Mettre les variétés de culture locales au service d'une agriculture axée sur la nutrition

IFAD Asset Request Portlet

Agrégateur de contenus

Mettre les variétés de culture locales au service d'une agriculture axée sur la nutrition

Un nouveau cadre opérationnel montre aux praticiens un large éventail d'espèces de cultures permettant de remettre la nutrition au centre de la table.

Soutenir une agriculture axée sur la nutrition grâce aux espèces négligées et sous-utilisées est un nouveau cadre opérationnel mis au point par Bioversity International et le FIDA, qui explique comment recourir à une gamme diversifiée d'espèces et de variétés de cultures pour remettre la nutrition au cœur de nos systèmes de production alimentaire.

Ce document met en lumière le potentiel sous-exploité de milliers de plantes alimentaires cultivées ou sauvages qui ne sont plus utilisées dans l'agriculture traditionnelle, après avoir été victimes des pratiques culturales modernes, de la standardisation et de l'uniformisation des marchés mondialisés ou de l'évolution des habitudes alimentaires. Aussi connues sous le nom d'"espèces négligées et sous-utilisées", ces plantes pourraient pourtant contribuer à une alimentation saine, à des systèmes de production alimentaire sains, à améliorer les moyens d'existence et à permettre un développement durable. Elles ont également de solides atouts économiques.

Les projets novateurs promus par le FIDA en Asie, en Afrique et en Amérique latine depuis près de 20 ans, avec des partenaires comme Bioversity International, ont permis d'établir certains constats, par exemple sur l'introduction des millets, qui a pu améliorer durablement les revenus, l'autonomisation et la nutrition en Inde rurale.

Le guide s'appuie sur les constats et les leçons tirées de l'expérience et fixe le cadre qui permettra de conserver la diversité génétique dans les programmes et les projets de renforcement de l'agriculture axée sur la nutrition. Il est conçu en complément du document Chaînes de valeur et enjeu nutritionnel: Guide pour la conception de projets. Le Cadre présente des études de cas et des orientations pratiques pour une mise en œuvre efficace, comme de développer des chaînes de valeur innovantes au service de l'émancipation des femmes ou de promouvoir la participation des groupes marginalisés.

On estime qu'environ 70% de la biodiversité restant encore sur la planète se trouve sur les territoires des communautés autochtones. Les femmes, en particulier, y jouent un rôle important dans la conservation des espèces négligées et sous-utilisées et dans le savoir traditionnel relatif aux méthodes de culture et de préparation culinaire, contribuant ainsi à la sécurité alimentaire du foyer.

L'adoption d'une approche inclusive, par exemple l'association de tous les groupes d'une communauté, permet de combiner les riches savoirs traditionnels éparpillés entre tous les groupes et de réduire ainsi les tensions qu'il peut y avoir entre eux.


Ce travail bénéficie du soutien du Gouvernement canadien et met à profit l'expérience acquise dans le cadre de projets financés par des dons du FIDA et la Direction générale pour la coopération internationale et le développement de la Commission européenne (DG DEVCO). Bioversity International et le FIDA ont développé ce cadre opérationnel pour guider les praticiens (du FIDA , notamment) sur les moyens d'intégrer les espèces négligées et sous-utilisées dans la conception des projets et de promouvoir leur utilisation durable dans une approche holistique, interdisciplinaire et intersectorielle. Le cadre sera complété par cinq Notes pratiques à venir (portant sur l'établissement des priorités, la commercialisation et les politiques).

Ce travail fait partie du Programme de recherche sur l'agriculture pour la nutrition et la santé du CGIAR (SPEAR Flagship 4) et il est soutenu par les donateurs du Fonds fiduciaire du CGIAR.