Saut au contenu
X

La COVID-19 est une maladie infectieuse provoquée par le coronavirus le plus récemment découvert, le SRAS-CoV-2. Apparue à Wuhan (Chine) fin 2019, la maladie s’est rapidement propagée à travers le monde, perturbant profondément les activités essentielles aux besoins humains, comme l’agriculture et les systèmes alimentaires, et menaçant les moyens d’existence des personnes qui vivent de ces activités.

La pandémie de coronavirus est une crise mondiale qui touche tous les pays et nécessite une action internationale immédiate et soutenue. Le lourd bilan humain et économique est, à juste titre, la première de nos préoccupations, mais nous nous inquiétons aussi des problèmes posés par cette situation d’urgence, notamment pour celles et ceux qui sont les plus exposés à ses conséquences graves, comme les personnes âgées, les ménages pauvres, les personnes sous-alimentées et les habitants des zones rurales reculées qui n’ont accès à aucun service ou soutien. Ces problèmes amplifient les risques de la pandémie actuelle et ne doivent pas être négligés.

Quelque 736 millions de personnes vivent actuellement dans l’extrême pauvreté, fléau à l’origine de nombreux problèmes mondiaux, comme les maladies, les troubles sociaux et les migrations.
En outre, la faim est déjà en augmentation depuis plusieurs années, avant même la pandémie, et met en danger la vie de plus de 690 millions de personnes. En plus de les priver d’un avenir, elle compromet leur immunité et leur santé, et elle se fait plus dangereuse que jamais dans la crise actuelle. La pauvreté et l’insécurité alimentaire touchent particulièrement les groupes ruraux marginalisés, c’est-à-dire les femmes et les jeunes.

Des rapports inquiétants font déjà état de la propagation de la COVID-19 dans les populations rurales, où la pauvretém la sous-alimentation et la difficulté d'accès aux soins médicaux fondamentaux rendent la population particulièrement vulnérable. Comme le cœur de notre action est l’aide aux populations les plus démunies, nous craignons que la COVID-19 ait des conséquences très graves pour les groupes que nous servons.

Les crises de courte durée peuvent se nourrir des problèmes, des lacunes, des situations de sous-investissement et des vulnérabilités à long terme.

La propagation de la maladie peut dévaster les collectivités rurales pauvres et les petits producteurs d’aliments qui souffrent déjà d’une faible résilience, d’une mauvaise alimentation et d’un accès limité aux ressources et aux services. De nombreux pays dépendent de ces populations pour leur sécurité alimentaire nationale. Or, la pandémie et les perturbations qui en découlent sur le plan des échanges commerciaux, des voyages et des marchés pourraient réduire la disponibilité et la production de denrées alimentaires.

Nous constatons déjà que l’interruption des chaînes d’approvisionnement met à mal la production agricole dans certains pays bénéficiaires du FIDA. Dans le même temps, les petits exploitants agricoles avec le soutien du FIDA et des autorités publiques, montrent qu'ils sont des acteurs clés pour que l'accès à la nourriture soit garanti aux populations locales malgré les perturbations que subissent actuellement  les systèmes alimentaires. Plus généralement, la crise devrait avoir de profondes répercussions sur l’économie mondiale qui vont sans aucun doute toucher les petits producteurs ruraux à une échelle bien plus large.

Pour atténuer les effets de l’épidémie, il faut soutenir directement les populations qui en ont le plus besoin.

Près de 63% des personnes les plus pauvres de la planète travaillent dans l’agriculture, essentiellement dans de petites exploitations agricoles. La plupart des personnes les plus touchées par la pauvreté, la faim et la marginalisation vivent en milieu rural, et c’est justement sur la ruralité que les organisations vouées au développement doivent désormais axer leur action à moyen et à long terme.

