Saut au contenu
X

Cuisiner contre les changements climatiques

©FIDA/Susan Beccio

Lors d’un événement coparrainé par le FIDA à la COP25 à Madrid, des experts et des chefs cuisiniers célèbres ont examiné comment les changements climatiques affectent les systèmes alimentaires.

Organisé par Kitchen Connection, partenaire du FIDA, l'événement mettait en vedette Jorge Brazalez, vainqueur de l’édition espagnole de MasterChef et ancien footballeur du Real Madrid, et Pepa Muñoz, une cheffe espagnole et  présentatrice à la télévision espagnole de premier plan.

Les chefs Jorge et Pepa, qui militent aussi en faveur du climat, ont souligné l'impact des changements climatiques sur la sécurité alimentaire.

Dans le sillage de la série du FIDA Les Recettes du changement, l'événement entendait montrer les effets qu’ont les changements climatiques en période de conflit ou de ralentissement  économique et en particulier sur la filière alimentaire agricole.

Pepa Muñoz est bien connue en Espagne pour sa cuisine respectueuse de l’environnement et inspirée de recettes traditionnelles espagnoles, notamment d’Andalousie dont elle est originaire. Elle dirige également sa propre petite exploitation, aux abords de Madrid, où elle pratique l'agriculture biologique.

Elle avait un message à l’intention des délégués à la COP25 de la CCNUCC.

"Continuez à vous battre! La terre sait tout", a déclaré Pepa Muñoz. "La terre parle. La terre me parle. Je prends une poignée de terre et je sais si elle est humide ou sèche, si elle est pierreuse, si elle contient des minéraux, si elle sent ou non. La terre est notre plus grande valeur."

Earlene Cruz, fondatrice de Kitchen Connection, a expliqué pourquoi il était si important pour elle d'organiser cet événement avec le FIDA et d'autres à la COP25 à Madrid.

"Nous savons que le système alimentaire contribue fortement aux émissions mondiales et que les changements climatiques ont un impact sans précédent sur les systèmes alimentaires", a déclaré Earlene Cruz. "Les changements climatiques et la nourriture entretiennent donc mutuellement d’étroites relations et il est important que nous en discutions."

"Parfois, cela est éclipsé par les émissions d'autres secteurs d’activité, il est donc important d'en parler d'une manière à la fois amusante, intéressante et sérieuse."

Pour ce faire, ils ont présenté trois recettes, du Tchad, du Guatemala et du Sri Lanka. Des représentants du FIDA, de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture et du Programme alimentaire mondial ont également exposé des solutions que les citoyens, les pouvoirs publics et les organisations à but non lucratif peuvent utiliser pour combattre les effets des changements climatiques.

Au Tchad, le FIDA aide les populations des zones rurales touchées par des sécheresses récurrentes et qui ne pratiquent pas l’irrigation. Le FIDA encourage l'utilisation de semences améliorées pour le sorgho, l'arachide et le sésame. Le FIDA travaille également avec les communautés locales pour améliorer la gestion et le captage de l'eau destinée aux cultures pluviales, ainsi que pour soutenir les activités génératrices de revenus permettant aux femmes de diversifier leurs moyens de subsistance. Regardez la vidéo du FIDA des Recettes du changement au Tchad.

Kitchen Connection permet aux cuisiniers amateurs et professionnels d'organiser ou de participer à des cours de cuisine en ligne et interactifs qui sont au service du deuxième objectif de développement durable des Nations Unies: Faim zéro.

Kitchen Connection traite des questions liées aux inégalités et à l'insécurité alimentaires à travers ces événements en ligne et hors ligne, en permettant aux gens non seulement de proposer des recettes, mais aussi, à travers elles, une partie d’eux-mêmes et de leur culture, en intégrant des témoignages et des informations sur certaines menaces d’ordre agricole qui pèsent sur leur alimentation, liées aux conflits ou aux changements climatiques.

"Au-delà d’une concertation constante sur le sujet, nous travaillons sur cette question avec le FIDA depuis plusieurs années maintenant", a déclaré Earlene. "Nous voulons que les gens comprennent qu’il faut intégrer différents types d'actions si l’on veut atténuer les impacts des changements climatiques sur les systèmes alimentaires."

"Cela doit venir des consommateurs, des producteurs, des particuliers, des États, des organisations internationales et des ONG. Nous espérons mettre en évidence, à travers notre événement ici à la COP25, la contribution qu’y apportent les différents acteurs. L'idée étant d'encourager chacun à agir de à son échelle, aussi bien individuellement que professionnellement, et de voir, à travers le monde, ce que les gens font pour y parvenir."