés en Afrique occidentale et centrale, le Fonds continuera d'attacher la plus haute priorité aux initiatives de nature à contribuer à promouvoir la réalisation des quatre objectifs stratégiques ci-après: a) renforcement des capacités des ruraux pauvres et de leurs organisations et appui
à l'infléchissement en faveur des pauvres des politiques et des institutions de développement rural; b) accroissement de la productivité de l'agriculture et de la gestion des ressources naturelles et
amélioration de l'accès à la technologie; c) amélioration de l'accès aux capitaux et aux marchés financiers; et d) réduction de la vulnérabilité à des menaces majeures comme les conflits et le VIH/Sida. Pour atteindre cet objectif, le FIDA continuera de mettre l'accent sur l'importance d'une participation différenciée par sexe des groupes cibles à la définition des objectifs des projets et des activités prioritaires; sur une optimisation de l'utilisation de l'expérience et des savoirs locaux; et sur une politique d'investissements stratégiques fondée sur un resserrement de la collaboration avec les gouvernements, la société civile et les autres
donateurs, pour faire en sorte que les interventions et les projets correspondent étroitement à l'ensemble des stratégies de développement économique et sectoriel des divers pays.

Pendant son séjour, M. Klemens van de Sand, Président adjoint chargé du Département gestion des programmes du FIDA, visitera la station du Centre international pour la recherche en agroforesterie (CIRAF) à Yaoundé et certains des villages où travaille le Centre. Le FIDA appuie dans quatre pays (Cameroun, Gabon, Guinée équatoriale et Nigéria) un programme multinational de recherche qui a pour but de diversifier les systèmes de petite exploitation en les orientant vers la culture d'arbres fruitiers et médicinaux locaux. Ce projet tend, en exploitant les savoirs autochtones et en encourageant la plantation d'arbres de haute
valeur, à élever les revenus ruraux et à protéger la biodiversité des ressources forestières.

À ce jour, le FIDA a financé six projets au Cameroun, à un coût total de 217,38 millions de USD, et a accordé à cette fin des prêts représentant au total quelque 46,23 millions de USD.


Fin 2001, le FIDA avait appuyé 243 projets d'investissement dans 44 pays d'Afrique. Le montant total des prêts du FIDA dans la région a atteint 2,559 milliards de USD. Chaque dollar que le FIDA a investi a généré un investissement supplémentaire de 1;14 USD de cofinanceurs.

Le FIDA est une institution spécialisée des Nations Unies dont le mandat spécifique est de lutter contre la faim et la pauvreté dans les régions les plus défavorisées du monde. Depuis 1978, le FIDA a financé 603 projets dans 115 pays ainsi qu'en Cisjordanie et à Gaza, allouant près de 7,3 milliards de USD au titre de prêts et de dons. Grâce à ces projets, près de 250 millions de ruraux ont eu une possibilité de se libérer de la pauvreté. Le FIDA octroie la plus grande partie de ses ressources aux pays à faible revenu à des conditions particulièrement favorables – remboursement sur 40 ans avec un différé d'amortissement de dix ans et une commission de service de 0,75% l'an.


Note aux correspondants

Sauf indication contraire, la Conférence de presse du Président adjoint du FIDA à Yaoundé aura lieu au Palais des Congrès le mardi 14 mai 2002 à 11h45.