Nouvel accord Sri Lanka-FIDA contre la pauvreté et pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle malgré les changements climatiques

IFAD Asset Request Portlet

Agrégateur de contenus

Nouvel accord Sri Lanka-FIDA contre la pauvreté et pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle malgré les changements climatiques

Rome, le 15 juin 2021 – Le Fonds international de développement agricole (FIDA) et le Gouvernement sri-lankais ont signé la semaine dernière un accord financier en vue de lancer le Projet relatif à l’entrepreneuriat et à la résilience des petits exploitants agricoles (également appelé projet SARP). Ce projet doit permettre à quelque 40 000 familles de petits producteurs de faire face aux incidences des changements climatiques qu’elles subissent, en renforçant leur résilience et en promouvant la commercialisation des produits agricoles. 

Si l’on veut aider Sri Lanka à éliminer les îlots de pauvreté qui persistent dans tout le pays, il est essentiel d’améliorer les moyens d’existence ruraux, de favoriser la sécurité alimentaire et de renforcer la résilience face aux changements climatiques dans la zone sèche du pays. Les objectifs de développement du projet s’inscrivent dans le droit fil des priorités nationales, et leur réalisation est indispensable à la concrétisation des objectifs de développement durable.

« Sri Lanka connaît des précipitations de plus en plus abondantes et de moins en moins prévisibles, des vagues de chaleur plus fréquentes et des périodes sèches plus longues. Les ménages ruraux de la zone sèche sont profondément touchés par ces changements du climat », a fait savoir Sherina Tabassum, directrice de pays du FIDA pour Sri Lanka. « Les exploitants qui se trouvent dans ces points sensibles sont extrêmement exposés et vulnérables et ont besoin de notre aide. En collaboration avec le Gouvernement sri-lankais, le FIDA les aidera à renforcer leur résilience, à affronter les changements climatiques et à accéder aux marchés », a-t-elle ajouté.

À Sri Lanka, 80% de la population, qui compte 21,6 millions d’habitants, vit dans des zones rurales, soit la plus forte proportion en Asie du Sud. La plupart des ménages ruraux de la zone sèche vivent en pratiquent une petite agriculture irriguée à l’aide de réservoirs. Les exploitants qui cultivent les terres au moyen de ces systèmes d’irrigation mis en place au niveau des villages sont plus pauvres et plus vulnérables aux effets des changements climatiques que les autres agriculteurs de la zone sèche qui ont accès à de grands systèmes d’irrigation. La variabilité du climat et les phénomènes climatiques extrêmes viennent compromettre davantage la productivité et les rendements des cultures, ce qui fait sombrer les petits exploitants dans une pauvreté plus grande encore. Afin de combler les déficits vivriers, ils doivent acheter des denrées alimentaires pour se nourrir, ce qui accroît leur dette et les rend encore moins aptes à gérer les risques climatiques.

Le projet, qui s’étale sur six ans, mobilisera des investissements climatiquement rationnels et permettra de travailler avec des petits producteurs en vue de renforcer et d’élargir des activités agricoles résilientes face aux aléas climatiques et qui s’intègrent dans des filières inclusives. Il sera exécuté dans six districts de la zone sèche: Anuradhapura, Vavuniya, Matale, Mannar, Puttalam et Kurenagala. Les produits potentiellement concernés sont les chèvres, les produits laitiers, les piments et les fruits et légumes, ainsi que des cultures plus spécialisées comme l’aloès ordinaire et le moringa – soit une vaste gamme de produits, de manière à atténuer les risques associés aux changements climatiques.

Les organisations de producteurs et les associations de bassins versants apprendront à gérer les risques climatiques. Les femmes, les jeunes, les organisations collectives et les entreprises à visée sociale bénéficieront également d’un appui qui les aidera à gérer leurs activités de façon rentable et durable.

Sur une enveloppe totale de financement s’élevant à 42,7 millions d’USD, le FIDA apporte 41,7 millions d’USD sous forme de prêt et 1 million d’USD sous la forme de don. En outre, le Gouvernement sri-lankais contribue au projet à hauteur de 12,7 millions d’USD, auxquels s’ajoutent 13,2 millions d’USD apportés par les participants au projet. Le secteur privé apportera 1,7 million d’USD, tandis que le Programme des Nations Unies pour le développement, le Programme alimentaire mondial et le Bureau des Nations Unies pour les services d’appui aux projets contribuent respectivement à hauteur de 8,8 millions d’USD, de 2,6 millions d’USD et de 0,3 million d’USD.

Le FIDA est un partenaire important de Sri Lanka dans le domaine du développement rural depuis des dizaines d’années, puisqu’il a signé son tout premier accord de prêt avec le Gouvernement sri-lankais en 1978. Depuis, le Fonds a appuyé 19 projets de développement rural dans le pays d’une valeur totale de 340 millions d’USD. Ces interventions ont directement profité à 654 832 familles rurales.

Découvrez l’action du FIDA à Sri Lanka.

Suivez-nous sur Twitter: @IFADSouthAsia

 


Communiqué de presse n° IFAD/28/2021

Le FIDA investit dans les populations rurales en les dotant des moyens de réduire la pauvreté, d’accroître la sécurité alimentaire, d’améliorer la nutrition et de renforcer leur résilience. Depuis 1978, il a octroyé environ 23,2 milliards d’USD sous la forme de prêts à faible taux d’intérêt et de dons, dans le cadre de projets dont ont bénéficié quelque 518 millions de personnes. Le FIDA est une institution financière internationale et un organisme spécialisé des Nations Unies dont le siège est situé à Rome, centre névralgique des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture.

Contact médias

Image of Yamini Lohia

Yamini Lohia

Communication Division

y.lohia@ifad.org