Saut au contenu
X

Les graines de la prospérité. L’histoire d’un millionnaire de 29 ans

Sumaka Japhet est un jeune cultivateur de semences de riz et un entrepreneur agricole. Ayant eu vent de sa réussite et de sa notoriété locale en tant que millionnaire, nous nous sommes engagés, au cours d’une de nos visites de terrain, sur une longue route accidentée pour rencontrer le jeune homme.

Secoué de cahots incessants, notre camion emprunte alors un chemin de terre rouge à travers le paysage fertile et vallonné de l’État de Benue, au Nigéria. Alors que nous parcourons le dernier kilomètre sur un sentier envahi par la végétation, nous finissons par apercevoir le village de Sumaka. Un an à peine avant notre visite, durant les récoltes, des éleveurs nomades avaient attaqué et détruit son petit village et ses cultures. Aujourd’hui, pourtant, dans ce qu’il reste de la localité, les activités quotidiennes se déroulent comme à l’accoutumée.

C’est sous le manguier du village que Sumaka nous accueille, un large sourire aux lèvres. "C’est incroyable que quelqu’un comme moi, issu d’un tel endroit, puisse être millionnaire et pourtant, c’est bien un millionnaire que tu as devant toi", me lance-t-il.

Pendant que nous marchons dans les champs de pastèques et de piments, Sumaka me raconte son enfance dans cette localité reculée. Son père, qui ne ménageait pas ses efforts pour cultiver le riz selon des méthodes traditionnelles, gagnait suffisamment d’argent pour lui payer ses études.

D’une certaine manière, Sumaka a toujours su qu’il reviendrait cultiver ces rizières une fois ses études terminées, mais il n’avait jamais imaginé à quel point son sort serait différent.

En 2017, après avoir fini son cursus universitaire, il entend parler du Programme de développement des filières, une initiative appuyée par le FIDA, et décide d’y participer. Dans le cadre du programme, il reçoit un kit de démarrage contenant de l’engrais, des herbicides, des pesticides et des semences certifiées de qualité – autant d’outils qui changeront à jamais sa façon de cultiver le riz.

Au cours de la première année, Sumaka récolte plus de 2,5 tonnes à l’hectare, soit près de trois fois plus que le rendement habituellement obtenu par son père selon des méthodes traditionnelles. "J’étais fou de joie", se souvient-il. "J’étais tellement content quand mon père a vu les résultats."

L’année suivante, les responsables du programme invitent Sumaka à participer à une formation de quatre mois consacrée à la production de semences de riz. Le jeune homme reçoit également un appui technique, ainsi qu’une pompe d’irrigation, puis accroît progressivement ses récoltes de semences certifiées de bonne qualité. À chaque campagne de culture, il vend ses semences et investit ses gains dans la campagne suivante.

En 2018, Sumaka perd ses récoltes de la saison sous les assauts des éleveurs, mais cette mésaventure ne l’arrête pas. En 2019, il reprend ses activités et vend au programme sa récolte de semences, soit 3,5 tonnes à l’hectare, pour un montant de 1,2 million de naira nigérian, soit quelque 3 000 dollars. À 29 ans, Sumaka devient millionnaire.

"Je peux toucher en trois mois plus d’argent que n’en gagnent de jeunes fonctionnaires en un an", explique-t-il. "Ici, je peux passer du temps au village en compagnie de ma famille et, pour moi, c’est important."

Pour l’avenir, Sumaka compte laisser libre cours à son esprit d’entreprise. Il prévoit de s’associer à d’autres jeunes ayant suivi la formation du FIDA sur la production de semences de riz afin de monter une entreprise de semences de riz certifiées. De plus, pour encourager l’utilisation de semences certifiées de bonne qualité, il propose gratuitement des kits de démarrage contenant ses semences certifiées. Il invite systématiquement les agriculteurs intéressés à planter ses semences certifiées à côté de leurs semences traditionnelles, afin qu’ils puissent en comparer le rendement et la qualité. Sumaka sait pertinemment qu’ils feront de nouveau appel à lui pour de prochains achats.

Découvrez l’action du FIDA au Nigéria.