Saut au contenu
X

Le FIDA et les Seychelles signent un accord de prêt de 3 millions d'USD pour relancer l’agriculture paysanne seychelloise

Rome, 22 mai 2013 – Le Fonds international de développement agricole (FIDA) vient d'accorder un prêt de 3 millions d'USD à la République des Seychelles pour innover et relancer le secteur agricole, renforcer la pêche artisanale et promouvoir les microentreprises rurales et l'emploi sur les trois îles principales, Mahé, Praslin et La Digue.

L'accord de financement du Projet d'innovations locales compétitives pour l'agriculture paysanne a été signé ce jour à Rome par Steve Dave Carl Fanny, Secrétaire Principal du Ministère des finances, du commerce et de l'investissement de la République des Seychelles, et Kanayo F. Nwanze, Président du FIDA.

Depuis son indépendance en 1976, les Seychelles sont passées progressivement de pays en développement au groupe des pays à revenu moyen-supérieur. Bien que le secteur du tourisme emploie environ 30 pour cent de la population active et fournit plus de 70 pour cent du produit intérieur brut du pays (PIB) – ce qui a d'ailleurs conduit la croissance économique - l'économie seychelloise est extrêmement vulnérable aux chocs extérieurs, tels la volatilité des prix alimentaires et la crise financière. Le secteur de l'agriculture ne contribue qu'à hauteur de 3,2 pour cent du PIB et emploie environ 3 pour cent de la population. Pour répondre aux besoins alimentaires du pays et soutenir aussi l'industrie du tourisme, Seychelles doit importer près de 90 pour cent des denrées alimentaires.

Le nouveau projet se concentrera sur l'amélioration de la production de fruits et légumes frais et aussi de la qualité des aliments organiques, du petit bétail, des porcs et des poissons sera améliorée, tant pour la consommation locale que pour la commercialisation sur d'autres marchés. Ce projet aura aussi comme but de relier les petits exploitants agricoles à l'industrie des hôtels et restaurants au travers de partenariats entre les secteurs publics et privés.

Comme tous les pays insulaires de l'Océan Indien, les Seychelles sont confrontées aux dures réalités de l'augmentation de la variabilité du climat et du changement climatique.

Ce projet se penchera également sur les questions d'adaptation au changement climatique ainsi que sur la réduction de la consommation d'énergie non renouvelable. Les risques associés aux systèmes de productions devraient ainsi être diminués, et les agriculteurs bénéficieront d'une meilleure maitrise de la de la gestion de l'eau. Les importations de produits par voie maritime et aérienne devraient également diminuer. En outre, les espèces de poissons ciblées et commercialisées par les pêcheurs artisanaux seront diversifiées, afin de réduire les risques de surpêche de certaines espèces.

Cofinancé par le gouvernement des Seychelles, le projet sera exécuté par le Ministère des ressources naturelles et de l'industrie. Plus de 9.500 ménages ruraux composés de petits agriculteurs et de pêcheurs artisanaux bénéficieront directement de ce nouveau projet. Un accent particulier sera mis sur les ménages vivant en dessous du seuil de pauvreté et la jeunesse. La plupart d'entre eux produisent déjà pour le marché national ou travaillent sur des jardins potagers.

Avec ce nouveau projet, le FIDA aura financé deux projets aux Seychelles, pour un investissement total de 4,1 millions d'USD.


Communiqué de presse no: IFAD/22/2013

Le Fonds international de développement agricole (FIDA) œuvre aux côtés des populations rurales pauvres afin de leur permettre de cultiver et de vendre davantage de produits vivriers, d'accroître leurs revenus et de déterminer le cap de leur propre existence. Depuis 1978, le FIDA a investi dans des projets quelque 14,9 milliards d'USD sous forme de dons et de prêts à faible taux d'intérêt octroyés à des pays en développement, permettant à plus de 410 millions de personnes de se libérer par elles-mêmes de la pauvreté et favorisant ainsi la création de communautés rurales dynamiques. Le FIDA est une institution financière internationale et une agence spécialisée des Nations Unies dont le siège est à Rome – la plateforme alimentaire et agricole des Nations Unies. Il représente un partenariat unique, regroupant 172 membres, entre l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), d'autres pays en développement et l'Organisation de coopération et de coopération et de développement économiques (OCDE).