La République-Unie de Tanzanie et le FIDA s’allient au service de la productivité des petits exploitants agricoles, de leur sécurité alimentaire et de leur résilience face aux changements climatiques

IFAD Asset Request Portlet

Agrégateur de contenus

La République-Unie de Tanzanie et le FIDA s’allient au service de la productivité des petits exploitants agricoles, de leur sécurité alimentaire et de leur résilience face aux changements climatiques

©IFAD/Mwanzo Millinga

Rome, le 12 mai 2021. Le Fonds international de développement agricole (FIDA) et le Gouvernement tanzanien ont signé un accord portant sur un projet de 77,4 millions d’USD qui permettra d’apporter un appui crucial à 260 000 ménages ruraux touchés par les effets des changements climatiques. Le Programme de développement de l’agriculture et de la pêche (également désigné par l’acronyme AFDP) donnera aux populations rurales les moyens d’accroître leur productivité, d’améliorer leur sécurité alimentaire et leur nutrition, et de renforcer leur résilience.

La pauvreté est plus élevée dans les zones rurales, où 31% de la population vit sous le seuil de pauvreté, et principalement de l’élevage, des cultures vivrières et de la pêche. Alors que la crise liée à la COVID‑19 menace de précipiter 500 000 Tanzaniens de plus dans la pauvreté, le Programme de développement de l’agriculture et de la pêche ciblera notamment les petits exploitants agricoles, les petites et moyennes entreprises de production de semences, les petits pêcheurs, les transformateurs, les aquaculteurs, les cultivateurs d’algues dans 41 districts de Tanzanie continentale et de Zanzibar. La moitié des bénéficiaires seront des femmes et 30% seront des jeunes.

L’agriculture joue un rôle central dans la lutte contre la pauvreté et la faim. Le secteur représente 29% du produit intérieur brut tanzanien, emploie 66,3% de la population et couvre 95% des besoins alimentaires du pays. La production alimentaire provient à 80% de petits exploitants tributaires des précipitations et n’ayant qu’un accès limité aux intrants et aux informations susceptibles d’améliorer les rendements.

Dans le cadre du projet, 13 000 tonnes de semences certifiées de qualité – maïs, tournesol et légumineuses – seront distribuées aux exploitants. Les services de vulgarisation locaux contribueront à mieux faire connaître les semences améliorées et faciliteront l’établissement de liens avec les acheteurs et les transformateurs de céréales afin de promouvoir l’utilisation de ces semences et de prévenir la vente de semences de contrefaçon.

Afin d’augmenter l’apport en protéines et de favoriser une alimentation saine des ménages ruraux participants, le Programme de développement de l’agriculture et de la pêche contribuera à renforcer les capacités des centres de développement de l’aquaculture en vue de produire 25 millions d’alevins de tilapia et 10 millions de silures. Cela permettra d’augmenter l’offre et de faire baisser les prix du poisson sur les marchés locaux. Le programme vise en outre à créer des potagers et à organiser des formations sur la nutrition à l’intention des ménages. 

« La sécurité alimentaire et la nutrition sont à la fois un indicateur et un moteur de la croissance économique inclusive et du développement durable. Elles représentent aussi un investissement dans l’avenir », a déclaré Francesco Rispoli, directeur de pays du FIDA pour la République-Unie de Tanzanie.

En République-Unie de Tanzanie, les exploitants sont les premiers à souffrir des effets des changements climatiques, les sécheresses et l’augmentation des précipitations exerçant une pression sur les écosystèmes dont ils dépendent. Pour les aider à renforcer leur résilience, des semences adaptées aux conditions locales seront mis à leur disposition. Les petits producteurs recevront une formation sur les techniques et technologies respectueuses de l’environnement en matière de pêche et de gestion des ressources naturelles. Des partenariats public-privé-producteurs seront facilités afin de faire participer les acteurs de la pêche en haute mer et de réduire les pertes après récolte.

Les participants au programme pourront bénéficier de services financiers abordables grâce au Mécanisme de garantie de crédit destiné aux petits exploitants, préalablement financé par le FIDA dans le cadre du Programme d’appui à l’infrastructure de commercialisation, à l’ajout de valeur et à la finance rurale (ou MIVARF). 

Le FIDA accorde un prêt de 58,8 millions d’USD pour l’exécution de ce nouveau programme. Le Gouvernement tanzanien apporte quant à lui un financement de 7,7 millions d’USD, auxquels s’ajoutent 8,4 millions d’USD provenant du secteur privé et 2,4 millions d’USD des bénéficiaires eux-mêmes.

Depuis 1978, le FIDA a financé 16 programmes et projets de développement rural en République-Unie de Tanzanie pour un montant total de 917 millions d’USD, dont 402,5 millions d’USD provenant du FIDA, bénéficiant directement à plus de 4 millions de ménages ruraux.


Communiqué de presse no FIDA/19/2021

Le FIDA investit dans les populations rurales en les dotant des moyens de réduire la pauvreté, d’accroître la sécurité alimentaire, d’améliorer la nutrition et de renforcer leur résilience. Depuis 1978, il a octroyé 23,2 milliards d’USD sous la forme de prêts à faible taux d’intérêt et de dons, dans le cadre de projets dont ont bénéficié quelque 518 millions de personnes. Le FIDA est une institution financière internationale et un organisme spécialisé des Nations Unies dont le siège est situé à Rome, centre névralgique des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture.

Contact médias

Image of David Florentin Paqui

David Florentin Paqui

Regional Communications Officer, East and Southern Africa, West and Central Africa

d.paqui@ifad.org

Image of Linda Odhiambo

Linda Odhiambo

Communication Analyst

l.odhiambo@ifad.org