Aider l’agriculture à grimper dans la hiérarchie des priorités sur les questions climatiques à Madrid

IFAD Asset Request Portlet

Agrégateur de contenus

Aider l’agriculture à grimper dans la hiérarchie des priorités sur les questions climatiques à Madrid

L'agriculture occupe une position unique qui en fait à la fois un outil de lutte contre les changements climatiques, de réduction de la pauvreté et de progrès de la sécurité alimentaire. Son importance a été nettement établie par l’Action commune de Koronivia pour l’agriculture (également connue sous son acronyme anglais KJWA).

L’agriculture est particulièrement vulnérable aux changements climatiques tout en contribuant de manière significative aux émissions de gaz à effet de serre. D’un autre côté, ce secteur est idéalement placé pour lutter contre les changements climatiques tout en réduisant la pauvreté et en améliorant la sécurité alimentaire.

Son importance a été nettement établie par l’Action commune de Koronivia pour l’agriculture (également connue sous son acronyme anglais KJWA), ainsi que par un grand nombre de pays dans leurs contributions déterminées au niveau national (CDN).

L’Action commune de Koronivia pour l’agriculture représente une avancée importante pour les négociations sur l’agriculture menées avec la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC), et souligne l’importance de l’agriculture et de la sécurité alimentaire dans le Programme d’action pour le climat.

George Wamukoya est le conseiller aux questions climatiques de l’équipe kenyane qui a participé aux négociations sur l’agriculture à la COP25 dans le cadre de l’Action commune de Koronivia pour l’agriculture.

Lors d’une manifestation organisée par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture et par la Commission européenne lors de la COP25 à Madrid, il a expliqué que l’Action commune de Koronivia pour l’agriculture était la seule tribune permettant de discuter de toutes les questions relatives à l’agriculture et aux changements climatiques dans le cadre de la Conférence des parties.

"L’Action commune de Koronivia pour l’agriculture s’intéresse désormais aux aspects à la fois scientifiques et technologiques, ainsi qu’aux aspects relatifs aux moyens de mise en œuvre tels que le renforcement des capacités, les finances et la technologie", a déclaré M. Wamukoya.

S’agissant des négociations, ici à Madrid, le conseiller aux questions climatiques de l’équipe kenyane n’a pas caché que la question de l’agriculture était toujours très complexe.

"Ce que je peux dire, c’est que nous nous sommes mis d’accord sur une feuille de route. Cela signifie que nous tiendrons des ateliers au cours des sessions afin d’améliorer l’utilisation des éléments nutritifs et la gestion du fumier. Aujourd’hui, nous avons annoncé que nous prêtions attention à ce que nous faisions. Nous diffuserons les résultats des méthodes et approches d’évaluation de l’adaptation, mais aussi ceux relatifs à l’amélioration de la fertilité des sols. Nous serons ainsi en mesure d’extraire des informations clés qui aideront les pays à actualiser leurs CDN."

La CCNUCC entre maintenant dans une période clé pour l’agriculture, les pays préparant les CDN pour l’échéance de 2020.

"L’Action commune de Koronivia pour l’agriculture continuera de générer des produits au fur et à mesure pour alimenter les processus nationaux. Cela est essentiel, car les connaissances que nous produirons d’ici à 2020 grâce aux ateliers organisés au cours des sessions devraient aider les pays à appliquer leurs stratégies à long terme et à actualiser leurs CDN dans le domaine de l’agriculture. Nous contribuerons également à d’autres processus pour veiller à ce que les indicateurs adéquats soient utilisés dans le bilan mondial."

M. Wamukoya a souligné que l’Action commune de Koronivia pour l’agriculture s’inscrit dans une perspective internationale mais que ses retombées sont locales.

"Nous devons comprendre que même si l’Action commune de Koronivia pour l’agriculture touche la politique internationale, il est probable qu’elle débloquera et encouragera davantage de discussions dans le secteur agricole. Cela pourra ensuite favoriser les discussions au sein des communautés locales."

En intégrant l’agriculture dans les processus de la CCNUCC, l’Action commune de Koronivia pour l’agriculture peut conduire à la transformation des systèmes agricoles et alimentaires, et établir les synergies et les équilibrages qui s’imposent entre adaptation, atténuation et productivité agricole.

En savoir plus: le FIDA à la COP 25