Saut au contenu
X

Le FIDA devient le premier fonds des Nations Unies à obtenir une note de crédit, pour donner un nouveau souffle aux personnes les plus pauvres de la planète

02 octobre 2020

©IFAD/GMB Akash

Rome, le 2 octobre 2020 – Le Fonds international de développement agricole (FIDA) s’est aujourd’hui vu attribuer sa première note de crédit publique, et c’est une bonne nouvelle pour les populations rurales les plus vulnérables et les plus marginalisées au monde. En effet, cette note devrait se traduire par un accroissement des investissements en faveur de la sécurité alimentaire, de l’emploi et de la croissance économique rurale, et elle marque une étape décisive en vue de la réalisation des objectifs de développement durable.

Le FIDA est le premier fonds du système des Nations Unies à se voir attribuer une note de crédit publique. L’agence Fitch Ratings a annoncé avoir octroyé au FIDA la note AA+ (perspective stable), assortie d’une note à court terme de F1+.

"Cette note élevée tombe à point nommé, car les répercussions de la COVID-19 menacent aujourd’hui de faire sombrer des millions de personnes dans la faim et la pauvreté. Grâce à cette note, le FIDA pourra consolider et diversifier sa base de ressources, tout en renforçant la résilience mondiale face aux chocs futurs", a déclaré Gilbert F. Houngbo, Président du FIDA.

Le FIDA est le seul organisme mondial de développement qui se consacre exclusivement à transformer l’agriculture, les économies rurales et les systèmes alimentaires pour favoriser l’inclusion, la productivité, la résilience et la durabilité. Il joue à ce titre un rôle de premier plan dans la lutte contre l’extrême pauvreté et l’insécurité alimentaire.

Cette note de crédit donne un nouvel élan à l’action menée à l’échelle mondiale pour mobiliser des financements supplémentaires en vue d’atteindre les objectifs de développement durable d’ici à 2030 et de ne pas faire de laissés-pour-compte.

Les projets et les programmes appuyés par le FIDA sont financés grâce aux contributions de ses 177 États membres, au produit des placements, aux remboursements des prêts, ainsi qu’aux cofinancements émanant d’autres sources.

Alors que l’aide publique au développement marque le pas depuis quelques années, le FIDA examine de nouveaux modèles de financement pour doubler son impact en matière de réduction de la pauvreté et de la faim d’ici à 2030 et s’adapter à l’évolution des besoins des pays emprunteurs.

"Pour répondre aux besoins de tous ses États membres, le FIDA doit disposer d’une assise financière diversifiée, plus large et plus prévisible, afin d’élargir son offre financière dans l’intérêt des pays emprunteurs", a expliqué M. Houngbo.

"Cette note de crédit nous conférera une plus grande latitude pour nouer des partenariats, notamment avec le secteur privé ainsi qu’avec les banques publiques de développement, avec lesquelles nous travaillerons de concert lors du sommet Finance en commun, en novembre. Elle nous donnera également les moyens de mettre au mieux à profit les fonds publics que nous recevons, afin de maximiser l’appui du FIDA aux personnes les plus pauvres et les plus démunies."

Du fait de la pandémie de COVID-19, 132 millions de personnes supplémentaires pourraient connaître la faim rien qu’en 2020, et l’extrême pauvreté devrait progresser pour la première fois depuis des décennies. Alors qu’il ne reste plus que 10 ans pour concrétiser les objectifs de développement durable, il faut de toute urgence accroître les investissements dans les zones rurales, où vivent la plupart des personnes touchées par la faim et l’extrême pauvreté et où le FIDA concentre ses activités.

NOTE AUX RÉDACTEURS

Le FIDA appelle actuellement ses États membres à relever le niveau de leurs engagements de financement dans la perspective de la Douzième reconstitution de ses ressources (2022-2024).

La hausse des investissements destinés au FIDA d’ici à 2030 pourrait contribuer à:

  • accroître la production de 201 millions de petits producteurs;
  • améliorer la résilience de 111 millions de bénéficiaires de projets;
  • faire progresser d’au moins 20% les revenus de 264 millions de femmes et d’hommes vivant en milieu rural.

Participer à la conversation sur Twitter: Investir dans les #PopulationsRurales


Communiqué de presse no: IFAD/44/2020

Le FIDA investit en faveur des populations rurales et œuvre pour leur autonomisation, afin de lutter contre la pauvreté, d’améliorer la sécurité alimentaire et la nutrition, et de renforcer la résilience. Depuis 1978, il a octroyé 22,4 milliards d’USD sous la forme de dons et de prêts à faible taux d’intérêt dans le cadre de projets dont ont bénéficié quelque 512 millions de personnes. Le FIDA est une institution financière internationale et un organisme spécialisé des Nations Unies dont le siège est situé à Rome, centre névralgique des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture.