Saut au contenu
X

Le Rapport annuel 2019 confirme le rôle crucial des investissements du FIDA en temps de crise

En 2020, le monde constate une fois de plus que face à une crise, ce sont les plus pauvres et les plus vulnérables qui souffrent le plus. Lorsque les économies entrent en récession, ceux qui travaillent dans le secteur informel ou qui occupent des emplois précaires – souvent dans les zones rurales et le secteur agricole – sont généralement les plus durement touchés. Et les personnes vivant dans les pays ne possédant pas les ressources nécessaires pour faire face aux crises sont particulièrement vulnérables.

Nous demeurons profondément préoccupés par l'impact de la pandémie de COVID-19 sur les populations rurales, et spécialement de ses conséquences socioéconomiques, qui menacent les gains réalisés en matière de développement au cours des dernières années. Récemment, toutefois, nous avons observé des éléments concrets qui permettent de penser que nos investissements antérieurs ont aidé de nombreuses personnes à faire face à des chocs tels que cette pandémie. En Sierra Leone, par exemple, un réseau de services financiers ruraux mis en place dans le cadre d'un projet appuyé par le FIDA a contribué à maintenir l'économie rurale en fonctionnement durant l'épidémie d'Ebola en 2014 et 2015 et joue maintenant un rôle semblable dans la crise actuelle. Au total, entre 2016 et 2018, les investissements du FIDA ont accru la résilience de 26 millions de ruraux à travers le monde.

Ces informations, entre autres, viennent d'être publiées dans notre Rapport annuel 2019. Ce recueil de récits à propos des femmes et des hommes que nous desservons,  ainsi que les faits et les chiffres que nous communiquons périodiquement à nos États membres et nos partenaires, nous donnent l'occasion de rendre compte de nos activités durant l'année 2019 et de réfléchir aux défis auxquels sont encore confrontées aujourd'hui les populations rurales – spécialement dans le contexte de la pandémie actuelle.

2019 a été une année charnière pour le FIDA. Les projets et programmes approuvés ont atteint le montant record de 1,67 milliard d'USD, nous permettant de toucher encore plus de ruraux que précédemment.

Pour accentuer les efforts que nous accomplissons afin d'autonomiser les ruraux par le biais de nos opérations, nous avons accordé la priorité aux initiatives qui appuient nos thèmes prioritaires – changements climatiques et environnement, égalité des sexes, jeunes, et nutrition. Nous avons élaboré de nombreux nouveaux outils et nouvelles approches durant l'année 2019, et notamment un nouveau Plan d'action en faveur des jeunes ruraux. Ce Plan définit un cadre général applicable aux investissements prenant en compte les questions relatives à la jeunesse dans l'ensemble des projets appuyés par le FIDA, ce qui signifie que, dans toutes nos interventions,  la priorité est systématiquement accordée à la création de possibilités pour les jeunes. Nous avons également révisé nos directives en matière de ciblage, adapté nos méthodologies axées sur les ménages afin d'y intégrer les questions pertinentes relatives à la jeunesse, à la nutrition, et à l'environnement et aux changements climatiques, et amélioré nos Procédures d'évaluation sociale, environnementale et climatique.

Le progrès réalisé en 2019 prend appui sur les récentes réformes internes visant à optimiser notre contribution à l'élimination de la pauvreté et de la faim. Tout au long de l'année, nous avons poursuivi notre processus de décentralisation, ainsi que notre évolution qui nous mènera au-delà des interventions concernant un projet unique pour adopter des approches plus holistiques en vue de répondre aux questions systémiques qui se posent aux populations que nous desservons. Nous avons pris des mesures de renforcement dans des domaines clés dans la perspective de la Douzième reconstitution des ressources du FIDA. Nous poursuivons également l'élaboration d'un cadre financier qui associe les contributions aux reconstitutions des ressources et le financement par l'emprunt. Les contributions de base demeureront bien la pierre angulaire du modèle financier du FIDA, mais le nouveau cadre nous permettra d'élargir notre programme de prêts et dons et de toucher un plus grand nombre de ruraux à travers le monde.

Dans le même temps, nous avons entrepris de renforcer notre cadre de gestion du risque financier pour garantir la viabilité financière du nouveau modèle. Entre autres mesures, nous avons mis en place une robuste Politique d'adéquation des fonds propres atténuant le risque financier des emprunts.

Nous avons également pris des mesures visant à attirer vers les zones rurales les investissements particulièrement nécessaires. L'année 2019 a été celle de l'approbation de notre Stratégie de collaboration avec le secteur privé, qui nous permettra de prendre contact avec des partenaires du secteur privé en mesure d'investir dans les zones rurales. Une autre initiative, le Fonds d'investissement pour l'entrepreneuriat agricole, a été lancée en 2019 par le Conseil des gouverneurs. Ce fonds a pour but d'assembler des investissements dans les zones rurales, en mettant particulièrement l'accent sur la création d'emplois pour les jeunes. Il est le résultat d'un travail conduit en collaboration par le FIDA, l'Union européenne, le Groupe des États d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique, l'Alliance pour une révolution verte en Afrique, et le Gouvernement du Luxembourg.

Dans de nombreux autres domaines,  l'année 2019 a connu des réformes internes et des progrès importants. Nous avons, entre autres activités, renforcé nos processus d'assurance qualité, développé les compétences de notre personnel et ses capacités d'adaptation au modèle opérationnel décentralisé, et créé l'Unité de changement, réalisation et innovation pour promouvoir un environnement professionnel efficace et positif.

Alors que nous approchons de FIDA12, nous sommes parfaitement conscients de ce que le monde a profondément changé. La pandémie de COVID-19 exige des investissements ciblés pour éviter que la crise sanitaire ne se transforme en crise alimentaire et crise de pauvreté. Dans le même temps, notre mandat s'est avéré extrêmement pertinent dans un monde en rapide évolution. Les dispositions clés prises en 2019 garantissent que nous sommes solidement en mesure de conduire les efforts de redressement des économies rurales dans le monde post-COVID-19, et également d'intervenir pour faire face aux impacts à court terme de la crise.

Pour découvrir quels sont nos investissements, comment nous nous adaptons face aux défis que traverse le monde et pour mettre des visages sur les populations rurales aux côtés desquelles nous travaillons, consultez notre Rapport annuel 2019.