Saut au contenu
X

De nouveaux investissements dans des solutions numériques pour faciliter l’accès des agriculteurs latino-américains aux marchés et aux services bancaires face aux restrictions liées à la COVID-19.

25 mars 2021

Rome, le 25 mars 2021 – Plus de 10 000 agriculteurs familiaux d’Amérique latine bénéficieront bientôt de solutions numériques pour surmonter les obstacles liés à la pandémie de COVID-19 qui entravent leur accès aux marchés et aux financements: c’est l’annonce qu’a faite aujourd’hui le Fonds international de développement agricole des Nations Unies (FIDA).

Le projet AGRIdigitalización est financé par un don de 2,3 million d’USD accordé par le FIDA dans le cadre de son Mécanisme de relance en faveur des populations rurales pauvres, conçu pour aider les habitants des zones rurales des pays en développement à surmonter l’impact qu’a eu la pandémie sur leur capacité de produire et de vendre des denrées alimentaires.

Les restrictions à la circulation mises en place pour endiguer la circulation du virus ont perturbé de nombreuses chaînes d’approvisionnement alimentaire et les petits producteurs ont des difficultés à accéder aux intrants agricoles de base, comme les outils ou les semences. Les activités d’assistance technique ont été interrompues pendant plusieurs mois et, du fait de la fermeture des marchés locaux et de la limitation des moyens de transport traditionnels, la commercialisation des produits est devenue encore plus difficile et coûteuse qu’auparavant.

« La crise liée à la COVID-19 n’a fait que creuser certaines fractures dont souffrent nos sociétés. L’une d’entre elles est sans aucun doute la difficulté d’accès des agriculteurs familiaux aux marchés et aux services financiers. Le FIDA s’efforce depuis des années de combler cette lacune, un objectif d’autant plus important dans ce contexte de pandémie », a déclaré Rossana Polastri, Directrice de la Division Amérique latine et Caraïbes du FIDA.

« L’avenir de l’économie sera numérique. C’est déjà le cas en ce qui concerne les multinationales et les entreprises urbaines, et ce sera également le cas pour l’agriculture familiale. Le projet AGRIdigitalización vise à donner aux petits producteurs de la région les moyens de se développer dans ce sens », a-t-elle ajouté.

Le projet sera exécuté par un groupement d’organisations dirigé par Agriterra, créé par les acteurs du secteur agricole néerlandais et axé sur la promotion des coopératives. Dans le cadre de ce projet, les plateformes, applications, services d’assistance technique et formations déjà en place dans le domaine du numérique seront recensés et évalués. Les outils les plus appropriés seront adaptés et proposés aux organisations de petits producteurs et aux coopératives rurales d’épargne pour faciliter leur transformation numérique.

Grâce au projet, 86 organisations de producteurs pourront commercialiser leurs produits en ligne et 132 coopératives d’épargne rurales proposeront leurs services financiers en s’appuyant sur des plateformes numériques. Le projet profitera également à de petites entreprises des zones rurales actives sur Internet et dirigées par des jeunes, qui fourniront des services aux organisations de producteurs et aux coopératives rurales d’épargne. En outre, 3 000 agriculteurs bénéficieront d’une assistance technique et de formations virtuelles, et des outils de communication numériques seront mis en place pour faire face à l’impossibilité de tenir des réunions en présentiel.

« Le numérique donne aux agriculteurs familiaux une multitude de moyens d’accéder aux marchés financiers et commerciaux, de résoudre les problèmes de communication et de recevoir une assistance technique. Pour tirer parti de ces outils, il est toutefois nécessaire de renforcer la gestion des coopératives et de former leurs membres », a souligné Rossana Polastri.

« Le renforcement des coopératives aidera les agriculteurs à mener à bien la mutation des pays agricoles en pays industrialisés modernes, tout en contribuant à réduire le chômage, à assurer la sécurité alimentaire et à éviter les conflits sociaux. Plus un pays compte de coopératives, plus sa place est haute sur l’échelle du progrès social. La professionnalisation des coopératives est la clé de leur succès. Elles résistent mieux aux crises et peuvent – et doivent – être un pilier de la relance dans le monde de l’après-COVID-19 », a déclaré Kees Blokland, directeur général d’Agriterra.

Les organisations participant au projet gagneront en efficacité grâce à une meilleure gestion du temps, à la réduction des coûts de fonctionnement et de transport, à l’accès à de nouveaux débouchés commerciaux, à l’inclusion financière et à une meilleure communication. Elles pourront fournir des produits agricoles et accéder à des intrants de production dans le cadre du commerce électronique, créer des partenariats avec des entreprises déjà présentes dans les filières numériques et bénéficier de services financiers via des systèmes virtuels.

Le projet AGRIdigitalización, qui cible en priorité les femmes et les jeunes, sera exécuté en Bolivie, au Guatemala, en Haïti, au Honduras et au Pérou. Les enseignements tirés du projet seront ensuite appliqués à d’autres projets financés par le FIDA dans la région Amérique latine et Caraïbes.

AGRIdigitalización sera exécuté par Agriterra en collaboration avec Agros International, la Fundación para el Desarrollo Empresarial Rural (Funder) et l’Institut interaméricain de coopération pour l’agriculture (IICA).


Communiqué de presse n°: IFAD/14/2021

Le FIDA investit dans les populations rurales en les dotant des moyens de réduire la pauvreté, d’accroître la sécurité alimentaire, d’améliorer la nutrition et de renforcer leur résilience. Depuis 1978, il a octroyé 23,2 milliards d’USD sous la forme de prêts à faible taux d’intérêt et de dons, dans le cadre de projets dont ont bénéficié quelque 518 millions de personnes. Le FIDA est une institution financière internationale et un organisme spécialisé des Nations Unies dont le siège est situé à Rome, centre névralgique des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture.