Saut au contenu
X

Le Vice-Premier Ministre chinois fait appel à plus de coopération au profit des communautés rurales à travers le monde

Kanayo F. Nwanze poursuit de nouveau son mandat d'agent de développement pour quatre ans.

Rome, le 14 Février 2013 – Le Vice-Premier Ministre de la République Populaire de Chine, Hui Liangyu, et le Ministre de l'économie et des finances de la République italienne, Vittorio Grilli, ont pris la parole hier lors de l'ouverture de la 36ème session du Conseil des Gouverneurs, la réunion annuelle du Fonds international de développement agricole (FIDA). Le Conseil des Gouverneurs est l'organe suprême du FIDA.

Dans son allocution, le vice-Premier Liangyu a réaffirmé l'engagement de la Chine à maintenir l'agriculture et la réduction de la pauvreté au sommet de l'agenda économique et social du pays. Il a exhorté la communauté internationale à se concentrer sur l'aide aux pays en développement pour atteindre la sécurité alimentaire et éliminer la pauvreté rurale par la promotion de la coopération Nord-Sud. Il a ajouté que des efforts supplémentaires sont nécessaires pour étendre la coopération Sud-Sud afin d'encourager et promouvoir les échanges entre les pays en développement.

"Tous les pays doivent travailler ensemble, rejeter le protectionnisme commercial, améliorer l'accès au marché, et construire un ordre international juste et raisonnable pour le commerce des produits agricoles, de manière à créer un environnement propice à la croissance des pays en voie de développement", a déclaré le Vice-Premier Ministre Liangyu.

À propos de la collaboration, le ministre Grilli a déclaré : "pour atteindre la sécurité alimentaire il ne s'agit pas seulement d'investir des ressources financières dans l'agriculture, mais il est aussi question de partage des savoir-faire, des technologies, de l'innovation, de l'expérience de gestion et des relations." "Le FIDA peut faire la différence en aidant les petits exploitants à participer activement à leur propre développement et celui de leur pays: ils pourront ainsi passer du statut de dépendants de l'aide à celui de petits agriculteurs hommes d'affaire", a ajouté Grilli.

Au cours de la session d'ouverture des travaux, l'archevêque Dominique Mamberti, Secrétaire du Saint-Siège pour les relations avec les États a  délivré à l'assemblée un message de Sa Sainteté le Pape Benoît XVI. Un message d'espoir pour l'avenir et qui a félicité le FIDA pour son travail dans l'autonomisation des petits agriculteurs en déclarant : "c'est une approche qui reconnaît le secteur agricole comme une composante fondamentale de la croissance économique et du progrès social, et redonne a l'agriculture et aux gens des campagnes la place qui leur revient."

La session d'ouverture comprenait également une synthèse des délibérations du premier Forum mondial des peuples autochtones du FIDA. Les organisations des peuples autochtones ont appelé les gouvernements à: "reconnaître les droits des peuples autochtones sur les terres, les territoires et ressources, y compris les pâturages et les couloirs, et la contribution des systèmes de connaissance traditionnelle et des technologies ainsi que les moyens de subsistance traditionnels pour la résilience des écosystèmes et le développement durable." En outre, les organisations des peuples autochtones se sont engagées à "travailler conjointement avec le FIDA et les gouvernements dans la conception et l'élaboration des modèles de développement économiquement viables, culturellement appropriés et écologiquement rationnels et durables pour nos peuples."

Les délégués des États membres du FIDA ont nommé par acclamation Kanayo F. Nwanze pour un second mandat de quatre ans en tant que Président du Fonds. Nwanze, ressortissant nigérian, a été vice-président du FIDA avant d'être nommé en 2009 pour son premier mandat en tant que Président. Dans son discours d'acceptation, Nwanze a déclaré que le FIDA créera les conditions permettant à 80 millions de personnes de sortir de la pauvreté.

Au cours de la séance de la matinée du Conseil des gouverneurs, un panel de discussion intitulé "Les clés du succès pour un partenariat fructueux et mutuellement bénéfiques" a mis l'accent sur les partenariats public-privé et le rôle des organisations paysannes. "Les coopératives sont le seul moyen d'éradiquer la pauvreté et de fournir de bons produits de qualité aux consommateurs", a déclaré Tadesse Meskela, fondateur et directeur général de l'Union coopérative des agriculteurs d'Oromia en Ethiopie. "Rassembler les agriculteurs est le seul moyen. Apprenez-leur à s'organiser et produire des produits de haute qualité. Ensuite, redonnez les profits aux agriculteurs." Meskela était dans le documentaire Or Noir de 2006, qui jette un regard en profondeur sur le monde du café et du commerce mondial.

La première journée du Conseil des gouverneurs s'est conclue avec un groupe de discussion de haut niveau sur le thème "La force des partenariats : investir pour un développement rural durable", animé par David Nabarro, Représentant spécial sur la sécurité alimentaire et la nutrition pour les Nations Unies. Les intervenants ont exploré les possibilités pour les petits agriculteurs de développer des partenariats mutuellement bénéfiques avec les entités du secteur privé sans pour autant compromettre les intérêts des communautés rurales.

Le panéliste Ingmar Stresse, Directeur des Programmes et Partenariats mondiaux de Mars Incorporated, a expliqué que "les petits exploitants agricoles sont l'épine dorsale" de la production de nombreuses matières premières agricoles nécessaires pour les produits. "Cinq millions de petits agriculteurs produisent du cacao pour Mars", a t-il dit, ajoutant que "notre avenir est lié à l'avenir des producteurs de cacao dans le monde. Nous avons besoin d'une révolution en matière d'entrepreneuriat" pour les petits agriculteurs.


Le Fonds international de développement agricole (FIDA) œuvre aux côtés des populations rurales pauvres afin de leur permettre de cultiver et de vendre davantage de produits vivriers, d'accroître leurs revenus et de déterminer le cap de leur propre existence. Depuis 1978, le FIDA a investi dans des projets quelque 14,8 milliards d'USD sous forme de dons et de prêts à faible taux d'intérêt octroyés à des pays en développement, permettant à plus de 400 millions de personnes de se libérer par elles-mêmes de la pauvreté et favorisant ainsi la création de communautés rurales dynamiques. Le FIDA est une institution financière internationale et une agence spécialisée des Nations Unies dont le siège est à Rome – la plateforme alimentaire et agricole des Nations Unies. Il représente un partenariat unique, regroupant 172 membres, entre l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), d'autres pays en développement et l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Communiqué de presse n°:FIDA/09/2013