Rural finance - banner

Finance rurale

L'inclusion financière au profit des ruraux pauvres dans le monde entier

La grande majorité des ruraux pauvres ne disposent pas de moyens fiables et sûrs pour épargner, protéger et développer leurs actifs, ou transférer des fonds. C'est particulièrement vrai pour les groupes vulnérables, comme les femmes, les jeunes et les personnes déplacées.

Les services financiers essentiels officiels ne touchent encore que 10% des populations rurales. Ce problème complexe est imputable à des infrastructures déficientes, aux capacités restreintes des prestataires de services financiers et au faible niveau d'éducation de la clientèle.

Un moteur de transformation du monde rural

Le FIDA est conscient du vaste potentiel que recèle la finance rurale pour améliorer les moyens d’existence de la population rurale.

Au cours des 30 dernières années, le développement des systèmes financiers a eu des retombées remarquables sur les moyens d'existence en milieu rural. Grâce à des institutions novatrices et à de nouveaux instruments, les services financiers se sont développés et ils atteignent désormais davantage de personnes.

La technologie permet aux clients de communautés reculées d'accéder à une gamme élargie de produits financiers.

Depuis plus de 40 ans, le FIDA travaille sur les systèmes de finance rurale dans plus de 70 pays et il a investi dans ce domaine plus de 3 milliards d'USD.

Toutefois il reste encore beaucoup à faire. Dans une économie mondiale en pleine mutation, confrontée à des crises financières, à la volatilité des prix des denrées alimentaires et des produits agricoles ainsi qu'aux périls des changements climatiques, la finance rurale inclusive demeure un moteur essentiel de la transformation du monde rural.

Gérer les risques et faire levier sur les investissements

Les petites exploitations agricoles présentent de nombreux risques intrinsèques qui dissuadent le secteur privé d'y investir.

Les établissements financiers estiment souvent que l'agriculture paysanne comporte trop de risques et hésitent à prêter de l'argent aux petits paysans. Qui plus est, les agriculteurs eux-mêmes sont réticents à l'idée d'emprunter et d'investir parce qu'il leur est difficile de gérer des risques tels que les chocs climatiques et les maladies du bétail.

Au cours des dix dernières années, le FIDA est devenu un chef de file dans le domaine de la gestion des risques agricoles. Le Fonds promeut une approche globale afin de protéger et de renforcer les économies rurales et les systèmes de production alimentaire, tout en faisant levier sur le financement rural et les investissements dans les petites exploitations agricoles.

Dans le cadre de cette approche globale de la gestion des risques agricoles, l'assurance est un outil financier précieux qui offre la seule prise en charge possible de risques par ailleurs inévitables.

Le FIDA héberge la Plateforme pour la gestion des risques agricoles (PARM). Cette initiative du G20 articule une approche d'ensemble de la gestion des risques qui consiste à évaluer les risques agricoles, à les classer par ordre de priorité et à les aborder de manière structurée et coordonnée.

La PARM fournit un appui technique aux gouvernements des pays en développement pour les aider à passer d'une culture de gestion des catastrophes à une gouvernance intelligente des risques.

La PARM met également en œuvre deux initiatives d'assistance technique axées sur l'assurance des risques agricoles et climatiques couvrant le portefeuille du FIDA: le programme Assurance pour la résilience et le développement économique des zones rurales (INSURED) et l’initiative Gestion des risques en matière de développement rural: promouvoir les innovations dans le domaine de la microassurance (MRRD).

La puissance de la microfinance et des envois de fonds

Les projets du FIDA améliorent l'accès aux services financiers et aux prêts, de sorte que les petits producteurs puissent investir dans leur exploitation et accroître leur productivité.

Étant l’un des premiers bailleurs de microfinancements au monde, le FIDA avait, au 31 décembre 2017, quelque 1,14 milliard de dollars d'investissements en cours dans la finance rurale, soit environ 13% de son portefeuille d'investissement.

Les envois de fonds constituent un puissant instrument d'inclusion financière et d'amélioration des moyens d'existence dans les communautés rurales. Le Mécanisme de financement pour l'envoi de fonds (MFEF) du FIDA, alimenté par des donateurs multiples, vise à maximiser l'incidence des envois de fonds sur le développement, et favorise la participation des travailleurs émigrés dans l’économie de leur pays d'origine.

Approfondir

Approfondir

Assurance

Les petits exploitants agricoles et les ménages ruraux pauvres sont extrêmement vulnérables aux chocs, locaux et mondiaux. L'agriculture est leur principale source de nourriture et de revenu, et c'est le secteur le plus durement touché par le dérèglement climatique.

Envois de fonds et migrations

Depuis plus d'un siècle, les habitants des zones rurales migrent vers les villes.. Sur les 250 millions de migrants internationaux, quelque 200 millions quittent leur foyer pour aller travailler et envoyer des fonds à leur famille restée au pays.

Pleins feux sur…

Pleins feux sur…

La finance, moteur de la transformation des systèmes alimentaires - Un rôle nouveau pour les banques publiques de développement ?

L'un des principaux obstacles à la transformation des systèmes alimentaires dans un sens durable et inclusif est que manquent des financements suffisants et appropriés. Selon des estimations récentes, transformer les systèmes alimentaires pour assurer la santé des personnes, de la planète et de l'économie nécessiterait 300 à 350 milliards de dollars supplémentaires par an au cours de la prochaine décennie.

