Saut au contenu
X

Avant et pendant la COVID-19, un système de coupons électroniques qui change tout pour les agriculteurs kenyans

Victoria Muteti est agricultrice et elle a 44 ans. Or cette habitante du comté de Makueni au Kenya a toutes les raisons de se réjouir. En janvier 2020, elle a récolté plus de 2 500 kilos de sorgho sur son hectare d’exploitation, soit bien plus que les 1 000 kilos récoltés en 2019. Sa production d’haricots mungo a également augmenté, passant de 316 kilos en 2019 à 360 kilos en janvier dernier. L'année précédente, elle n'avait récolté que 90 kilos dans les deux cas. Récemment, elle a vendu une partie de sa récolte pour environ 800 USD.

Cet argent est arrivé au bon moment. Victoria a heureusement pu poursuivre ses activités agricoles pendant la pandémie de COVID-19, en respectant toutes les mesures de distanciation sociale nécessaires, et a pu compter sur les revenus supplémentaires obtenus ces deux dernières années pour améliorer sa nutrition – tout comme de nombreuses autres dimensions de sa vie.

Ces améliorations tiennent à sa participation à un système de coupons électroniques auquel elle s'est inscrite dans le cadre du programme KCEP-CRAL, mis en œuvre par le Gouvernement kényan et financé conjointement par le FIDA et l'Union européenne. Ce programme, qui a démarré bien avant l'épidémie, profite à Victoria, ainsi qu’à beaucoup d’autres participants qui constituent les maillons de la chaîne de valeur agricole dans toute la filière, et il les aide à surmonter la crise actuelle.

© FIDA/Edward Echwalu - Victoria inspecte sa plantation de haricots mungo

“Avant le programme, nous ne faisions que planter en espérant que Dieu nous aide; maintenant, nous avons la certitude d'avoir davantage de nourriture”, dit-elle.

Dans le cadre du système de coupons électroniques, Victoria a reçu des semences certifiées, des engrais, des pesticides et des outils d’après-récolte, ainsi qu'une formation aux meilleures pratiques agricoles pour apprendre de nouvelles façons de cultiver sa terre et d'utiliser les produits agrochimiques en toute sécurité. Elle a en outre pu faire appel à des services de défrichage durable des sols, assurés par des prestataires spécialisés dans l'agriculture de conservation également accessibles grâce à la plateforme de coupons électroniques. Ils permettent de préserver les terres et d’améliorer la capacité de retenue de l'eau.   

La situation de Victoria en matière de nutrition et de sécurité alimentaire est également bien meilleure. Avant de participer au programme, elle dépendait de l'aide de l’État entre chaque récolte. Aujourd'hui, elle dispose d'un excédent qu'elle peut vendre. Son régime alimentaire est plus équilibré. Elle peut maintenant manger une partie du sorgho qu'elle cultive au lieu d'en utiliser la totalité pour ses poules. Elle a en outre investi une part de ses revenus dans un poulailler et une vache. Ils lui permettront d'améliorer encore son alimentation et c’est une source de revenu supplémentaire.

Durant la saison de plantation en cours, environ 4 800 agriculteurs participant au programme KCEP-CRAL, répartis dans huit comtés, ont bénéficié de toute une variété d'intrants et de services d'agriculture de conservation grâce au système de coupons électroniques – tout en respectant les restrictions imposées.

Les cultures de base produites par ces agriculteurs contribuent aux stocks alimentaires nationaux – et assurent ainsi en permanence la sécurité alimentaire. Il y a déjà environ 2 500 tonnes de maïs stockées dans des installations supportées par le programme, que le Gouvernement kényan va acheter pour augmenter les réserves alimentaires nationales.

Beaucoup d'agriculteurs peuvent maintenant conserver leurs propres réserves de céréales grâce aux bâches et aux sacs hermétiques fournis dans le cadre du programme KCEP-CRAL. Les stocks ainsi constitués assureront leur sécurité alimentaire jusqu'à la prochaine récolte – c’est vital étant donné que de nombreux marchés du pays sont actuellement perturbés. 

