Le FIDA aide les petits exploitants tanzaniens à améliorer la sécurité alimentaire dans le contexte de la pandémie de COVID-19

IFAD Asset Request Portlet

Agrégateur de contenus

Le FIDA aide les petits exploitants tanzaniens à améliorer la sécurité alimentaire dans le contexte de la pandémie de COVID-19

©IFAD/Joanne Levitan

Rome, le 6 juillet 2021 – Le Fonds international de développement agricole (FIDA) apportera un financement en vue de porter assistance à 6 240 petits exploitants vulnérables des zones rurales de République-Unie de Tanzanie touchés par la pandémie de COVID-19. Grâce au don du FIDA, ces derniers pourront s’implanter sur des marchés et accéder à des intrants et des   informations agricoles et commerciales, afin d’accroître leur productivité et leur résilience.

Selon les projections, l’infestation de criquets pèlerins survenue récemment et la pandémie de COVID-19 auraient fait reculer la croissance du secteur agricole tanzanien, passée de 5% en 2019 à 2% en 2020. Entre autres effets négatifs, ce repli a entraîné une augmentation du coût des intrants et restreint l’accès aux marchés, les petits exploitants agricoles subissant le plus lourdement les conséquences de cette situation.

Dans le cadre de son Mécanisme de relance en faveur des populations rurales pauvres, le FIDA octroiera une enveloppe de 882 841 USD à l’appui de la riposte à la COVID-19 en République-Unie de Tanzanie. Alors que la crise déclenchée par la pandémie risque de faire basculer 500 000 Tanzaniennes et Tanzaniens de plus dans la pauvreté, ce don vise à limiter au maximum les répercussions sur les moyens d’existence, la résilience et la sécurité alimentaire. Il ciblera aussi bien des exploitants (dont 50% de femmes et 30% de jeunes) que des négociants en produits agricoles, des acheteurs et des agents de vulgarisation des régions de Dodoma, Njombe, Simiyu, Singida et Unguja.

En dépit des nombreuses difficultés auxquelles ils font face, comme la faiblesse des rendements, l’agriculture reste la principale activité économique de la plupart des petits exploitants tanzaniens. Le don permettra de stimuler la productivité de ces derniers en finançant l’achat et la distribution de 23 650 kilogrammes de semences de maïs biofortifiées, de 14 460 kilogrammes de semences de tournesol et de 971 000 plants de fruitiers et de légumes. Par ailleurs, il contribuera à consolider les acquis obtenus dans le cadre du Programme d’appui à l’infrastructure de commercialisation, à l’ajout de valeur et à la finance rurale (ou Programme MIVARF), initiative appuyée par le FIDA qui s’est terminée en 2020, en mettant à profit le système de distribution des intrants agricoles mis en place pour venir en aide aux exploitants ciblés.

« La pandémie de COVID-19 a mis au jour la vulnérabilité de nos systèmes alimentaires. Pour pouvoir concevoir un système alimentaire durable et résilient, il faut reconnaître le rôle des petits exploitants et leur donner les moyens d’accéder aux intrants, aux informations et aux marchés pour qu'ils puissent y vendre leurs produits », explique Francesco Rispoli, directeur de pays du FIDA pour la République‑Unie de Tanzanie.

Les mesures de fermeture des frontières et les protocoles stricts mis en place pour lutter contre la COVID-19 ont eu pour effet de limiter l’accès de nombreux petits producteurs et productrices aux marchés agricoles. Pour remédier à ce problème, le don aidera l’Agence nationale des réserves alimentaires à acheter du maïs aux producteurs, conformément au plan en vigueur consistant à augmenter ses réserves. En outre, il sera tiré parti des plateformes créées dans le cadre du Programme MIVARF pour permettre aux exploitants d’avoir accès à d'autres marchés.

Les services de vulgarisation peuvent grandement contribuer à augmenter la productivité des petits exploitants. Malheureusement, les agents de vulgarisation n’étant pas suffisamment nombreux, rares sont les producteurs qui en bénéficient à temps. Pour combler ce manque, le don favorisera le déploiement à plus grande échelle de l’application mobile spécialisée M-Kilimo, qui permet aux exploitants d’avoir aisément accès à des services de vulgarisation et de conseil, ainsi qu’à des informations relatives aux marchés. 

À l’intention des journalistes

Le 21 avril 2020, le FIDA a créé le Mécanisme de relance en faveur des populations rurales pauvres, fonds multidonateur destiné à intensifier la riposte à la COVID-19 en complément de la réaffectation de certaines de ses activités. Le Mécanisme contribue à préserver la sécurité alimentaire et la résilience des populations rurales pauvres en leur permettant d’avoir accès, en temps voulu, à des intrants, à des informations, aux marchés et à des liquidités. Il vise en premier lieu les bénéficiaires des projets FIDA, le but étant de pérenniser les acquis. Si les ressources le permettent, il pourra être élargi à d’autres habitants des zones rurales dans le besoin.

Le FIDA investit dans les populations rurales en les dotant des moyens de réduire la pauvreté, d'accroître la sécurité alimentaire, d’améliorer la nutrition et de renforcer leur résilience. Depuis 1978, il a octroyé 23,2 milliards d’USD sous la forme de prêts à faible taux d’intérêt et de dons, dans le cadre de projets dont ont bénéficié quelque 518 millions de personnes. Le FIDA est une institution financière internationale et un organisme spécialisé des Nations Unies dont le siège est situé à Rome, centre névralgique des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture.

 


Communiqué de presse no IFAD/35/2021

Depuis 1978, le FIDA a participé au financement de 16 programmes et projets de développement rural en République-Unie de Tanzanie, en investissant 402,5 millions d’USD sur un montant total de 917,0 millions d’USD, dans l'intérêt direct de plus de 4 millions de ménages ruraux.

Contact médias

Image of David Florentin Paqui

David Florentin Paqui

Regional Communications Officer, East and Southern Africa, West and Central Africa

d.paqui@ifad.org

Image of Linda Odhiambo

Linda Odhiambo

Communication Analyst

l.odhiambo@ifad.org