Tags: FINANCE RURALE

Projets

Projets

Bénin

Adapted Rural Financing Services Promotion Project

Bangladesh

Projet d’appui à la commercialisation et aux entreprises dans le secteur agricole - PACE

Arménie

Infrastructure and Rural Finance Support Programme

Actualités liées

Actualités liées

En amont des négociations mondiales sur le climat, les banques publiques de développement s’unissent pour davantage d’investissements dans des systèmes alimentaires durables

octobre 2021 - ACTUALITÉ
En réponse à l’appel urgent à destiner davantage de financements aux agriculteurs les plus pauvres de la planète, les plus durement touchés par les changements climatiques, un groupe de banques publiques de développement a décidé d’aller plus loin, lors du Sommet Finance en commun d'aujourd'hui, et d’accélérer les investissements verts dans l’agriculture.

Troisième tour de l’Appel à propositions national 2021 (Maroc) - Soutenir les transferts de fonds en temps de crise en Afrique

juillet 2021 - ACTUALITÉ
Le Mécanisme de financement pour l’envoi de fonds (MFEF) du FIDA a le plaisir d'annoncer le troisième tour de l’Appel à propositions national 2021 (Maroc) - Soutenir les transferts de fonds en temps de crise en Afrique.

Second round of National Calls for Proposals (Kenya and Uganda): Supporting remittances in times of crisis in Africa

avril 2021 - ACTUALITÉ
The Financing Facility for Remittances of IFAD is pleased to announce the second round of National Calls for Proposals (Kenya, Uganda) 2021: supporting remittances in times of crisis in Africa.

Publications sur le sujet

Publications sur le sujet

IFAD Inclusive Financial Services Portfolio Stocktaking

juin 2021
This Inclusive Financial Services (IFS) stocktaking exercise assesses IFAD’s capacity to deliver IFS and addresses rural poor market development needs both historically and looking forward within the context of emerging opportunities and challenges.

INSURED - Insurance for rural resilience and economic development

janvier 2020
INSURED is a technical assistance programme working to strengthen agricultural insurance in IFAD’s portfolio.

SAFIN Annual Progress Report 2020

avril 2021
El presente informe documenta los resultados logrados gracias al trabajo de todos los asociados de la red SAFIN.

Documents liés

Documents liés

Politique en matière de finance rurale

août 2009 - CORPORATE
policy   policies_and_strategies  
La nouvelle politique du FIDA en matière de finance rurale qui est exposée ici annule et remplace, en le complétant et en l’actualisant, le texte initial de 2000, suivant en cela les recommandations formulées dans le cadre de l'évaluation à l'échelle de l'institution qui avait été réalisée en 2006. Elle reprend les grands axes de cette politique antérieure et fixe un cadre pour la gestion du portefeuille de finance rurale du FIDA. La nouvelle politique énonce les principes devant guider les opérations de finance rurale aux trois niveaux d'intervention – micro, méso et macro – et donne aux organes directeurs du FIDA, aux partenaires du développement et au grand public de plus amples précisions sur l'approche du Fonds en matière de finance rurale.

Supervision et appui à l'exécution

septembre 2007 - CORPORATE
policy   policies_and_strategies  
L'amélioration de la qualité des projets et l'obtention de meilleurs résultats sur le terrain, qui figurent parmi les priorités du FIDA, sont dans une large mesure tributaires d'une supervision efficace et d'un appui à l'exécution bien conduit. Partant de ce constat, le FIDA a engagé une série d'actions aux fins d'examen, de clarification et de renforcement du rôle de ces deux fonctions dans ses opérations. Ces actions ont retrouvé un caractère d'urgence à l’occasion de l’effort déployé pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement dans le cadre d’une architecture du développement international rénovée. La Déclaration de Paris sur l'efficacité de l'aide met en relief la nécessité d'un appui systématique aux stratégies nationales pour obtenir des résultats en matière de développement, d’un recours accru aux systèmes administratifs nationaux et d’une meilleure coordination et prévisibilité des interventions des différents donateurs. En qualité de signataire de la Déclaration de Paris, le FIDA relève les défis de l'harmonisation et de l'alignement en se plaçant d’emblée dans ce nouveau contexte et en s'efforçant d'optimiser son appui aux pays membres afin de réduire la pauvreté rurale. C’est dans cette perspective que s’inscrit la recherche d’une solution aux problèmes rencontrés dans la mise en œuvre des projets par l'amélioration de la supervision et de l'appui à l'exécution.

La politique du FIDA relative aux entreprises rurales

janvier 2004 - CORPORATE
policy   policies_and_strategies  
De plus en plus, la lutte contre la pauvreté en milieu rural repose sur la possibilité pour les ruraux – en particulier les femmes et les jeunes au chômage ou victimes du sous-emploi – de diversifier leurs sources de revenus et de les compléter dans le cadre de microentreprises ou petites entreprises extra-agricoles (transformation de produits, commerce, fabrication et services, etc.). Cela étant, pour développer durablement les microentreprises et petites entreprises en milieu rural, il faut une stratégie dynamique qui puisse éliminer les obstacles rencontrés par les pauvres qui se lancent dans ce genre d'activité et leur assurer, entre autres, les services commerciaux, dont ils ont besoin. Le présent document se propose de contribuer au débat sur les conditions et modalités de promotion de la microentreprise et petite entreprise de caractère extra-agricole parmi les ruraux pauvres. Ce type d'activité peut en effet aider à atteindre l'objectif stratégique du FIDA, qui est de réduire la pauvreté rurale en autonomisant les pauvres et en renforçant leurs organisations, ce qui leur donne plus largement accès aux débouchés et aux intrants nécessaires à la création d'entreprises – qu'il s'agisse de moyens financiers, de formation professionnelle, de technologie ou de matières premières. La première partie du document montre comment les microentreprises et les petites entreprises peuvent contribuer à faire reculer la pauvreté et résume ce qu'a fait jusqu'ici le FIDA dans ce domaine.