Lennart Båge, Président du Fonds International de Développement Agricole en visite officielle en Algérie du 7 au 9 juin 2002 pour des entretiens avec les responsables algériens sur le renforcement du développement rural

IFAD Asset Request Portlet

Agrégateur de contenus

Lennart Båge, Président du Fonds International de Développement Agricole en visite officielle en Algérie du 7 au 9 juin 2002 pour des entretiens avec les responsables algériens sur le renforcement du développement rural

Communiqué nº: IFAD 31/02

Rome-Alger, vendredi 7 juin 2002 – Lennart Båge, Président du FIDA, arrivera à Alger vendredi 7 juin 2002 pour une visite officielle de trois jours en République Algérienne Démocratique et Populaire. Durant son séjour, le Président Båge aura des entretiens avec S.E.M. Ali Benflis, Chef du Gouvernement et des membres du gouvernement: S.E.M. Said Barkat, Ministre de l'agriculture et Gouverneur du FIDA en Algérie, S.E.M. Abdelaziz Belkadem, Ministre des Affaires Etrangères, S.E.M. Mourad Medelci, Ministre des Finances. Les entretiens porteront sur les investissements en cours et futurs du FIDA pour le développement en milieu rural, en Algérie, liés à la lutte contre la pauvreté.
Le Président Båge informera aussi les responsables algériens des résultats de la Conférence Régionale Ministérielle sur «l’Evaluation de la Pauvreté Rurale et les Opportunités Stratégiques au Proche-Orient et en Afrique du Nord» qui a été organisée par le FIDA à Beyrouth du 8 au 9mai 2002, et qui a adopté une Stratégie Régionale sur la réduction de la Pauvreté rurale en vue d'atteindre les objectifs du Sommet du Millénium. Par ailleurs, les discussions permettront d’ examiner l’ appui du FIDA pour l’ initiative du NEPAD pour lequel l'Algérie fait partie des cinq premiers pays initiateurs, avec l'Afrique du Sud, le Nigéria, le Sénégal et l' Égypte.
A la présence de son Excellence M.Said Barkat, Ministre de l'agriculture, le Plan d'action national de développement agricole de l'Algérie (PNDA) sera présenté au Président Båge par les cadres du Ministère de l’ Agriculture. Ce plan est considéré comme la stratégie opérationnelle du pays pour accélérer le Développement Socio-économique, agricole et rural. A la veille de son départ pour Alger, le président Båge a exprimé son intention de renforcer davantage les relations avec l'Algérie, un des pays fondateurs du fonds, par la consolidation des projets du FIDA dans le pays et ce en appui au PNDA.

À ce jour, le FIDA a investi 48millions de USD dans quatre projets, pour un coùt total de 95,1millions de USD au bénéfice de pas moins de 13839foyers ruraux affectés par la pauvreté (soit l’ équivalent de 113700habitants). Ces programmes incluent le projet de développement de la céréaliculture et de l’ élevage dans la Wilaya de Tiaret, le projet de développement rural intégré dans le bassin versant du «Oued Mellègue» des deux côtés de la frontière algéro-tunisienne, le projet-pilote de développement de la pêche artisanale et enfin le projet pilote pour le développement de l’ agriculture de montagne dans le bassin versant de l' Oued Saf-Saf. Notons que le dernier projet, approuvé en décembre 2001, devrait démarrer incessamment. En ce qui concerne les futures interventions du FIDA, il est attendu la couverture, en priorité, des zones de montagnes, steppiques et pastorales par des projets de développement rural et ce en association avec le programme en cours sur la mise en valeur des terres par la concession ainsi que d’ autres interventions pour appuyer le Gouvernement dans ses efforts de lutte contre la pauvreté rurale.


Le FIDA est une institution spécialisée des Nations Unies dont le mandat spécifique est de lutter contre la faim et la pauvreté dans les régions les plus défavorisées du monde. Depuis 1978, le FIDA a financé 603projets dans 115pays ainsi qu'en Cisjordanie et à Gaza, allouant près de 7,3milliards de USD au titre de prêts et de dons. Grâce à ces projets, près de 250millions de ruraux ont eu une possibilité de se libérer de la pauvreté. Le FIDA octroie la plus grande partie de ses ressources aux pays à faible revenu à des conditions particulièrement favorables – remboursement sur 40ans avec un différé d'amortissement de dix ans et une commission de service de 0,75% l'an.