Saut au contenu
X

Pour les paysans, un moyen de sortir de la pauvreté

L'élevage contribue à l'activité agricole de plus de 800 millions de petits agriculteurs pauvres. Les ménages ruraux peuvent améliorer leurs moyens d’existence en élevant une grande variété d'animaux: vaches, buffles, moutons, chèvres, porcs, volaille, chameaux, lamas, alpagas, chevaux, ânes, lapins, et même abeilles.

On estime que la demande de produits d’élevage va plus que doubler au cours des 20 prochaines années, en raison de l’urbanisation, de la croissance économique et de l'évolution des modes de consommation dans les pays en développement. L'élevage est l'un des segments de l'agriculture enregistrant la croissance la plus rapide dans les pays en développement, et représente quelque 30% du PIB agricole.

Pourtant, à l'échelle mondiale, 85% des éleveurs sont pauvres. Pour satisfaire aux exigences d'un marché en expansion, les petites exploitations devront devenir plus productives, plus efficientes et plus durables d’un point de vue écologique. Ces exigences ont aussi à voir avec la qualité et la sûreté des produits alimentaires ainsi que la régularité de l'approvisionnement.

Pour les familles rurales, un vrai tremplin

Le petit et le gros bétail peuvent améliorer considérablement les revenus des habitants des zones rurales, hommes et femmes, tout en renforçant la sécurité alimentaire et nutritionnelle des ménages ainsi que leur résilience.

Le bétail fournit un large éventail d'aliments nutritifs et riches en protéines – œufs, viande, lait et miel – qui peuvent être transformés en une grande variété de produits. Il contribue ainsi à la diversification du régime alimentaire et génère des revenus. C'est aussi une source de cuir, de peaux et de fibres telles que la laine, le mohair et le cachemire. Les déjections animales peuvent servir d'engrais pour les cultures et de combustible pour la cuisine. Elles peuvent être mises en compost et utilisées pour produire du méthane dans des digesteurs de biogaz. Enfin, le gros bétail signifie aussi traction animale pour les cultures et transport de personnes et de marchandises jusqu'au marché.

Les familles rurales pauvres sans accès aux services financiers utilisent souvent le bétail comme une forme de gestion d’actifs: elles investissent dans l'achat d'animaux lorsqu'elles sont en fonds, et les vendent lorsqu'elles ont besoin de trésorerie ou de biens de première nécessité. Ces familles renforcent ainsi leur résilience face aux chocs économiques et climatiques, et peuvent faire des projets pour l'avenir.

Tirer un meilleur parti du bétail

Le FIDA aide les petits agriculteurs à tirer le meilleur parti de leur bétail en protégeant la santé de leurs animaux, en améliorant la productivité et la durabilité, et en contribuant à mettre les paysans en relation avec des marchés rentables.

Les projets financés par le FIDA reposent, entre autres, sur des transferts de technologie, des actions de formation, l'octroi de crédit pour la reconstitution des troupeaux, la prestation de services de santé animale, l'amélioration des races et de l'alimentation animales, et l'adoption de bonnes pratiques d'élevage. Grâce aux investissements du FIDA, les petits producteurs et éleveurs retirent une valeur ajoutée de leur bétail.

Au fil des années, le FIDA a élaboré une large gamme de procédés et d'outils destinés à améliorer la conception et la mise en œuvre de ses projets dans le secteur de l'élevage. Il travaille en étroite collaboration avec les pouvoirs publics et d'autres partenaires pour reproduire à plus grande échelle les interventions réussies dans ce secteur, afin de toucher un plus grand nombre de petits exploitants et d'améliorer les systèmes de production au niveau des exploitations.

Pleins feux sur…

Faire tourner les métiers à tisser – Laine et mohair au Lesotho

La laine et le mohair constituent le socle de l’économie rurale du Lesotho. Du petit producteur propriétaire d’un troupeau modeste à l’éleveur possédant un vaste troupeau de bêtes dotées d’un patrimoine génétique de qualité supérieure, avec 1,2 million de moutons et 845 000 chèvres, le potentiel de développement de ce secteur est également important.

Projets

Bolivie (État plurinational de)

Integral Strengthening Programme for the Camelid Value Chain in the Bolivian High Plateau (Pro-Camélidos)
En lire plus

République-Unie de Tanzanie

Agricultural Sector Development Programme - Livestock: Support for Pastoral and Agro-Pastoral Development
En lire plus

Pakistan

Livestock and Access to Markets Project
En lire plus

Actualités liées

Lebanon and IFAD partner to boost smallholder dairy production

août 2019 - ACTUALITÉ

About 6,080 resource-poor Lebanese rural households and Syrian refugees will benefit from a new US$12 million project that aims to increase the income of smallholder dairy producers and processors, as well as to increase employment opportunities for young Lebanese in communities affected by the Syrian crisis and young Syrian refugees.

Strengthened partnership with Sudan and IFAD to focus on future of rural transformation

juillet 2018 - ACTUALITÉ
udan’s economic future may rest in the hands of its smallholder farmers. Two thirds of the country’s population (36.2 million people) live in rural areas and agriculture provides essential employment for 70-80 percent of the labour force.

IFAD and Guatemala’s Ministry of Agriculture and Livestock discuss inclusive rural transformation at regional event

juillet 2018 - ACTUALITÉ
The International Fund for Agricultural Development (IFAD) and the Ministry of Agriculture and Livestock (MAGA), hosted the second edition of the Dialogues for Inclusive Rural Transformation in Guatemala event last week.

Publications sur le sujet

Grant Results Sheet: Innovative beef valuechain development schemes in Southern Africa

décembre 2018
The IFAD-funded SWAZI BEEF project set out to increase the quality of livestock and meat products and to diversify farmers’ incomes in the sugar-cane-producing areas of Eswatini (formerly Swaziland) through targeted support to farmers and other value chain actors (livestock producers, butchers/meat processors, financial institutions and input providers). 

Note pratique: Coopérer avec les communautés pastorales – une approche de développement systémique

juin 2018
Les auteurs de la présente Note pratique se penchent tout d’abord sur les problèmes de développement pastoral que les développeurs doivent avoir à l’esprit avant toute autre considération. 

Leçons apprises: Coopérer avec les communautés pastorales – une approche de développement systémique

juin 2018
Les présentes “Leçons apprises” ont été établies à l'intention des planificateurs et des décideurs afin de les aider a) à éviter des stratégies et mesures d’investissement susceptibles de nuire aux éleveurs nomades ou transhumants, et b) à faire en sorte que les plans et mesures spécifiques concernant le développement pastoral soient ajustés au plus près aux besoins de ces éleveurs.