Messages clés

  • La pandémie mondiale de COVID-19 a des répercussions tangibles sur le secteur agricole.
  • Au-delà de ses effets sur la santé, la COVID-19 menace d’avoir de lourdes conséquences sur les moyens d’existence des exploitants ruraux pauvres qui vivent de l’agriculture.
  • Comme le cœur de notre action est l’aide aux populations les plus démunies, nous craignons que les retombées de la COVID-19 ne s’annoncent comme extrêmement graves sur les groupes que nous servons.
  • Les investissements dans les programmes agricoles ruraux peuvent aider à renforcer l’autonomie des populations, atténuer l’impact des événements graves, accroître la prospérité des collectivités rurales, améliorer la durabilité des systèmes alimentaires et la sécurité alimentaire, et favoriser la résilience dans les États fragiles. 
  • La croissance économique du secteur agricole contribue à réduire la pauvreté et l’insécurité alimentaire deux à trois fois plus que la croissance des autres secteurs. En réalisant des investissements en faveur de l’agriculture paysanne, il est possible de relancer la production alimentaire et de créer des emplois après une crise et, au bout du compte, de permettre aux communautés rurales de reprendre pied.

Pour connaître les toutes dernières informations sur la maladie liée au nouveau coronavirus (COVID-19), veuillez consulter le site Web de l’Organisation mondiale de la Santé.

Mécanisme de relance en faveur des populations rurales pauvres

juin 2019

Face à l’ampleur du défi posé par cette crise, le FIDA a lancé le Mécanisme COVID-19 de relance en faveur des populations rurales pauvres (RPSF), qui sera alimenté par différents donateurs. Établie dans le droit fil du cadre d’action créé par l’Organisation des Nations Unies (ONU) pour faire face aux conséquences socioéconomiques de la COVID-19, cette initiative vient compléter l’action menée par le FIDA pour lutter contre les effets de la pandémie. Elle vise à rendre les moyens d’existence en milieu rural plus résilients dans le contexte de la crise, en permettant aux populations d’avoir accès en temps voulu aux intrants, aux informations, aux marchés et à des liquidités.

Actualités sur le sujet

La Suède s’engage à verser des fonds au FIDA pour chasser le spectre de la crise alimentaire que fait planer la COVID-19

septembre 2020 - ACTUALITÉ
La Suède, par la voix de l’Agence suédoise de coopération internationale au développement, a annoncé qu’elle verserait des fonds au profit des actions menées pour prévenir la crise alimentaire qui menace certaines des zones rurales les plus vulnérables de la planète dans le sillage de la COVID-19, a fait savoir aujourd’hui le FIDA.

China-IFAD South-South and Triangular Cooperation Facility: Third Call for Proposals

août 2020 - ACTUALITÉ
The Facility will support the generation and exchange of innovative solutions, approaches and methodologies that can be of value in the post-COVID-19 recovery period.

A call for proposals to support post-COVID-19 food security and resilience through South-South and Triangular Cooperation to be launched on 28 August

août 2020 - ACTUALITÉ
SSTC Facility will launch a call for proposals on 28 August to generate and exchange innovative solutions to help national governments respond to, and recover from, the impacts of COVID-19 on food security.

Blogs sur le sujet

IFAD country programmes adapt to the COVID-19 crisis: Updates from the Asia-Pacific region

septembre 2020 - BLOG
Ever since the virus that causes COVID-19 reached pandemic proportions across the Asia-Pacific region six months ago, the scale of the challenge has become ever more daunting. 

Développer la finance rurale pour soutenir les agriculteurs en Zambie

juin 2020 - BLOG

Les perturbations liées à la pandémie de COVID-19 sont aussi l'occasion de faire avancer des solutions novatrices dans les zones rurales.

Catching up with Recipes for Change Chef Lance Seeto

juin 2020 - BLOG
Chef Lance Seeto is an icon of South Pacific cuisine. He’s also been a supporter of IFAD’s Recipes for Change campaign for more than five years now.

Récits sur le sujet

Tenir bon: un programme appuyé par le FIDA protège les actifs ruraux – et les revenus qu'ils assurent

août 2020 - RÉCIT

Bien que pensées pour préserver la sécurité et la santé des populations, les mesures contre la COVID-19 auraient pu infliger de graves pertes à de nombreuses entreprises rurales.

Braquer les projecteurs du développement sur la jeunesse

août 2020 - RÉCIT
La pandémie de COVID-19 a déjà détruit l’équivalent de 400 millions d’emplois à plein temps, ce qui pourrait faire basculer quelque 71 millions à 100 millions de personnes de plus dans l’extrême pauvreté. 

Jeunes, autochtones et paysans: cohabiter avec la COVID-19

août 2020 - RÉCIT
La pandémie de COVID-19 a obligé de nombreuses personnes à tout revoir: leurs priorités, leur travail, et même leur rôle dans la société.