Saut au contenu
X

Un mandat sans équivalent: venir à bout de la pauvreté et de la faim

Créé pour mobiliser des ressources en faveur de l'agriculture et du développement rural dans les pays en développement, le FIDA est à la fois une organisation spécialisée des Nations Unies et une institution financière internationale (IFI).

Le FIDA est la seule IFI dont la mission consiste spécifiquement à éliminer la faim et la pauvreté en réalisant des investissements dans la population rurale pauvre. Pour ce faire, il apporte une assistance technique et financière en finançant des projets axés sur l'agriculture et le développement rural dans ses États membres en développement.

Les opérations du FIDA sont principalement financées par les contributions de ses États membres, le remboursement des prêts qu'il a consentis, le revenu de ses placements et des contributions spéciales d'États non membres. D'autres sources de financement sont les emprunts auprès d'entités souveraines ainsi que – pistes explorées plus récemment – les prêts de partenaires à des conditions favorables et les emprunts sur les marchés de capitaux.

À l'instar d'autres organismes de prêt supranationaux, le FIDA affiche une solide assise financière, qui repose sur une gouvernance transparente et le savoir-faire de ses dirigeants, la pertinence de son mandat public, des relations étroites avec les parties prenantes et un statut de créancier privilégié.

Le FIDA joue un rôle actif au sein de plusieurs groupes de travail qui réunissent des banques multilatérales de développement et des IFI soucieuses d'harmoniser leurs politiques et leurs pratiques et de partager leurs savoirs.

Les services des finances

Les services financiers du FIDA se chargent, dans un souci d'intégrité et de transparence, d'accomplir les fonctions de comptabilité et de contrôle des ressources financières du Fonds (8,2 milliards de dollars d'actifs en 2016) et d'établir les rapports qui en rendent compte, assurant ainsi au FIDA la confiance sans faille de ses parties prenantes. Les services des finances fournissent, à l'appui de la responsabilité opérationnelle et des analyses en temps réel, des outils de veille économique (en matière de contributions, de décaissements, de paiements et d'actifs, notamment) qui permettent de prendre des décisions bien informées et alignées sur les objectifs du FIDA. Les états financiers statutaires du FIDA sont établis conformément aux Normes internationales d'information financière (IFRS), les plus communément observées dans la pratique, ils sont vérifiés chaque année par un cabinet d'audit externe indépendant.

Gestion financière

Une surveillance et une gestion adéquates des ressources financières sont déterminantes pour que le FIDA puisse atteindre ses objectifs et démontrer à ses parties prenantes que des modalités adéquates de gouvernance sont en place. La gestion financière des projets est un élément clé de la structure de gouvernance du FIDA. Elle offre en effet une assurance fiduciaire fondée sur le risque (conformité) et des apports à haute valeur ajoutée. La gestion financière contribue en outre à l'efficacité du FIDA en matière de développement dans la mesure où elle permet d'améliorer les résultats et d'accroître le volume des décaissements.

Institution financière internationale parvenue à maturité et partenaire fiable de développement, le FIDA honore ses engagements en faveur du développement: il améliore son modèle opérationnel et poursuit une expansion stratégique de ses activités, notamment en appliquant de bonnes pratiques de gestion financière harmonisées et en modernisant ses politiques opérationnelles grâce à des processus rigoureux de gestion financière et à une bonne gestion des savoirs.

Produits financiers et conditions de financement

Le FIDA vise à réduire la pauvreté rurale, améliorer la nutrition et accroître la production alimentaire en accordant des prêts et des dons à l'appui de programmes qui stimulent la croissance économique, atténuent les inégalités et améliorent les conditions de vie de la population rurale pauvre. Il compte aussi, parmi ses instruments, le mécanisme de soutenabilité de la dette, qui peut aider les pays à faible revenu à restaurer ou préserver la viabilité de leur dette extérieure.

Pour chaque pays, la notation des risques est issue de l'analyse prospective de soutenabilité de la dette, réalisée sur la base du Cadre conjoint Banque mondiale-FMI pour la soutenabilité de la dette (CSD) des pays à faible revenu.

Gestion du portefeuille de placements

Au FIDA, la gestion des placements désigne la gestion du portefeuille de liquidités du Fonds. Ce portefeuille est essentiellement investi dans des titres à revenu fixe ayant qualité de valeur d’investissement. Il est géré activement dans les limites des lignes directrices fixées par la politique du Fonds en matière de placements et régi par les mesures de contrôle établies dans le Cadre de contrôle interne. Les indicateurs de risque et de rendement sont présentés dans le rapport sur le portefeuille de placements du FIDA.

Le portefeuille de placements est constitué de fonds provenant des contributions des États membres et de ressources levées par emprunt. Les dispositions encadrant la gestion des ressources empruntées auprès d'entités souveraines sont regroupées au sein du cadre d'emprunt souverain, tandis que le cadre des prêts de partenaires consentis à des conditions favorables régit, lui, les prêts concessionnels accordés au FIDA par certains de ses partenaires.

Outre la gestion du portefeuille de placements, le FIDA détermine aussi, au sein de ce portefeuille, le montant des fonds qui sont disponibles pour engagement.