Saut au contenu
X

Un nouveau projet axé sur les microentreprises vise à faire de l’agriculture une activité rentable pour un demi-million de familles au Bangladesh

09 décembre 2019

Dhaka, le 9 décembre 2019 – Le Fonds international de développement agricole (FIDA) et le Gouvernement de la République populaire du Bangladesh ont signé un accord sur le lancement d’un projet qui permettra d’accélérer une croissance économique inclusive, de réduire durablement la pauvreté et d’améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle de 445 000 familles rurales.

L’accord de financement relatif au "Projet de transformation des entreprises rurales" a été signé par Gilbert F. Houngbo, Président du FIDA, et Monowar Ahmed, Secrétaire de la Division des Relations économiques du Ministère des finances du Bangladesh.

Le coût total de ce projet est de 200 millions d’USD, auquel le FIDA apporte une contribution de 80 millions d’USD sous forme de prêt et 1 million d’USD sous forme de don. Le solde sera apporté par la Fondation Palli Karma-Sahayak (13 millions d’USD), qui en sera l’organisme d’exécution, les bénéficiaires eux-mêmes (0,9 million d’USD) et des entreprises du secteur privé, des organisations partenaires et des institutions financières non bancaires (96,8 millions d’USD).

Le niveau de pauvreté a diminué au Bangladesh, passant de 49% en 2000 à 24,3% en 2016. Malgré ce progrès remarquable, on estime que 40 millions de personnes vivent encore sous le seuil de pauvreté.

La pauvreté rurale reste supérieure à la pauvreté urbaine et l’agriculture représente seulement 15,4% du PIB, bien qu’elle emploie 41% de la population.

Selon Omer Zafar, Directeur de pays du FIDA au Bangladesh, le principal facteur limitant, dans le secteur de l’agriculture, est l’accès limité des agriculteurs aux intrants dont ils ont besoin: technologies plus modernes, marchés viables et services financiers.

"Des millions de petits agriculteurs et de microentrepreneurs sont incapables de passer d’une agriculture de semi-subsistance à une activité commerciale. Toute une série de causes sous-jacentes font obstacle à cette transition, parmi elles le bas niveau de la productivité, les technologies obsolètes, la faible différenciation des produits, la basse qualité de la production, le peu de création de valeur ajoutée par la transformation, des services de conseil qui ne sont plus adaptés, l’insuffisance d’accès aux services financiers et l’absence de marchés structurés", a déclaré Omer Zafar.

Ce nouveau projet vise à relever ces défis en stimulant le secteur de l’entrepreneuriat agricole et en augmentant la rentabilité d’ensemble de l’agriculture par une intégration de la production vivrière et de filières agricoles choisies. Mettant l’accent sur les districts de Chittagong, Khulna, Rajshahi et Rangpur, le projet permettra aux petits exploitants agricoles et aux microentrepreneurs un meilleur accès aux technologies de production, aux services financiers et aux marchés.

"Le projet créera une synergie entre les producteurs et les agroentreprises, rendant possibles une croissance durable des revenus et des créations d’emplois", a ajouté Omer Zafar.

Le projet prévoit également d’organiser les producteurs et de les former afin qu’ils acquièrent les compétences qui leur permettront de répondre aux normes de qualité sanitaire des produits alimentaires, et ainsi d’accroître la quantité et d’améliorer la qualité de leur production. Cela garantira aussi aux entreprises qu’elles pourront disposer de produits plus haut de gamme.

Le projet est conforme à la Politique agricole nationale du Bangladesh, qui vise à accélérer le passage d’une agriculture de semi-subsistance à une agriculture commerciale en jouant sur les leviers suivants: gains de productivité, diversification, création de valeur ajoutée et transformation des produits agricoles.

Depuis 1978, le FIDA a financé 34 programmes et projets de développement rural au Bangladesh, dont ont bénéficié près de 12 millions de ménages, pour un montant total de 2,3 milliards d’USD, dont 913 millions d’USD investis par le FIDA.

 

En savoir plus sur l’action du FIDA au Bangladesh  

 

 

 

Communiqué de presse N°: IFAD/53/2019

Le FIDA investit dans les populations rurales, en dotant celles-ci des moyens de réduire la pauvreté, d'améliorer la sécurité alimentaire et la nutrition, et de renforcer la résilience. Depuis 1978, nous avons octroyé 21,5 milliards d’USD sous la forme de prêts à faible taux d’intérêt et de dons en faveur de projets qui ont bénéficié à quelque 491 millions de personnes. Le FIDA est une institution financière internationale et un organisme spécialisé des Nations Unies dont le siège est à Rome – centre névralgique des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture.