IFAD Asset Request Portlet

Agrégateur de contenus

Faut-il mettre tous ces œufs dans le même panier?

©Fatoumata Diabate'

Le deuxième vendredi du mois d'octobre, on célèbre la Journée mondiale de l'œuf – une façon de reconnaître le rôle essentiel des œufs dans l'alimentation humaine, partout dans le monde.

Dans les pays en développement, de nombreuses personnes élèvent un petit nombre de volailles destinées à la consommation domestique, que ce soit pour leur chair ou pour leurs œufs, et comme source de revenu obtenu de la vente de ces produits. L'investissement nécessaire pour l'élevage des volailles est minime, la plus grande partie des intrants provenant de l'exploitation et la main-d'œuvre étant fournie par les membres de la famille. Bien qu'elle puisse être très réduite, la production familiale d'œufs présente un grand avantage, celui de fournir fréquemment des éléments nutritifs à valeur biologique élevée.

L'échelle et le type de l'élevage de volailles présentent de grandes différences, allant de la récupération à la petite production intensive. Les projets appuyés par le FIDA prennent également en considération les conditions et les exigences de ces systèmes, comme le type de ressources génétiques utilisées, les pratiques d'alimentation, la lutte contre les maladies et leur prévention, la gestion de la volaille, et les interactions entre ces facteurs.

©FIDA/Radhika Chalasani

En Inde, les poules Vanaraja sont plus grandes que les oiseaux indigènes et pondent davantage d'œufs. Les œufs constituent un élément important dans le régime alimentaire tribal, et la chair de poulet est consommée à l'occasion de fêtes religieuses. La majorité des familles tribales possède de six à huit poules.

©FIDA/GMB Akash

Outre les œufs et la viande qu'elle fournit, la volaille joue également d'autres rôles importants. En Asie, le fumier de volailles du village sert d'aliment pour les poissons dans le cadre d'un système intégré dans lequel la volaille est élevée au-dessus des étangs. Les volailles de l'élevage familial peuvent faire partie d'un système de rotation de cultures où elles peuvent réduire les parasites et les agents pathogènes. Le fait qu'elles ont accès à toute une gamme d'insectes, de graines de plantes adventices, de cultures et de minéraux contribue aussi à améliorer la valeur nutritionnelle des oiseaux et des œufs. Au Bangladesh, Morjina élève plus de 300 canards dans ses rizières où ils se nourrissent de ravageurs, fertilisent le riz et fournissent des œufs.

©FIDA/Susan Beccio

Najiemba élève des volailles en Ouganda. Avec un prêt provenant d'un projet appuyé par le FIDA, elle a démarré avec 100 "pondeuses" et 100 "reproducteurs". Elle possède maintenant 600 poules. Elle vend des œufs et des poules pour pourvoir aux besoins familiaux et envoyer ses enfants à l'école.

©FIDA/GMB Akash

Morium travaille dans un élevage avicole qu'elle gère avec son mari au Bangladesh. Leur exploitation compte plus de 900 poules et produit près de 900 œufs par jour.

©FIDA/Susan Beccio

Deux travailleuses conditionnent les œufs sur une exploitation avicole aux Samoa. La production est d'environ 40 000 œufs par jour; 80% de ces œufs sont vendus aux Samoa et le reste est exporté vers la Nouvelle-Zélande, à six jours de bateau.