© FIDA/Edward Echwalu - Malia utilise sa carte de coupons électroniques dans un magasin de produits agricoles

Les agriculteurs ne sont pas les seuls à bénéficier de l'aide du programme KCEP-CRAL, qui crée de la valeur pour de nombreux autres acteurs, les prestataires de services d'agriculture de conservation, par exemple. La demande pour leurs services est élevée et excède l'offre et les capacités dans la plupart des cas.

Pour Malia Kimanthi aussi, agricultrice, 54 ans, la participation au système de coupons électroniques a été une aubaine. Elle a été formée à l'agriculture de conservation dans le cadre d'un précédent projet financé par l'UE et mis en œuvre par la FAO, dont le programme KCEP-CRAL s'inspire, et elle l'enseigne désormais à d'autres agriculteurs tout en gérant un service de défrichage des sols.

“Ce projet a changé ma vie. J'ai maintenant une maison moderne et je peux envoyer deux de mes enfants à l'université, nous confiait Malia en décembre dernier. J'aime travailler avec les agriculteurs et leur montrer comment l'agriculture de conservation contribue à augmenter les rendements et les excédents.”

Malia loue actuellement deux tracteurs pour son activité de défrichage des sols. Elle espère obtenir un crédit auprès d'une banque et acheter son propre tracteur dans quelques années, après que sa première fille aura fini ses études.

De son côté, Oscar Makau Nzioka, 28 ans, a également bénéficié du programme de manière indirecte. Il a saisi l'opportunité offerte dans les services d'agriculture mécanisée et a investi dans l’achat de deux tracteurs. À présent il les loue, à Malia par exemple.

“La demande pour l'agriculture de conservation et les services de tracteurs est supérieure à l'offre. Elle ne faiblit pas”, explique Oscar.

© IFAD/Edward Echwalu - Oscar au volant d'un de ses tracteurs

Dans le village voisin de Nthonguni, le système de coupons électroniques a également bénéficié à Urbanus Wambua, le distributeur local de produits agricoles. Avant la COVID-19, ses ventes avaient augmenté de 40% grâce au programme. Il a également créé des emplois en embauchant, à l'automne dernier, un résident local pour l'aider dans son magasin.

Les restrictions de circulation et les mesures de sécurité sanitaire ont dissuadé les acheteurs de se déplacer ces derniers temps, provoquant une baisse de 50% des ventes. Mais Urbanus est optimiste et prévoit une reprise des ventes une fois passée la crise.

Le succès du programme KCEP-CRAL tient à son approche globale du développement. Les interventions du programme visent toutes les étapes de la chaîne de valeur et profitent à l'ensemble des acteurs: chercheurs, agriculteurs, fournisseurs d'intrants, négociants en produits agricoles, prestataires de services agricoles, institutions financières et autres acteurs du marché, ainsi qu'aux pouvoirs publics. Au total, près de 83 000 petits exploitants agricoles ont bénéficié du système de coupons électroniques.

Son succès est tel que le Gouvernement kényan est en train d'étendre graduellement le système de coupons électroniques à d'autres produits de base dans tout le pays. Comme partout à travers le monde avec beaucoup d'autres initiatives, tout soutien apporté aux petits producteurs afin de leur permettre de continuer à travailler se révèle un précieux allié face à la crise liée à la COVID-19.

En savoir plus sur la riposte du FIDA face à la COVID-19.

Découvrir l'action du FIDA au Kenya.

Plus de détails sur le partenariat du FIDA avec l'Union européenne.

Le programme KCEP-CRAL est cofinancé par l'Union européenne. Le contenu du présent site web relève de la seule responsabilité du FIDA et ne reflète pas automatiquement les positions de l'Union européenne.