Saut au contenu
X

D’après un rapport récent, l'investissement en faveur des populations autochtones, des jeunes et des femmes joue un rôle essentiel dans la lutte contre les changements climatiques en Amérique latine et dans les Caraïbes

Langues: Arabic, English, French, Spanish

02 décembre 2019

© IFAD / Panos Pictures / Xavier Cervera

Madrid, le 3 décembre 2019 – Selon un rapport publié aujourd'hui par le Fonds international de développement agricole (FIDA), les projets de développement en Amérique latine et dans les Caraïbes qui investissent en faveur des populations autochtones, des jeunes et des femmes, tout en prévoyant des mesures d'adaptation aux changements climatiques, auraient de meilleurs résultats.

Fondé sur un examen de l'ensemble des projets appuyés par le FIDA dans la région, le rapport sur L’avantage de l'Amérique latine et des Caraïbes montre que l'approche holistique retenue, qui prévoit également des investissements pour améliorer la nutrition, a un impact durable et minimise les arbitrages et les risques.

"Si l'on omet l'un ou l'autre des ingrédients, on n'obtient que des avantages à court terme. En revanche, investir dans tous les domaines permet de jeter les bases d'un rendement durable à long terme pour les 17 millions d'exploitations familiales de la région", a déclaré la Directrice de la Division environnement, climat, égalité femmes-hommes et inclusion sociale du FIDA, Margarita Astralaga.

"Nous devons agir maintenant, car c’est dès aujourd’hui, pas demain, que les impacts des changements climatiques frappent les exploitants familiaux", a-t-elle ajouté.

Plusieurs exemples présentés dans le rapport démontrent l’effet bénéfique de cette approche multidimensionnelle. En Haïti, les projets appuyés par le FIDA permettent de lutter contre la discrimination à l'égard des femmes dans l'agriculture, phénomène qui entravait auparavant la diffusion des techniques d'adaptation aux changements climatiques auprès des agriculteurs. L'insécurité alimentaire des ménages dirigés par des femmes devrait à présent passer de 85 à 50% à l'horizon 2023.

Dans toute la région, les investissements dans la création de solides réseaux de jeunes ont permis aux jeunes agriculteurs de mieux comprendre les bonnes pratiques en matière d'adaptation aux changements climatiques. En Colombie, la mise en place d’un réseau de 2 200 membres répartis dans 70 sections locales a permis de recueillir plus de 2 millions d'USD auprès du Ministère de l'agriculture et du développement rural pour soutenir les petits exploitants agricoles.

Le fait de s'appuyer sur les systèmes de savoirs autochtones porte également ses fruits. Dans le bassin amazonien, les communautés autochtones réintroduisent des espèces végétales indigènes rustiques qui résistent mieux aux aléas climatiques. Cette année, les pertes de récoltes liées au climat ont diminué de 20%.

"Le FIDA continuera d'innover pour aider les exploitants familiaux d'Amérique latine, des Caraïbes et du reste du monde à s'adapter aux changements climatiques", a souligné Margarita Astralaga. "Le Fonds continuera également à défendre le rôle singulier joué par les exploitants familiaux des pays en développement dans la réalisation des objectifs de développement durable de l'ONU, notamment en ce qui concerne l'éradication de la faim et de la pauvreté", a-t-elle conclu.

Demandes d'interview: Brian Thomson, téléphone portable +39 3666 121 101, courriel b.thomson@ifad.org.

Notes aux journalistes:

D'ici 2021, le FIDA prévoit d'intégrer les composantes "durabilité environnementale" et "climat" dans l'ensemble des projets mis en œuvre dans la région Amérique latine et Caraïbes. De plus, 25% des investissements auront trait au climat, 25% des projets seront porteurs de transformation genrée (autonomisation des femmes), 50% seront axés sur la nutrition et 50% s'intéresseront aux jeunes.

Lien:

Lire le rapport « L’avantage de l'Amérique latine et des Caraïbes », disponible en anglais et en espagnol.


PR/51/2019

Le FIDA investit dans les populations rurales, en dotant celles-ci des moyens de réduire la pauvreté, d'améliorer la sécurité alimentaire et la nutrition, et de renforcer la résilience. Depuis 1978, nous avons octroyé 21,5 milliards d’USD sous la forme de prêts à faible taux d’intérêt et de dons en faveur de projets qui ont bénéficié à quelque 491 millions de personnes. Le FIDA est une institution financière internationale et un organisme spécialisé des Nations Unies dont le siège est à Rome – centre névralgique des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture.