Saut au contenu
X

Les "conseillères maternelles" de Djibouti sont des agents du changement

Personne accompagnant une femme au fil de toutes les étapes de la maternité – de la conception et la grossesse à la naissance et pendant les premières années décisives de la vie d’un enfant. Bien que cette définition puisse faire penser à un médecin, une infirmière ou un professionnel de santé spécialisé, elle s’applique également à une autre catégorie de prestataires de soins à ne pas négliger: les conseillères maternelles.

Quand elles n’ont pas accès aux soins de santé ou que celui-ci est limité, les femmes des zones rurales comptent souvent sur leur famille ou sur leurs aînées pour apprendre à prendre soin d'elles-mêmes et de leur nouveau-né. Si les conseillères maternelles ne sauraient remplacer entièrement des prestataires de soins qualifiés, étant donné qu'elles n'ont souvent aucune formation reconnue, elles peuvent néanmoins fournir des services essentiels aux femmes enceintes et à celles qui allaitent. C'est pourquoi elles sont très respectées par les femmes de leur communauté et ont une grande influence.

Le FIDA, qui voit dans ces conseillères des agents de changement et des personnalités influentes au niveau local, les encourage à promouvoir la santé et la nutrition des femmes là où les besoins sont les plus importants. Les conseillères maternelles ont notamment été particulièrement efficaces dans les communautés rurales de Djibouti, où elles ont aussi fait face à certaines difficultés majeures.

Djibouti est au bord de la mer Rouge, point de passage entre l'Afrique et le Moyen-Orient. Malgré cette position stratégiquement avantageuse, près de 80% de la population rurale du pays vit dans la pauvreté. L'insécurité alimentaire et la malnutrition sont endémiques et touchent particulièrement les femmes et les enfants.

Djibouti est également l'un des pays les plus pauvres en eau du monde. Jusqu'à récemment, dans de nombreuses zones rurales, les femmes devaient marcher plus de 20 km – un trajet de 12 heures – pour trouver de l'eau et la ramener chez elles. Cette pénible besogne, ainsi que la mauvaise qualité de l'eau collectée, entraînaient fréquemment des problèmes de santé, comme épuisement, fausses couches ou tuberculose.

Fatima Hassan Mohamed, Djiboutienne mère de cinq enfants, a fait l'expérience directe de ces difficultés. Quatre de ses enfants avaient été fréquemment malades très jeunes, ce qui avait causé des problèmes de malnutrition et des retards de croissance.

Fort heureusement, la situation change. Le Gouvernement de Djibouti, en collaboration avec le FIDA et le Programme alimentaire mondial, parraine le programme PROGRES qui s’attaque aux problèmes liés à l'insécurité alimentaire et au manque d'eau dans le pays. Il a également invité les conseillères maternelles à mettre leurs compétences uniques au service de la santé et de la nutrition des femmes et des enfants.

L'un des résultats les plus immédiats du programme PROGRES est certainement l'amélioration des infrastructures de distribution d'eau. Grâce au programme, plusieurs citernes et réservoirs ont été construits dans toute la région, permettant de réduire à deux heures le trajet pour aller chercher de l'eau et de fournir aux communautés un accès à de l'eau potable en quantité suffisante.

Le programme PROGRES a en outre permis à 40 conseillères maternelles de la région de mettre en commun leurs connaissances traditionnelles et des gestes pouvant sauver des vies appris auprès de praticiens de la santé. Elles ont aussi suivi une formation approfondie sur la prévention de la malnutrition maternelle et infantile, ainsi que sur les questions relatives à l'eau, à l'assainissement et à l'hygiène. Elles ont en outre reçu du matériel pédagogique pour les aider à promouvoir ces pratiques. Ainsi outillés, les conseillères maternelles ont fait connaître ces enseignements auprès de 20 communautés locales.

Les conseillères maternelles ont toujours transmis aux familles des informations vitales en matière de santé en respectant leurs spécificités culturelles. Grâce à la formation proposée dans le cadre du programme PROGRES, elles sont désormais en mesure de promouvoir une nutrition appropriée au moyen de pratiques de soins exemplaires pendant les mille premiers jours de la vie d'un enfant. Elles peuvent en outre aider les femmes à reconnaître les signes de danger durant la grossesse et la petite enfance, et à savoir quand et où demander de l'aide.

Comme Fatima et ses enfants, d'autres femmes voient déjà leur santé et celle de leur progéniture s'améliorer.

"Le programme m'a permis d'en savoir beaucoup plus sur la nutrition", explique Fatima. "Mon dernier enfant a bénéficié des pratiques que j'ai apprises, comme l'allaitement exclusif au sein pendant 6 mois. Le programme nous a aussi permis d'éviter certaines maladies, notamment la diarrhée. Je conseille aux mères de mon village de profiter pleinement de cette occasion."

Une conseillère maternelle donne des informations en matière de santé à des Djiboutiennes © FIDA / Abdelhamid Abdouli

Outre leur travail auprès des familles, les conseillères maternelles ont organisé 1 600 cours de cuisine et créé 250 jardins potagers. Ces jardins produisent déjà des tomates, des poivrons verts, des oignons, des pommes de terre et des moringa – qui contiennent tous les micronutriments que requiert une alimentation équilibrée.

"Grâce à nos cours de cuisine, les femmes préparent maintenant des repas variés avec les légumes de leur jardin", explique Andahi Harroun Bila, une conseillère maternelle dans la région de Tadjoura.

Andahi et ses collègues sont des agents du changement au sein de leurs communautés. Elles aident les enfants et leurs mères à lutter contre la malnutrition. Leurs résultats montrent que l’implication de la communauté, en particulier des femmes, peut permettre de promouvoir des pratiques saines dans les collectivités rurales et de réduire ainsi la mortalité maternelle et infantile.

En savoir plus sur l'action du FIDA en matière de sécurité nutritionnelle dans les pays où il intervient.

En savoir plus sur les opérations du FIDA à Djibouti.