IFAD Asset Request Portlet

Agrégateur de contenus

Tout est bon dans le traçage du cochon – Comment les outils numériques ont aidé les éleveurs de porcs chinois

12 février 2021

Le comté de Zhenba, au cœur des montagnes de la province chinoise du Shaanxi, est réputé pour sa production de lard traditionnel, fumé et salé à point, au goût sans égal.

En temps normal, les éleveurs de porcs du comté pourraient vendre leur production à un pays tout entier de fins connaisseurs. En Chine, en effet, le porc est la viande la plus consommée depuis des siècles. En moyenne, un Chinois mange environ 30 kilos de porc par an, et la consommation nationale de porc a atteint, selon les estimations, 40,3 millions de tonnes en 2020.

Toutefois, depuis quelques années, les chocs provoqués notamment par l’épidémie de peste porcine africaine et la pandémie de COVID-19 ont eu pour effet de réduire la taille des troupeaux et de faire flamber les prix du porc. Malgré les ressources importantes dont dispose le pays, principal producteur de porc au monde, les éleveurs chinois ont du mal à soutenir le rythme.

Face à la situation, les autorités chinoises ont adopté une série de mesures pour favoriser l’expansion de l’industrie de l’élevage et produire suffisamment de porc pour assurer l’autonomie du pays à 95%. Des initiatives de ce type devraient ouvrir des perspectives considérables pour les éleveurs de porcs locaux, mais malheureusement, elles ne bénéficient le plus souvent qu’aux plus grandes entreprises commerciales.

Les éleveurs du comté de Zhenba font partie des 99% d’éleveurs de porcs chinois qui possèdent moins de 500 animaux. Il leur serait extrêmement difficile de développer l’activité de leurs élevages de petite ou moyenne taille dans la mesure requise par ces initiatives publiques. De plus, comme ils sont moins susceptibles d’appliquer les méthodes normalisées des élevages industriels, la qualité de leurs produits est souvent trop variable, ce qui les force à accepter des prix inférieurs à la valeur réelle de leur production. Enfin, ils n’ont généralement pas les ressources nécessaires pour investir dans la promotion et le marketing, ce qui limite leur aptitude à vendre des produits à base de porc de qualité, comme le lard fumé, à une clientèle plus diversifiée.

Membre d’une des coopératives agricoles du comté de Zhenba avec quelques-uns de ses animaux

Se développer grâce à un système de traçage numérique

Pour soutenir la concurrence des grandes exploitations industrielles, les éleveurs du comté de Zhenba avaient besoin d’un système qui leur permette de constamment répondre aux normes de qualité exigées, même durant la phase d’expansion de leurs activités ce qui, dans l’idéal, les aiderait à trouver de nouveaux débouchés pour leurs produits. Les responsables d’un projet financé par le FIDA et mené dans le sud de la province du Shaanxi ont eu une idée. En 2009, un partenariat a été forgé dans le cadre du projet avec l’autorité locale chargée de la réglementation du marché dans le but d’investir dans un système de traçage numérique.

Le nouveau système de traçabilité de la qualité et de la sécurité sanitaire du lard fumé de Zhenba permet de suivre chaque paquet de lard, de l’exploitation jusqu’aux rayons des supermarchés. L’identification initiale des animaux permet de suivre chaque porc provenant des élevages participants. Cette activité de suivi se poursuit tout au long de la production de porc, et le respect des normes alimentaires intégrées dans le système garantit le maintien de la qualité. Chaque paquet de lard fumé se voit attribuer une "carte d'identité" numérique que les consommateurs finaux peuvent utiliser pour retracer la provenance du produit.

Outre les technologies nécessaires au système de traçage, notamment les plateformes logicielles et l’Internet des objets agricoles (c’est-à-dire les outils et les équipements permettant de contrôler et d’échanger des données), l’investissement initial a permis de financer des activités de formation et de renforcement des capacités à toutes les étapes de la filière, l’amélioration de l’accès aux marchés et à des ressources pour la commercialisation des produits, et un appui aux activités de recherche et développement. Les avantages de ce système sont apparus immédiatement.

Durant l’année qui a suivi la mise en place du système de traçage, les entreprises et les coopératives participantes ont pu diversifier leurs produits, en contrôler la qualité et, ainsi, attirer davantage de fournisseurs et de consommateurs. Les normes de qualité établies au titre du projet ont notamment été adoptées par différents intervenants de la filière, des petits éleveurs de porcs et des coopératives d’élevage jusqu’aux grandes entreprises. Toutes les étapes de la production de lard fumé – l’élevage des porcs, l’achat de matières premières, la production et la transformation, le conditionnement, l’étiquetage et la vente du produit, s’inscrivent désormais dans le système de traçage, ce qui aide tous les acteurs à respecter une série de normes communes et à accroître la durabilité et la fiabilité de l’intégralité de l’industrie du lard de Zhenba. 

Les petits exploitants, acteurs essentiels de la filière numérique

À l’évidence, les parties prenantes les plus importantes du nouveau système de traçage sont les petits exploitants. Liu Xuefei est l’un de ces derniers.

M. Liu a grandi à Zhenba, mais il est parti travailler à Beijing il y a quelque temps. Alors qu’il faisait ses courses dans une épicerie de son quartier, il est tombé sur un paquet de lard fumé de Zhenba. C’est alors qu’il a décidé de retourner dans sa ville d’origine pour monter son entreprise. Il dirige à présent sa propre coopérative d’élevage. Au départ, il a eu du mal à trouver des débouchés, mais il a récemment signé un accord d’achat de longue durée avec une grande société de technologie alimentaire.

En participant au nouveau système de traçage du lard fumé, M. Liu a aussi bénéficié d’un appui financier qui lui a permis de développer son activité d’élevage de porcs, et il a suivi des formations qui l’ont aidé à mettre au point son propre système de traçage numérique des porcs qu’il élève en liberté.

M. Liu n’est toutefois pas le seul à avoir profité de cette initiative. En juin 2020, le comté de Zhenba comptait 18 entreprises et unités de production de lard fumé (dont cinq entreprises de production agréées, 10 petits producteurs et trois entreprises individuelles), dont la production, de l’ordre de 500 tonnes par an, était évaluée à 50 millions de yuans (environ 7,75 millions d’USD). Selon les estimations, le comté devrait, d’ici 2021, abriter plus de 25 coopératives, qui devraient attirer 1 500 ménages ruraux possédant globalement 20 000 porcs, et produire 2 000 tonnes de lard fumé d’une valeur de 200 millions de yuans (environ 31 millions d’USD).

Perspectives d’avenir: faire plus largement connaître le lard fumé chinois

Maintenant que l'industrie du lard du comté de Zhenba s’est stabilisée et se développe, les autorités locales cherchent de nouveaux débouchés.

"Nous avons l’intention de développer des circuits d’écotourisme dans la ville", explique Sun Jie, maire adjointe du comté. "Nous voulons attirer des touristes qui pourront visiter nos montagnes et nos exploitations, apprécier la culture et la musique locales et, bien entendu, consommer notre lard fumé."

Il est également envisagé de commercialiser le lard fumé de Zhenba sur les marchés européens. Ce produit a récemment été inclus dans la liste des indications géographiques protégées aux termes de l’accord bilatéral signé par la Chine et la Commission européenne. Les consommateurs de toute l’Union européenne pourront bientôt goûter du lard fumé chinois traditionnel – sans avoir à se déplacer jusqu’en Chine.

Découvrez l’action menée par le FIDA en Chine.