Saut au contenu
X

Des coalitions plus fortes pour éradiquer la faim et la pauvreté

"Nous sommes plus efficaces lorsque nous travaillons en partenariat", a déclaré le président du FIDA

Rome, le 14 Février 2013 – Le 36e Conseil des gouverneurs, réunion annuelle du Fonds International de Développement Agricole (FIDA), vient de finir ses travaux ce jour à Rome avec la remise d'un prix des agences des Nations Unies basées à Rome pour la collaboration exceptionnelle de leurs opérations sur le terrain. Les pays membres ont lancé un appel pour le renforcement des coalitions afin d'intensifier le développement des communautés rurales.

 "Nous sommes plus forts et plus efficaces lorsque nous travaillons en partenariat", a souligné Kanayo F. Nwanze, Président du FIDA, dans son allocution de clôture. "C'est pourquoi le FIDA encourage les petits exploitants et autres ruraux pauvres à travailler en partenariat les uns avec les autres et avec d'autres entités."

Le thème du renforcement des partenariats a été prédominant dans toutes les délibérations du Conseil des gouverneurs. Nwanze et José Graziano da Silva, Directeur général de l'Organisation pour l'alimentation et l'agriculture de l'ONU et Ertharin Cousin, Directeur exécutif du Programme alimentaire mondial, ont présenté le premier prix d'excellence des agences basées à Rome, en reconnaissant la collaboration exceptionnelle de l'équipe pays au Mozambique. Le travail du personnel des trois agences avec le gouvernement, visait à améliorer la qualité de la production et réduire les pertes post-récolte pour les petits agriculteurs.

José António Gaspar, Ministre de l'Agriculture, a salué le travail d'équipe effectué au Mozambique et a déclaré que "chaque agence a complété le travail de l'autre. Je tiens à les féliciter pour ce prix d'excellence", a t-il dit. "En fait, du côté du gouvernement, nous nous sentons nous aussi comme faisant partie de ce prix car nous travaillons tous ensemble."

La réunion de cette année a également marqué le lancement de la table ronde des gouverneurs, un événement de haut niveau qui sert de tribune aux représentants des États membres du FIDA pour échanger leurs expériences et partager les connaissances sur les questions stratégiques ayant un impact sur les petits agriculteurs. La session de cette année, Partenariats pour le financement du développement agricole et rural, s'est concentrée sur la façon de construire et de financer des coalitions qui puissent mieux soutenir les petits agriculteurs et renforcer leur rôle dans la transformation des systèmes agricoles et des économies rurales pour atteindre une plus grande prospérité, l'équité et un développement durable.

Les participants ont réfléchi sur le rôle crucial du FIDA dans la négociation de partenariats durables, productifs, profitables et équitables qui se concentrent sur les intérêts des petits exploitants et représentent un moyen de catalyser des investissements plus efficaces dans l'agriculture.

"Le FIDA  peut ainsi jouer le rôle d'arbitre neutre, surtout quand les choses vont mal", a déclaré Michael Gort, directeur de la division ONU, le Commonwealth et la Francophonie de l'Agence canadienne de développement international.

Le Conseil des gouverneurs a approuvé la demande d'adhésion de trois nouveaux états membres : la République de Nauru, Tuvalu et la République de Vanuatu. Ces pays des îles du Pacifique sont la terre de divers peuples autochtones et de diverses cultures, et partagent un certain nombre de défis communs en matière de développement en raison de leur dispersion géographique, de leur vulnérabilité aux catastrophes naturelles, et des conséquences du changement climatique mondial.

Dans sa déclaration Kalvau Moli, Ministre de l'Agriculture, de l'élevage, de la foresterie, de la pêche et de la biosécurité de Vanuatu, a déclaré que le "massacre du changement climatique et ses effets sur l'agriculture est une menace réelle que nous ne pouvons pas ignorer dans nos stratégies et plans futurs." L'adhésion de ces trois pays prend effet immédiatement, portant le nombre total des États membres du FIDA à 172.

Nwanze a accueilli les nouveaux membres et a déclaré que leurs "préoccupations en matière du changement climatique et son impact sur ¿¿l'agriculture paysanne sont des préoccupations que nous partageons tous. Nous allons travailler avec vous, à la recherche de solutions aux défis spécifiques auxquels vous êtes confrontés, qui menacent aussi les moyens de subsistance dans un trop grand nombre de nos États membres. "


Le Fonds international de développement agricole (FIDA) œuvre aux côtés des populations rurales pauvres afin de leur permettre de cultiver et de vendre davantage de produits vivriers, d'accroître leurs revenus et de déterminer le cap de leur propre existence. Depuis 1978, le FIDA a investi dans des projets quelque 14,8 milliards d'USD sous forme de dons et de prêts à faible taux d'intérêt octroyés à des pays en développement, permettant à plus de 400 millions de personnes de se libérer par elles-mêmes de la pauvreté et favorisant ainsi la création de communautés rurales dynamiques. Le FIDA est une institution financière internationale et une agence spécialisée des Nations Unies dont le siège est à Rome – la plateforme alimentaire et agricole des Nations Unies. Il représente un partenariat unique, regroupant 172 membres, entre l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), d'autres pays en développement et l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Communiqué de presse n°:FIDA/10/2013