Saut au contenu
X

Localiser, localiser, localiser! Les systèmes d’information géographique, un allié indispensable des projets de développement rural

03 juillet 2020

©️FIDA/Mawira Chitima - une zone intéressée par le Programme de développement de l’irrigation dans les zones rurales appuyé par le FIDA au Malawi (février 2020)

Réfléchissez un instant à la localisation géographique de votre lieu d'habitation — ou à celui de vos proches. Si une urgence survenait dans les environs, vous vous assureriez rapidement que tout va bien. Localiser géographiquement les personnes ou les choses qui nous sont chères est de la plus haute importance. C’est un outil indispensable à nous assurer que tout va bien et à évaluer les conséquences d'un événement s’étant produit à cet endroit-là ou à proximité.

De la même manière, dans le cadre des activités du FIDA, il est fondamental de savoir exactement où sont menés les projets soutenus par le Fonds et quelles sont les conditions sur le terrain.

Grâce à la technologie des systèmes d'information géographique (SIG), de plus en plus accessible, nous n'avons jamais eu autant d'outils à notre disposition pour concevoir et mettre en œuvre nos projets. Les SIG nous permettent de localiser sur une carte la situation géographique de nos groupes de bénéficiaires, y compris dans des zones très reculées. Ils nous aident à mieux concevoir nos projets, en fournissant des données spatiales et géographiques précises sur les zones où nous prévoyons d'intervenir. Ils permettent également d'orienter les décisions pendant la phase d'exécution et de surveiller les conditions en temps réel, même en l'absence de mission de supervision, ce qui représente des économies potentielles en ce qui concerne le coût et le temps de trajet. Ces données étant faciles d'accès, nous pouvons aussi assurer un suivi plus régulier et plus large, ce qui nous permet de savoir avec certitude si un projet avance bien.

Tout comme les caractéristiques géographiques naturelles, toutes les constructions faites par l'homme, telles que les routes et les infrastructures d'irrigation, les terres agricoles, les entrepôts, les marchés et d'autres bâtiments, sont visibles du ciel. Une fois que les sites de ces constructions ont été géoréférencés, c'est-à-dire une fois que les coordonnées exactes ont été relevées sur le terrain grâce au système de géolocalisation (GPS), on peut utiliser des images satellites ou aériennes pour les visualiser et suivre leur évolution au fil du temps. En outre, on peut prendre des mesures précises: par exemple, en mesurant exactement la taille d'une parcelle de terre agricole, on pourra mieux évaluer ses futurs rendements. En un sens, il n'est pas toujours nécessaire d'effectuer des vérifications sur le terrain: on peut maintenant faire des "vérifications spatiales".

Les technologies SIG sont déjà utilisées dans plusieurs projets du FIDA. Par exemple, dans le cadre du Projet intégré de développement rural du Butana (BIRDP) mené au Soudan, des données géoréférencées ont été utilisées pour planifier les activités de boisement et de reboisement. À partir d'une représentation cartographiée précise de la zone du projet, l'équipe du projet a calculé le nombre de tracteurs, de semences et de plants nécessaires, en se basant sur la superficie à couvrir et le taux de survie des jeunes plants. Elle a également utilisé des données sur les pentes et le régime des pluies, les associant aux coordonnées GPS relevées, afin de déterminer le nombre de structures de récupération de l'eau qu'il faudrait construire.

En Ouganda, dans le cadre du Projet de rétablissement des moyens de subsistance dans la région du Nord (PRELNOR), les infrastructures routières construites ont été géoréférencées. Grâce à ces données, le FIDA peut aujourd'hui évaluer l'incidence de ces investissements sur l'accès des bénéficiaires aux marchés agricoles. Il sera en outre possible d'évaluer la durabilité de ces investissement et leurs effets à long terme, d'ici à 10, 15 et même 20 ans.

L'équipe de suivi-évaluation du Programme d’appui à la commercialisation de la production paysanne, mené en Sierra Leone, a géoréférencé les sites du projet, y compris les marais des vallées intérieures, dans lesquels on a encouragé la riziculture intensive. En conséquence, les auteurs de cet article ont pu relier les coordonnées GPS des marécages aux données de télédétection sur les précipitations, les températures, la couverture des sols et les incendies. L'analyse géospatiale et statistique de ces données montre que le projet a permis de réduire le nombre d'incendies, qui est passé à 2,8 incendies par an dans les zones marécageuses qui se sont développées et les zones tampons avoisinantes.

Dans le cadre de l'évaluation de l'impact du Programme d'intégration économique en faveur des familles et des communautés rurales dans le territoire de l'État plurinational de Bolivie (ACCESOS) , il est prévu de géoréférencer les ménages cibles et les ménages témoins et de mesurer la superficie des zones agricoles au moyen de dispositifs GPS. La collecte des coordonnées GPS nous permettra d'approfondir l'analyse des données d’enquêtes sur les ménages obtenues dans le cadre de l'évaluation de l'impact, en établissant des liens avec les bases de données de télédétection relatives au climat. En outre, les dispositifs SIG sont utilisés pour mesurer précisément la superficie des terres, ce qui sera essentiel pour évaluer les rendements agricoles.

En parallèle, dans le contexte d'un programme mené en Inde pour aider les populations à se relever après le tsunami de 2004, les emplacements des récifs artificiels mis en place ont été géoréférencés. Ces coordonnées GPS sont fusionnées avec des ensembles de données sur la température de la surface de la mer et les précipitations liées aux cyclones, afin d'évaluer la diversité des poissons et la productivité de la pêche dans la zone et de mesurer la résilience des populations face aux cyclones.

Grâce aux nombreux satellites qui ont été lancés dans l'espace et aux instruments aériens tels que les drones, les radars et les avions, des milliards de photos de la terre sont en permanence prises du ciel. Ces images permettent d’analyser de nombreuses métadonnées relatives aux SIG, et de contribuer ainsi à améliorer les projets du FIDA. Le rôle des SIG dans les projets de développement rural ne cessera de prendre de l'importance, ce qui nous permettra de progresser dans la réalisation des objectifs de développement durable.